Le samedi, c'est jeunesse!

lundi, avril 20, 2015


Depuis la noirceur des fonds sous-marins, un intrépide petit poisson dérobe le chapeau melon d'un gros poisson qui dort. Il prend la fuite et file se cacher dans de hautes herbes touffues, là où personne ne pourra le trouver. Le petit poisson téméraire est très satisfait du vol qu'il a commis, même s'il sait que voler un chapeau, ce n'est pas bien. Ni son audace ni sa ruse ne sauront le préserver des représailles du gros poisson.

Tous les petits détails (un œil, un crabe hypocrite, une colonne de bulles…) contredisent point par point les affirmations énoncées par le petit poisson. Les p'tits loups comprennent que la situation devient périlleuse… L'absence de texte sur les dernières doubles pages font peser un silence lourd de sous-entendus… Les illustrations sont en totale contradiction avec les mots du petit poisson, créant un suspense rempli de clins d'oeil, exigeant une attention redoublée.






Jon Klassen aime les histoires de chapeaux, ma sauterelle et moi aimons les histoires de Jon Klassen. Après Je veux mon chapeau, il revient avec une nouvelle aventure décoiffante sous forme de course-poursuite où l'humour surgit du décalage entre le texte et les illustrations. Un album déjanté, un bon moyen d'aiguiser le regard et d'apprendre à lire entre les lignes.

Ce n'est pas mon chapeau, Jon Klassen, Scholastic, 36 pages, 2015.

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  1. Un coup de cœur ici aussi! C'est fou, tu relèves plein de trucs que j'ai remarqués, mais que je n'ai pas réussi à mettre en mots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un coup de coeur pour cet album plein de malice. Nos billets se complètent bien, je trouve!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·