Sukkwan Island · David Vann

lundi, mai 25, 2015


Mon escapade littéraire sur les routes américaines m'amène cette fois en ALASKA.

Ils ne connaissaient pas cet endroit ni son mode de vie, ils se connaissaient mal l'un l'autre. Roy avait treize ans cet été là, l’été suivant son année de cinquième à Santa Rosa, en Californie, où il avait vécu chez sa mère, avait pris des cours de trombone et de foot, était allé au cinéma et à l'école en centre-ville. Son père avait été dentiste à Fairbanks. Ils s'installaient à présent dans une petite cabane en cèdre au toit pentu en forme de A. Elle était blottie dans un fjord, une minuscule baie du Sud-Est de l'Alaska au large du détroit de Tlevak, au nord-ouest du parc national de South Prince of Wales et à environ quatre-vingts kilomètres de Ketchikan. Le seul accès se faisait par la mer, en hydravion ou en bateau. Il n'y avait aucun voisin. Une montagne de six cents mètres se dressait juste derrière eux en un immense tertre relié par des cols de basse altitude à d'autres sommets jusqu'à l’embouchure de la baie et au-delà. L'île où ils s'installaient, Sukkwan Island, s'étirait sur plusieurs kilomètres derrière eux, mais c'étaient des kilomètres d'épaisse forêt vierge, sans route ni sentier, où fougères, sapins, épicéas, cèdres, champignons, fleurs des champs, mousse et bois pourrissant abritaient quantité d'ours, d'élans, de cerfs, de mouflons de Dall, de chèvres de montagne et de gloutons.

Une île perdue à l'extrême sud-est de l'Alaska. Sauvagement isolée. De la forêt partout, des montagnes escarpées et beaucoup d'eau. Une île sur laquelle Jim, la quarantaine, a acheté une maison. Une cabane rudimentaire, plutôt. C'est là qu'il décide d'emmener son ado, Roy, pour y vivre une année.

Roy vit en Californie avec sa mère et sa soeur depuis que ses parents ont divorcé. Son père, il ne le voit pas souvent. Jim a réussi à convaincre son fils et son ex-femme de l'intérêt de cette fabuleuse aventure, de ce retour aux sources, pour se retrouver, pour mieux se connaître. Ce qui commence comme une agréable robinsonnade se transforme en un cauchemar à l'état pur.

À peine installé, un ours saccage leurs provisions et leur habitat de fortune. Puis ce seront l'humidité, le froid, le sentiment croissant d'isolement, l'incommunicabilité, le désespoir galopant de Jim. L'hiver s'en vient. Il faut vite penser à l'essentiel: couper du bois pour se chauffer, pêcher, chasser. Malgré l'extraordinaire beauté du paysage, le séjour vire au cauchemar. Et arrive la page 113. Cette implacable, inoubliable page 113. (Chez David Vann, il y a toujours une page marquante entre toutes, LA page où tout bascule, inattendue, violente, irréparable.) Knock-out. Sur le cul.

Sukkwan Island a été le premier roman de David Vann que j'ai lu. Depuis, il y a eu Désolation, puis Impurs. Chaque fois, j'ai peine à m'en remettre. Chaque fois, je plonge dans le même malaise glaçant, étouffant, suffocant. Chaque fois, j'en redemande.

Exceptionnel conteur de la noirceur humaine, David Vann a le don d'explorer les relations humaines complexes, de décrire des climats oppressants, étouffants et violents.

David Vann dédicace ce roman à son père, qui s'est suicidé. Difficile de ne pas faire de parallèles...

Sukkwan IslandDavid Vann, Gallmeister, 200 pages, 2010. 
★★★★★

Ugo Bienvenu s'est emparé du roman pour en faire un magnifique roman graphique. C'est paru en 2014 chez Denoël Graphic.


Sukkwan Island est paru en poche chez Gallmeister et, dernièrement, chez Folio. Vous êtes friands d'histoires fortes, de celles qui vous laissent pantois, la bouche grande ouverte? Plongez.

laissez-vous tenter

17 commentaires

  1. Ce livre m'a fortement marqué également. Oui il l'a dédié à son père qui portait d'ailleurs les mêmes prénoms que le héros ... un peu étrange, non?

    Il faut que je lise ses autres livres. Ma PàL déborde un peu en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étrange, m'en effet!

      Je me souviens d'avoir lu que tu avais reçu du Vann à Noël dernier. Moi, il m'en reste deux à lire... Je les ménage!

      Ta PAL déborde? Tu m'étonnes! La mienne aussi!

      Supprimer
  2. Je ne savais pas qu'il y avait la bd! Je veux lire les deux! Les thèmes et les lieux m'intéressent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Gab. Ça devrait beaucoup te plaire. Toute une expérience de lire Vann. Moi, j'adore ses atmosphères.

      Par ailleurs, prépare-toi à lire "Cataract City" de Craig Davidson. Tu avais aimé son recueil de nouvelles. Tu vas adoré ce roman. Il me reste un petit 100 pages à lire et je ne veux pas le quitter. Gros gros coup de coeur!

      Supprimer
    2. Oh oui j'ai envie de le lire aussi ! Too many books....

      Supprimer
    3. Electra, tu dois lire "Cataract City". C'est pour toi, ça! Mon futur billet finira pas te convaincre, même si je crois que c'est déjà fait!

      Supprimer
    4. mon banquier va hurler mais je vais voir s'il est dispo à la BM

      Supprimer
    5. Hop réservé et pas peur : je vais devoir aller dans une bibliothèque pas près de chez moi donc il a intérêt à être bon le petit ;-)

      Supprimer
  3. Lu il y a un bout et un coup de coeur tellement j'ai aimé. Cependant, je n'ai pas lu d'autres de ses écrits mais ça va venir sirop de sirop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai également lu "Désolations" et "Impurs", qui m'ont aussi beaucoup marquée.
      À chaque fois, j'en reste sans mots! Il me reste deux titres à lire, que je garde en réserve pour être éprouvée!!!

      Supprimer
  4. Marie-Claude, de Craig Davidson c'est bien un roman que j'ai lu, Juste être un homme. Mais j'ai son recueil qui vient juste d'arriver. Ensuite je lirai Cataract City. Bien heureux de savoir que ce sera un coup de coeur pour toi! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terminé hier soir. Encore sous le choc. Un très grand roman... Ma découverte de Craig Davidson ne s'arrêtera pas là!

      Supprimer
    2. Je suis très content de lire ça! :)

      Supprimer
  5. Un des livres que j'ai préféré ces dernières années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il figure aussi dans mon top 10 coups de coeur des dernières années. Vann fait maintenant partie de ces auteurs dont j'achète les livres les yeux fermés!

      Supprimer
  6. Un roman que j'ai toujours en tête , il m'a marqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi, Aude. Un roman impossible à oublier...

      Supprimer

· archives ·

· visites ·