Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur · Harper Lee

mardi, mai 12, 2015


Début de mon périple littéraire américain en ALABAMA. Un p'tit classique pour commencer.

Après plus de trente millions d'exemplaires vendus, reste-il quelqu'un, ici, qui n'ait pas lu Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur?

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu – il doit bien en avoir deux ou trois –, un petit résumé, pour la forme: la jeune Scout Finch vit avec son frère Jem et son père Atticus à Maycomb, une petite ville en Alabama. Ça se passe dans les années 1930, pendant la Grande Dépression. Atticus est un avocat intègre et rigoureux. Veuf depuis quelques années, il est un père exceptionnel, faisant preuve d'une rigueur morale à toute épreuve et d'une bonté sans limites.

Tom Robinson, un jeune noir, est accusé d'avoir violé une femme blanche. Atticus va le défendre. Les dés sont lancés, mais le jeu est pipé. Atticus serait donc un ami des nègres? Confrontés aux rumeurs et aux préjugés, l'univers des deux gamins bascule.

Ce monde en pleine mutation est vu à travers les yeux de Scout. Le racisme au quotidien, la bêtise humaine et la violence qui en découle sont criants de vérité. Le roman prend son temps, avance à petits pas (l'intrigue se déroule sur environ quatre ans), et c'est tant mieux! Plus Scout grandit, plus son raisonnement gagne en maturité. Harper Lee décrit bien cette évolution, la naïveté et la perte de l'innocence propres à l'enfance, l'incompréhension face à l'injustice.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est un magistral plaidoyer contre toutes les formes de discrimination, une ode à la tolérance et à l'ouverture d'esprit. Mais c'est surtout Scout qui donne toute sa saveur au roman. Scout Finch est un personnage emblématique incontournable, au même titre que Cosette, Huckleberry Finn ou Holden Caulfield.


Pour enrichir sa culture générale, pour allonger sa liste de classiques lus, mais surtout, oui surtout, pour découvrir un fabuleux personnage d'enfant, une espiègle bagarreuse qui dévore tous les livres qui lui tombent sous la main, il faut (re)lire Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur.

Pour ceux qui l'ignoreraient, ce livre culte a été publié en 1960. Traduit en plus de trente langues, il a reçu le Pulitzer en 1961. Ce roman est l'un des dix livres les plus souvent étudiés dans les collèges américaines.

En France, le roman a été publié sous trois titres successifs, au gré de ses différentes éditions. Quand meurt le rossignol, Alouette, je te plumerai et, plus fidèlement, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur.

Et puis, coup de théâtre en février 2015: l'avocate d’Harper Lee exhume un tas de feuilles des papiers de l'auteure. Ces feuilles ont été écrites avant Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur. Il s'agit du tout premier roman écrit par Harper Lee. Elle l'avait cru perdu, tombé dans l'oubli. Branle-bas de combat: Go Set a Watchman sera publié en anglais en juillet 2015. Grasset publiera la traduction française sous le titre Va et poste une sentinelle. La date de sortie n'est pas encore fixée, mais ça ne saurait tarder! Scout, devenue adulte, retourne dans sa ville natale une vingtaine d'années plus tard, dans les années 1950. Pour savoir ce que Scout est devenue, ce sera à lire!

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee, Livre de poche, 320 pages, 2006 (1960 pour la version originale: To Kill a Mockingbird).  



J'ai lu ce roman dans le cadre du challenge 50 États 50 romans, État de l'Alabama. 

laissez-vous tenter

12 commentaires

  1. Oh le beau billet ! et la coquine ! qui lance le challenge !!! Bon, tu verras que je me suis procurée un ou deux livres aussi ! mais mon billet ne sortira que vendredi, na !

    Je n'ai rien à ajouter à ton billet, il est parfait et le livre-cage d'oiseau est trop beau !
    Je l'ai lu très jeune et j'avoue avoir oublié pas mal de choses, donc je l'ai racheté il y a un ou deux ans et je veux absolument le relire.

    Par contre, il n'est pas dans mon challenge mais tant pis tu me donnes trop envie !
    J'ai vu sur les réseaux sociaux la future couverture de ce fameux roman sorti de nulle part - très intrigant. Le plus marquant c'est qu'elle avait écrit celui-ci, où Scout est adulte, vit à NY et retourne en Alabama mais au vu des souvenirs son éditeur lui avait demandé d'écrire une version où Scout était enfant, et Ne tirez-pas sur l'oiseau moqueur était né. Reléguant le premier au fond d'un tiroir.

    Pour la sortie française, j'ai vu une date sur les réseaux sociaux, mais tu as raison, aucune date officielle n'est annoncée (on parlait d'août).

    A voir donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je l'ai lu il y a belle lurette. Ce fut très agréable de m'y replonger. Le plaisir de redécouvrir Scout, maintenant que je suis une adulte (!), n'a pas pris une ride.

      Je ferai partie des millions de personnes qui liront la suite!

      Supprimer
  2. "Après plus de trente millions d'exemplaires vendus, reste-il quelqu'un, ici, qui n'ait pas lu Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur?"

    Moi... !
    Il ne m'attire pas ce roman... Je ne sais pas trop pourquoi. Je connais un peu l'histoire de son auteur et son amitié avec Truman Capote mais son roman ne m'a jamais tenté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre qu'il ne t'attire pas trop, et je ne tenterai pas de te convaincre de le lire!

      Il faut savoir que moi, les enfants-narrateurs, c'est assez ma tasse de thé, surtout lorsque c'est bien fait, crédible. Ici, c'est le cas. Sans Scout, le roman ne m'aurait pas tant plus, c'est sûr. Pour la trame de l'histoire en elle-même, il y a de l'eau qui a coulé sous le pont depuis, et on en a vu bien d'autres des histoire portant sur les droits des Noirs, le racisme et la ségrégation. Mais des personnages comme Scout, il n'y en a pas deux comme elle!

      Supprimer
    2. Alors que moi les enfants-narrateurs, ce n'est pas trop mon genre... c'est probablement ça en fait qui ne m'attire pas.

      Supprimer
  3. Très beau billet et celui-ci m'a replongée dans ce magnifique moment de lecture que m'a procuré ce roman.
    Pour cette nouvelle parution, je serai de ceux et celles qui le liront aussi.
    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Suzanne! Nous serons deux à la lire, cette nouvelle parution. Belle journée à toi aussi.

      Supprimer
    2. Non 3 ! Mais il faut que je me presse à relire celui-ci !

      Supprimer
    3. Attends la parution de son prochain roman. Tu feras un coup double!

      Supprimer
  4. Oh j'adore ta nouvelle bannière et le museau du chien sous la couverture me rappelle le mien !
    Bon, j'ai failli m'étrangler car je rêve de lire ta lecture en cours (James Scott), demandée mais pasr reçue à mon anniversaire et toi qui le lis !! rrrrrrrrrrrrahhhhhhhhhhhhhhhhh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais arrêter de venir me visiter pendant un temps! Tu tombes de ta chaise, tu as failli t'étrangler... Avec mon billet de demain, tu risques de t'étouffer ou de t'évanouir.

      Je suis scotchée dans le James Scott... 1/3 de lu. C'est fabuleux, grandiose. Mon futur billet risque de t'achever!

      Je ne voudrais surtout pas être responsable de ta mort! Tu es trop précieuse. Prends soin de toi, douce Electra!

      Supprimer
    2. Merci de me vouloir prendre soin de ma petite santé ..... morte .............de rire !

      Devine quoi ? je suis allée en librairie ce midi et bien.... je ne l'ai pas trouvé ! La totale ! Donc je le commande en ligne (et moins cher, na!) surtout après avoir lu ta réponse d'aujourd'hui.

      Bon, j'arrête après .. j'ai Balistique en chemin également.

      Et demain ? donc je vais me préparer :je serais déjà en position allongée en lisant ton billet !

      Supprimer

· archives ·

· visites ·