Jen Davis · le corps en représentation

vendredi, mars 13, 2015



Debout au milieu de sa cuisine ou assise sur son lit, Jen Davis expose son corps, un corps à mille lieues des stéréotypes de la beauté. À vingt-trois ans, cette étudiante en photos décide d'entamer une quête sur sa propre image: la série Eleven years est née. Pendant onze ans, elle réalise des autoportraits troublant, magistralement composés, où l'obsession de la lumière et la pureté de la couleur jouent avec une simplicité apparente. L'apparence physique et les incertitudes qui en résultent sont au coeur de sa démarche. Photographier un corps hors-norme apparaît dès lors comme un moyen de questionner les normes sociales. Quelle image avons-nous de nous-mêmes? Comment sommes-nous perçus par les autres? Avec son appareil photo posé sur un trépied et un déclencheur planqué dans le décor qu'elle actionne avec le pied, elle se met en représentation, sans fard ni artifices. Petit à petit, la scène photographique devient un espace fantasmatique. Jen Davis compose ainsi des situations intimes, seule ou avec un faux amants. Des photos troublantes, déstabilisantes, mais jamais provocantes. C'est avec une franchise déconcertante qu'elle songe son sujet. 







Jen Davis est née en 1978 au États-Unis. Diplômée du Columbia College Chicago et de l'école d'art de la Yale University, elle vit aujourd'hui à Brooklyn. Elle a fondu depuis qu'elle s'est fait poser un anneau gastrique en 2012.

Les éditions Textuel ont publié en 2014 le fruit de sa démarche dans un superbe livre: Eleven Years. Son site vaut le détour pour découvrir l'ensemble de son oeuvre. 

Vous pourriez aussi aimer

3 commentaires

  1. Je n'avais pas vu ce billet hier soir (Erlendur a un tel pouvoir !)
    Les photos sont très belles et troublantes car son regard est vraiment puissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très troublante... Sa démarche est intrigante et tellement authentique... Une belle découverte pour moi.

      Supprimer
  2. Étonnante et courageuse cette manière de se livrer...

    RépondreSupprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·