Dernier meurtre avant la fin du monde · Ben H. Winters

samedi, avril 18, 2015



Dans un peu plus de six mois, d'après les prédictions scientifiques les plus fiables, au moins la moitié de la population planétaire mourra des suites d'un enchaînement de cataclysmes. Une explosion de dix mégatonnes, équivalant grosso modo à la puissance de mille Hiroshima, creusera un gigantesque cratère dans le sol, déclenchera une série de tremblements de terre à défier l'échelle de Richter et propulsant des tsunamis vertigineux à travers les océans. Puis viendra le nuage de cendres, le noir, les dix-huit degrés de baisse des températures, en moyenne. Adieu les récoltes, adieu le bétail, adieu la lumière. Le sort de ceux qui auront survécu sera lent et froid.

Concord, New Hampshire. La fin du monde est pour bientôt. Dans six mois, la Terre sera pulvérisée par un gigantesque astéroïde. Les marchés financiers et les entreprises s'effondrent. L'essence se fait de plus en plus rare, l'OPEP ayant cessé toute exportation de pétrole. Internet et les réseaux de communication en sont à leur dernier souffle. Les gens laissent leur travail, préférant réaliser leur rêve, dans les limites de leurs moyens, et profiter du peu de vie qu'il leur reste. D'autres choisissent d'en finir, vaincus par l'à quoi bon. Certains se livrent aux pires excès. D'autres encore, comme l'inspecteur Hank Palace, choisissent plutôt d'agir comme si de rien n'était, comme si le temps n'était pas compté.

Nouvellement promu inspecteur, Hank Palace semble imperméable à l'angoisse de ceux qui l'entourent. Il feint la normalité lorsque ses collègues, eux, ont baissé les bras. Lorsqu'il découvre un homme pendu dans les toilettes d'un McDonald's, Palace décide d'enquêter. Même si tout porte à croire que Peter Zell, un agent d'assurances sans histoire, a mis fin à ses jours, Palace doute. Et s'il s'agissait d'un meurtre dissimulé en suicide? Palace s'entête, s'acharne. Il plonge dans la vie de cet homme afin de démêler les fils de ce qui pourrait être sa dernière enquête. Pendant ce temps, les jours passent et la fin du monde approche.

Un polar pré-apocalyptique, en voilà une bonne idée! Une enquête menée dans une atmosphère de fin du monde annoncée. La prémisse de départ ne manque pas d'intérêt. J'ai dévoré le roman du bout des yeux. Un page turner efficace, même si l'enquête demeure sans grande surprise. Dommage que le côté pré-apocalyptique manque de profondeur. Ben H. Winters effleure son sujet, sans jamais l'approfondir.


Que dire d'Hank Palace, un homme psychorigide qui a une confiance aveugle dans les règles, sinon qu'il est insupportable et peu crédible. Idéaliste hyper motivé, son excès de zèle m'a paru douteux. Sa froideur et son impassibilité m'ont agacée tout du long. Son idylle avec Naomi Eddes, une collègue de la victime, et sa relation avec sa sœur Nico sont malheureusement expédiées en quatrième vitesse.


Dernier meurtre avant la fin du monde est le premier tome d'une trilogie. Parce que je suis une incorrigible curieuse, que je tiens à savoir ce qu'il en adviendra de la Terre, je vais me précipiter sur les deux prochains tomes, en espérant qu'Hank Palace gagne en humanité (ou se fasse moins présent).

Dernier meurtre avant la fin du monde, Ben H. Winters, Super 8, 345 pages, 2015. 

laissez-vous tenter

4 commentaires

  1. Je l'ai repéré également. J'ignorais qu'il faisait partie d'une trilogie ! J'espère que le personnage va évoluer car il t'énerve ;-) Et tu dis que l'auteur ne fait qu'effleurer l'un des thèmes majeurs mais l'idée de départ est effectivement très intéressante. Bon, je suis peu chez moi ce week-end = trop peu de temps pour lire ! Mishani de surcroit. Snif snif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras en meilleure compagnie avec le Mishani!

      Supprimer
  2. Pas vraiment mon truc. Si en plus c'est une trilogie, je suis certain de ne pas m'y lancer !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis un peu comme Jérôme... En plus si c'est une trilogie, je vais passer mon tour, je ne savais pas qu'il y aurait plusieurs tomes.

    RépondreSupprimer

· archives ·

· visites ·