Ma bonne · Maggie Gee

vendredi, janvier 16, 2015


Mary Tendo, ougandaise, a travaillé au service de Vanessa Henman pendant huit ans. Elle est venue à Londres pour se faire un petit magot avant de rentrer en Afrique les poches pleines d'argent.

Vanessa, mère divorcée, professeur de littérature et auteure de best-sellers est égocentrique, égoïste et carriériste. Outre le fait qu'elle vieillit, elle est satisfaite de sa vie, de son confort. Seule ombre au tableau: son fils de vingt ans qui traîne sa carcasse déprimée à longueur de journée dans son beau cottage. Après dix ans, Vanessa se souvient de sa bonne ougandaise avec laquelle son fils semblait avoir créé une belle relation. Elle lui écrit une lettre et la supplie de revenir à son service, non pas comme bonne, mais pour aider son fils, lui proposant de monnayer généreusement son aide.

Mary accepte de quitter sa vie désormais aisée en Ouganda et de retourner à Londres le temps que Justin se remette sur pied. En dix ans, Mary a beaucoup changé, c'est maintenant une femme indépendante, autonome et ambitieuse. Elle n'entend plus jouer le rôle de femme soumise. Mary prend le contrôle de la vie de Justin, réquisitionne la cuisine, ne cache plus ce qu'elle pense de Vanessa et remercie Dieu chaque jour d'être africaine. De son côté, Vanessa reste empêtrée dans ses clichés culturels et a du mal à comprendre cette femme africaine moderne. La cohabitation se révèle des plus chaotique. Les rapports de force entre les deux femmes changent insensiblement et la tension monte jusqu'à la confrontation, une nuit d'hiver, sur une autoroute enneigée...

Un roman incisif, drôle et fin sur le subtil équilibre du pouvoir entre deux femmes. De l'Afrique à Londres, deux portraits mordants, deux voix qui se font tour à tour l'écho de deux continents, de deux cultures. Une satire sociale remarquable d'intelligence qui ouvre une fenêtre sur la rivalité féminine et les rapport de classes. Un délice de pince-sans-rire à l'anglaise sur un sujet profond.

Ma bonne est le premier roman de Maggie Gee traduit en français. J'espère fort qu'il ne sera pas le dernier.

Ma bonne, Maggie Gee, Belfond, 372 pages, 2008.

★★

laissez-vous tenter

4 commentaires

  1. Ah oui, la VO semble plus représentative de l'histoire... je le mets dans ma wish list! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Exact, la couverture d'origine est bien meilleure (à voir l'édition française on croit que ça se passe en Afrique!)

    RépondreSupprimer
  3. Oh le sujet pourrait me plaire, je n'en avais jamais entendu parler!

    RépondreSupprimer
  4. Un titre passé entre les branches, loin des projecteurs... Et pourtant, ça vaut le détour!

    RépondreSupprimer

· archives ·

· visites ·