En attendant la montée des eaux · Maryse Condé

mardi, janvier 27, 2015


Babakar Traoré est médecin aux Antilles. Homme sauvage, d'un naturel peu communicatif, il vit seul avec les souvenirs de son enfance africaine au Mali, et surtout avec le souvenir de sa mère, une Guadeloupéenne aux yeux bleus.

Par une nuit d'orage, Babakar est appelé au chevet de Reinette. Cette Haïtienne s'est réfugiée en Guadeloupe pour donner naissance à sa fille. Elle meurt en couches. Babakar prend l'orpheline sous son aile. Lui, qui était seul et déraciné, vit désormais pour deux.

Babakar et Reinette s'envolent pour Haïti, à la recherche de la famille de l'enfant et de l'histoire de sa mère. Là-bas, se pressent tous les bannis d'Afrique, les exilés, les sacrifiés du pouvoir. Babakar fait la rencontre de Movar l'Haïtien et de Fouad le «Libanais». Des hommes qui lui ressemblent, solitaires, exilés, à la recherche d'eux-mêmes, qui trouvent à Haïti un lieu de paix au milieu des décombres. Ensemble, ils unissent leurs efforts pour assurer l'avenir d'Anaïs.

Fidèle à ses thèmes, Maryse Condé livre un roman sublime, envoûtant, porté par une écriture toute en finesse. Difficile de réduire ce roman à quelques lignes tant le texte est dense, l'histoire riche, les personnages tourmentés et attachants. Une belle, une très belle histoire.

En attendant la montée des eaux, Maryse Condé, Pocket, 320 pages, 2013.
★★

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  1. J'avais lu une très bonne critique de ce livre, je l'avais noté et puis....
    Il faut que je le remette sur ma liste d'achats poche ou ma liste bibliothèque.
    Je ne peux pas mettre mon lien Nom/URL
    Jostein

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas passer un bon moment, Jostein. C'est le premier roman de Maryse Condé que j'ai lu. Mais ce ne sera pas le dernier!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·