La ferme · Tom Rob Smith

dimanche, octobre 19, 2014


C'est le quatrième roman de Tom Rob Smith. J'avais beaucoup aimé Enfant 44, un peu moins Kolyma et Agent 6. Avec La ferme, Tom Rob Smith change de registre. Il délaisse les enquêtes bolchéviques pour se plonger dans un roman plus intimiste.

Ça commence assez raide merci! Daniel, un jeune Londonien de 29 ans, reçoit un appel de son père: «Ta mère... elle ne va pas bien. Elle s'imagine des choses, des choses terribles. Elle est à l'hôpital. Elle a été internée.» Peu de temps après, suit un autre appel. De sa mère cette fois. Elle vient le rejoindre à Londres. «Je suis sûre que ton père t'a parlé. Cet homme ne t'a dit que des mensonges. Je ne suis pas folle. Je n'ai pas besoin de médecin. J'ai besoin de la police». Daniel imaginait ses parents profiter de leur retraite dans une charmante ferme suédoise. Il déchante vite. Sa vie vient de basculer.

Deux histoires. Deux vérités. Qui Daniel doit-il croire, son père ou sa mère? Écartelé entre ses parents, il tente de garder la tête froide alors que sa famille implose de l'intérieur. Son père est-il réellement la créature abominable dépeinte par sa mère? Celle-ci est-elle devenue folle dans cette ferme isolée et austère? Une chose est sûre, Daniel réalise qu'il ne connaît absolument pas ses parents.

Le décor est planté: une ferme isolée dans le Sud de la Suède, des retraités ruinés, un voisin menaçant. Un thriller psychologique oppressant, redoutable, habité par la paranoïa et le secret, qui se dévore d'une traite. Un roman déstabilisant et addictif. L'écriture est simple (parfois trop), directe, très cinématographique. Le trailer du livre est on ne peut plus efficace pour se mettre dans l'ambiance. 

La ferme, Tom Rob Smith, Belfond, 348 pages, 2014.
                                                                                                                  ★★

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  1. j'ai trouvé ce polar bien rythmé ....on ne sait pas trop où l'auteur veut nous emmener!

    RépondreSupprimer
  2. En effet, on ne sait pas trop où l'auteur veut nous emmener, mais go, on y va! Et quand on sait qu'il a vécu ce type d'expérience avec ses propres parents...

    RépondreSupprimer
  3. J'avais apprécié : j'aime les intrigues reposant sur la tension psychologique davantage que sur les crimes sanglants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord! Je préfère aussi la tension au sang!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·