Le coeur au Nord · Leigh Newman

dimanche, août 17, 2014

Peut-être est-ce parce qu'elle gagne sa vie au sein de l'empire d'Oprah Winfrey comme éditrice adjointe du site www.oprah.com que j'ai d'abord été intriguée par le roman de Leigh Newman (certainement pas à cause de la couverture). Mais à la lecture de son premier roman, je suis tombée sous le charme de l'histoire de cette fille débrouillarde et intrépide. Dans Le coeur au Nord, c'est l'histoire de sa vie qu'elle raconte.

Élevée en pleine nature, Leigh Newman a vécu écartelée entre deux points opposés des États-Unis. Lorsqu'elle arrive avec sa mère à Baltimore, elle voit pour la première fois des piscines extérieures, des briques sur les maisons… C'est tout un nouveau monde qu'elle découvre. Elle apprend à vivre partagée entre sa mère et son père, resté en Alaska. Elle raconte ses allers-retours entre sa mère, travailleuse sociale et compulsive collectionneuse d'antiquité, et son père, médecin alaskain amoureux de plein air et de grands espaces. La petite fille grandit, elle quitte les nids familiaux et devient une femme.  

On se prend d'affection pour le personnage, on voyage dans ses pas. C'est beau, c'est grand dans sa dureté et sa naïveté. Des images fulgurantes portées par une écriture sans fioritures. 

Je me sentais frémir. Je n'avais aucune idée de ce que le terme borderline pouvait vouloir dire, mais schizophrène, ça, je savais que cela sous-entendait une peau blême et d'aspect squameux, tout comme la fille dans ma classe qui devait prendre des bains dans des flocons d’avoine et dont le visage s'effritait littéralement sur son pupitre.

Dans la salle à dîner, un véritable mur de plats s'élevait sur le buffet. Maybelle avait cuisiné pour nous toute la semaine durant: un rôti de porc, une dinde entière, des gâteaux à la noix de coco, préparations qu'elle avait oublié de ranger dans le réfrigérateur. Des mouches s'agitaient au-dessus d'une sauce durcie à l'apparence croustillante, un ventilateur tournait mollement au plafond, qui était orné d'un trou là où le couvreur avait commencé ses travaux de réparation du toit, avant de disparaître dans la brume après avoir reçu le paiement en entier, le premier jour des travaux, paiement qui avait été possible grâce à la vente de l'argenterie de mon grand-père décédé, vieille de 200 ans.


Cette personne omnisciente doit en plus patiemment m’expliquer à quel point il faut être amoureuse pour accepter de vivre le restant de ses jours avec la même personne, mais aussi me démontrer les différences qui existent entre aimer quelqu'un; être amoureuse de quelqu'un; ressentir de la passion ou du désir pour quelqu'un et avoir besoin de quelqu'un pour poser un pansement épais et sécurisant sur un désespérant sentiment de solitude.


Le coeur au Nord, Leigh Newman, Recto Verso, 336 pages, 2014.
                                                                                        

laissez-vous tenter

0 commentaires

· archives ·

· visites ·