Le Canada en 12 romans contemporains

jeudi, mai 07, 2015


Je viens de terminer la lecture de Balistique de D. H. Wilson. L'intrigue - franchement très prenante - se déroule en Colombie-Britannique… Et hop! L'idée a fait son petit bonhomme de chemin: pourquoi ne pas poursuivre ma route, dans la lignée de mes 50 États en 50 romans, et faire de même avec le Canada? Une plongée dans ma PAL pour trouver un roman pour chaque province et territoire... J'avais suffisamment de romans canadiens sous la main pour traverser le Canada, à l'exception de Terre-Neuve-et-Labrador (Electra m'a éclairée! Ce sera Nœuds et dénouement d'Annie Proulx).

Il ne me manque qu'un roman pour l'Île-du-Prince-Édouard. Outre la série de Lucy Maud Montgomery autour d'Anne... La maison aux pignons verts (non, merci!) je n'en ai trouvé aucun qui se passe sur l'île. Ce sera donc le Canada sans l'Île-du-Prince-Édouard!

En plus de mes lectures éclectiques courantes, ce sera un grand tour de l'Amérique du Nord. En route! 



ALBERTA
Alberta aimerait bien y troquer ses deux amants contre un enfant, mais sans le piège du mariage. D'ailleurs, entre Charlie le flambeur, avocat ambitieux, et Lionel, un vendeur de télévisions timide, son coeur balance... Et puis, il y a Latisha, la soeur de Lionel, qui a fait du Dead Dog Café un must pour les touristes, et leur oncle Eli, qui combat avec acharnement la mise en service d'un gigantesque barrage. Des personnages dont la vie va être bouleversée le jour où Lionel prend en stop quatre drôles de vieux Indiens qui lui manifestent un intérêt particulier... Qui sont-ils? Des évadés d'un hôpital psychiatrique? Des rescapés d'une longue détention? Ou des personnages échappés de romans célèbres? Toujours est-il qu'ils ont envie de remettre le monde en ordre... Irrévérencieux et tragi-comique, L'herbe verte, l'eau vive se joue du choc des cultures et s'impose comme un roman réjouissant et inclassable qui confirme l'originalité et le talent de Thomas King. 

COLOMBIE-BRITANNIQUE
Alan West est au chevet de son grand-père, qui lui confie une dernière volonté: revoir son fils. Alan se lance alors dans un road trip sauvage en quête de ce père qu'il n’a jamais connu. S'éveilleront sur son chemin les fantômes du passé, les traumatismes nés de la guerre du Vietnam et les amitiés brisées. Les incendies font rage dans les Rocheuses canadiennes, et les coeurs des hommes aussi sont prêts à s'embraser. D'une écriture tour à tour rugueuse et poétique, Balistique signe l'irruption de la tragédie grecque dans le nature writing.


QUÉBEC
4 janvier 1998. Un garçon de dix ans apprend que ses parents vont se séparer. Désespéré, il demande au ciel de l'aider. Le lendemain débute la plus grande tempête de verglas que le Québec ait jamais connue. Ce déluge de glace n'empêche pas son père de quitter la maison. Mais pour ses voisins, des évènements incroyables ou anodins font en sorte que leurs vies basculent peu à peu. Julie, danseuse en mal d'amour, accueille chez elle Boris, scientifique égocentrique, qui ne vit que pour ses expériences sur les poissons; Michel et Simon, les deux «frères» si discrets, qu'on ne voit jamais ensemble, ouvrent leur porte à Alexis, leur voisin homophobe. Face à l'adversité, des liens se créent; face au froid, l'entraide, la solidarité et l'altruisme enflamment les cœurs. Notre héros, lui, ne sait pas trop où le ciel veut en venir jusqu'au moment où son père, victime d'une mauvaise chute à cause du verglas, n'a d'autre solution que de réintégrer le toit familial, les deux bras dans le plâtre. Le Grand verglas va progressivement changer la vie de tous les habitants de cette rue, pour le meilleur. Un roman au ton simple et chaleureux où l'humour ponctue chaque phrase. Un roman qui nous révèle une face cachée rafraîchissante de l'humanité. Un roman rempli d'espoir et de chaleur… sous quelques bons centimètres de glace. 


MANITOBA
L'impétueuse Hattie vient de se faire plaquer par son petit ami à Paris. Sa sœur, Min, connaît un épisode dépressif encore pire que les précédents. Quand Hattie reçoit l'appel sa nièce Thebes, qui n’a que onze ans, elle saute dans le premier avion pour Winnipeg. Elle trouve Min en route pour l'hôpital psychiatrique et prend ses neveu et nièce sous son aile. Des deux enfants de Min, l'un ne parle pas, tandis que l'autre parle trop, beaucoup trop… Hattie est bien sûr dépourvue de toute aptitude parentale et décide de faire la première chose qui lui passe par la tête: entasser les enfants dans la fourgonnette Ford avec une glacière pleine de sandwichs, et foncer vers le sud des États-Unis à la recherche de leur père. Dans le périple fantasque qui s'ensuit, Hattie tente de se réconcilier avec le passé piégé qu'elle partage avec sa sœur. Le trio découvre bientôt que, si la liberté a un prix, elle comporte aussi d'indéniables avantages.


NOUVEAU-BRUNSWICK
«J'ai décidé de t'aimer à mort.» Voilà ce que Carmen lit sur le billet que Terry lui a écrit (mais est-il possible de décider d'aimer quelqu'un?). Depuis leur retour d'Europe et la naissance de leur fils, Étienne, Carmen travaille comme serveuse chez Dooly's, tandis que Terry s'occupe du petit. Il a lu tous les livres qu’il a pu trouver sur le Yi-king, même les plus épais (est-ce cela, un intellectuel?), et il interroge chaque jour l'oracle (quel est le meilleur système de divination: les seize billes de couleur? les cinquante tiges d'achillée?)



                    NOUVELLE-ÉCOSSE
Une famille hors du commun: mère morte trop jeune, ne laissant derrière elle qu'un tenace parfum de cèdre, père conduit aux pires excès par un amour débordant et quatre enfants, de la sainte nitouche à la fille perdue, liées entre elles par des secrets qui se dévoileront un à un. Ce roman est aussi le portrait inoubliable de l'île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, durant les premières décennies du siècle.





NUNAVUT
Rosaire Nicolet est retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel. C'est Lumi, une strip-teaseuse, qui, un beau matin, l'a découvert inanimé. La petite ville d'Iqaluit dans le cercle arctique est d'autant plus bouleversée par cette nouvelle que tout le monde appréciait Rosaire. Ce jeune avocat était beau et intelligent, infiniment séducteur. En tant que spécialiste des questions autochtones et des tracés frontaliers, il s'était attaché les faveurs des puissants tout en poursuivant son combat pour la défense des Inuits. Oui, tout le monde aimait Rosaire. Trop peut-être... Lorsqu'il apprend cette nouvelle et qu'il est invité à venir reconnaître le corps, son jeune frère, Léandre Nicolet, est bouleversé. Il récuse l'idée d'un meurtre passionnel au profit d'une autre thèse. Chez les Nicolet, depuis que leur aïeul Jean Nicolet, un explorateur du XVIIe siècle, a fait une découverte extraordinaire, on se transmet un secret de père en fils: ce n'est pas Christophe Colomb qui a découvert l'Amérique mais un Chinois, l'amiral Zheng He, en 1418! Voilà, Léandre en est convaincu, Rosaire aura divulgué ce secret et c'est pourquoi il a été tué. Mais une fois sur place, bien vite, les certitudes de Léandre fondent... comme neige au soleil. Sous couvert d'une enquête policière, Mélanie Vincelette nous plonge au coeur d'une réflexion sur les mystères des individus. Pourquoi idéalise-t-on les êtres? Sait-on jamais qui on aime? Léandre s'est construit une image idéale de son frère, séducteur et serviteur des justes causes, mais la réalité est beaucoup moins chatoyante. Sans être un parfait salaud, Rosaire n'était pas un ange non plus. 

ONTARIO
Avec la puissance et la sensibilité révélées par Un goût de rouille et d'os, adapté au cinéma par Jacques Audiard, Craig Davidson explore dans ce roman vertigineux le conflit intérieur de deux hommes liés par un secret d’enfance. Duncan Diggs et Owen Stuckey ont grandi à Niagara Falls, surnommée par ses habitants Cataract City, petite ville ouvrière à la frontière du Canada et des États-Unis. Ils se sont promis de quitter ce lieu sans avenir où l'on n'a d’autre choix que de travailler à l'usine ou de vivoter de trafics et de paris. Mais Owen et Duncan ne sont pas égaux devant le destin. Tandis que le premier, obligé de renoncer à une brillante carrière de basketteur, s'engage dans la police, le second collectionne les mauvaises fréquentations. Un temps inséparables, sont-ils prêts à sacrifier le lien qui les a unis, pour le meilleur et pour le pire?

SASKATCHEWAN
À l'âge de douze ans, Vanessa MacLeod vacille au bord du gouffre séparant l'enfance de l'adolescence. Prise entre ces deux mondes, celle qui «déteste le fait d'être si jeune» grandit dans une imposante maison où elle est un témoin privilégié de la vie qui bat au sein du nid familial. En huit histoires qui forment autant d'étapes d'un parcours menant à l'âge adulte et jalonné d'épreuves, de petits miracles et de grands deuils, elle se fera la chroniqueuse d'un clan, miné par la maladie et la folie. Oeuvre forte et novatrice tant par sa forme, assemblage de textes indépendants mais finement entrelacés, que par le regard, d'une étonnante justesse, qu'elle pose sur les relations entre les membres d'une même famille, Un oiseau dans la maison est marqué au sceau de la grande dame des lettres canadiennes qu'est Margaret Laurence. 

TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR
Quoyle est un ballot que la vie a piétiné. Petit journaliste dans une feuille des environs de Boston, il s'est marié à une harpie qui finira par le quitter, non sans avoir tenté de vendre leurs deux filles à un pédophile. À la mort de sa femme, il s'exile, le cœur brisé, avec ses filles et sa tante, au pays de ses ancêtres, Terre-Neuve. Peu à peu, il rebâtit sa vie comme une maison en ruine battue par des vents furieux. Nœuds et dénouement est l'histoire d'un homme et d'un père transfigurés par l'apprentissage d'un bonheur simple. «Il se peut parfois qu'un amour existe sans chagrin ni souffrance.» La charge émotive et la puissance d'évocation d'un des plus grands écrivains américains contemporains nous en convainquent.


TERRITOIRE DU NORD-OUEST
Meurtrie par une relation sans issue et lasse de la canicule, une jeune femme quitte Montréal et traverse le pays pour s'établir à Yellowknife. Yellowknife: la neige, les aurores boréales, les ours, le soleil de minuit... Pour une journaliste de Montréal, la capitale des Territoires du Nord-Ouest représente surtout l'espoir d'un nouveau départ. Quand on ne craint pas trop le froid, quoi de mieux qu'un vaste désert blanc pour repartir à zéro? À des milliers de kilomètres de son ex, de sa famille, de ses habitudes, la jeune femme découvre un autre monde, certes impitoyable, mais surtout fascinant. Peu à peu, elle assemble les morceaux de sa nouvelle existence, faite entre autres de randonnées sur le lac gelé de soirées endiablées et surtout de belles rencontres. Mais la vie est rude et ne tient pas toujours ses promesses. Une chance que pour réchauffer la nuit polaire il y a l'amitié, l'amour... et l'alcool!


YUKON
Béatrice, écrivaine en mal d'inspiration, arrive au Yukon avec l'espoir d'y trouver le sujet de son prochain roman. Sur la route qui relie Whitehorse à Dawson City, elle prend une femme en auto-stop et réalise très vite qu'il s'agit d'Isabelle St-Martin, une esthéticienne dont elle a déjà été la cliente. Mais la Yukonnaise qui occupe le siège du passager n'a plus rien de la Québécoise superficielle qu'elle a connue autrefois. Au fil des conversations, Béatrice découvre l'histoire d'une jeune femme que tout le monde croyait fragile et qui pourtant a réussi à s'émanciper des cadres préétablis pour refaire sa vie au Yukon.

Vous pourriez aussi aimer

29 commentaires

  1. Je suis très content de te lire avec cette série de livres!
    J'ai un Craig Davidson dans ma PAL mais pas celui-là. J'ai noté Balistique depuis sa sortie, mais j'attend qu'il soit disponible à la bibliothèque. Je note Thomas King que je ne connaissais pas et puis moi aussi je te suggère Noeuds et dénouement. Excellent roman!

    J'ai une suggestion pour le livre qui te manque: "Morts sur l'île du Prince Édouard" de Eric Wright. Existe en format poche chez Alire :) C'est un policier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel Craig Davidson as-tu dans ta PAL? Balistique devrait beaucoup te plaire. Un coup de coeur pour moi. Le billet est en cogitation. Je cherche le bon ton! Pour l'île du Prince Édouard, je note. Tu comprends que Anne... La maison aux pignons verts, ce n'est pas trop ma tasse de thé! Merci, Gab.

      Supprimer
    2. Pour "Anne..." je comprends, ce n'est pas ma tasse de thé non plus ;)
      J'ai "Juste être un homme" de Craig Davidson dans ma pile. J'avais aussi déjà noté "Cataract City" et "Un goût de rouille et d'os".
      J'ai bien hâte de lire ton billet sur "Balistique". Il m'attire beaucoup ce roman-là.
      Je n'ai pas lu le Eric Wright que je t'ai suggéré, mais il est dans ma pile à lire et c'est le seul qui est venu à mon esprit!

      Supprimer
    3. "Balistique" devrait te plaire, Gab. Mon billet est dans le four. J'en arrache pour l'écrire! Plus j'aime un bouquin, plus difficile d'en parler. Et là, j'ai adoré. Donc...

      "Morts sur l'île du Prince Édouard" me tente plus ou moins... Au pire, j'aurai une province orpheline!

      Supprimer
    4. C'est pas grave! On saura au moins qu'il existe un livre de l'île du Prince Édouard qui n'est pas Anne ;) En fait ça m'achalait et j'ai poussé un peu plus loin les recherches. Je n'en ai lu aucun, mais je te fais part de ce que j'ai trouvé. "Le pont de l'île" de Christine O'Doherty qui raconte le voyage d'une femme jusqu'à l'île du Prince Édouard. "Les vents fous" de Gervais Pomerleau qui parle entre autres de tueurs en série à l'île du Prince Édouard.
      Bon là je pense que je n'en trouverai pas d'autres. ;)

      C'est parfois dur de parler des livres qu'on a trop aimé. Je réussis rarement à leur rendre justice et c'est un peu dommage. Je te mets pas de pression hein, mais j'attends ton billet ;)

      Supprimer
  2. Quel beau projet! Je serai impatiente de le suivre avec toi. Justement, je vais passer tout prochainement à quelques lectures québécoises avec Jocelyne Saucier et Catherine Leroux. Depuis quelques mois, ma pile québécoise grimpe grâce notamment à la Foire du Livre de Bruxelles de cette année qui avait pour invité d'honneur le Québec!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Laeti! Jocelyne Saucier est définitivement une auteure à découvrir. Outre "Il pleuvait des oiseaux" qui vient de paraître chez Folio, "Les héritiers de la mine" paraîtra bientôt chez Denoël, si ce n'est déjà fait. Il est dans ma PAL depuis un p'tit bout... "Le mur mitoyen" de Catherine Leroux me tente depuis un bout. J'ai hâte de te lire sur ces romans québécois.

      Supprimer
  3. Contente de voir que Les Troutman volants ont fait la liste!!! Bonne lecture! :)

    RépondreSupprimer
  4. Bon, pas eu le temps de lire attentivement, car j'ai filé directement sur le net chercher un livre venant de l'Ile St Edouard - parce que tu as raison, à part Anne et ses pignons verts...

    J'en trouve mais uniquement en anglais (et bon it's not your cup of tea, right?), je te les donne :

    Alistair MacLeod : Island : the complete stories (il est écossais mais l'action se passe sur l'Ile canadienne)
    Nick Cutter : the Troop

    Bref, je crois que la proposition de Gabe te conviendra mieux, bon maintenant je file lire ta chronique avec soin

    (ps : très bon choix, Noeuds et dénouement) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ça me tente : j'ai déjà repéré Craig Davidson (et j'ai De rouille et d'os à lire)
      mais je suis très tentée par Polynie, Saison froide et Les Troutman volants !

      Je les note tous ;-)

      Supprimer
    2. S'il y a des titres qui sont impossibles à trouver chez toi, fais-moi signe!

      Supprimer
    3. Oui et pareil pour toi !
      Je relis, Gabe et moi sommes tous les deux des fouilleurs LOL
      sinon j'ai zappé dans ma liste le premier, celui que tu viens de finir de lire sur le grand-père qui confie à son petit- fils la mission de retrouver son fils ... ça en fait dis-donc mais bon j'adore ça !

      Supprimer
    4. Tu as zappé... ? Traduction stp? Ici, ça veut dire changer de chaîne à la télé. Donc, on passe à autre chose.

      S'il y a en un dans cette liste dont je suis persuadée qu'il te plaira, c'est bien celui-là!

      Supprimer
    5. Tu as bien traduit, ça signifie deux choses : changer de chaine à la télé et passer d'un sujet à l'autre, trop vite ;-)

      Je prépare mon billet Canada !

      Supprimer
    6. Tu t'images bien combien j'ai hâte de te lire... en espérant que mes choix ne seront pas trop affectés!

      Supprimer
  5. Je découvre ton blog via celui de Gab. J'ai trouvé ton idée de PAL USA très intéressante, celle-ci l'est également !
    Je connais le film Terre-Neuve, je ne savais pas qu'il était tiré du livre Noeuds et dénouement dont j'ai lu beaucoup de bien. Je vais noter le titre pour une future lecture.
    Je suivrai tes voyages livresques avec grand intérêt (je sens que cela ne va pas faire du bien ni à ma PAL ni à ma LAL :-) ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi, Kidae! Merci de tes bons mots.

      Supprimer
  6. Excellente idée une fois de plus.

    De très bons choix de lectures. Je viens de déposer mon billet sur ''Noeuds et dénouement'' que j'ai a-do-ré. Je te souhaite un aussi beau voyage que celui que je viens de faire à travers les mots de dame Proulx.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Suzanne! J'ai lu ton billet sur ''Noeuds et dénouement''. Tu te doutes bien que j'ai d'autant plus hâte de lire le roman de Proulx!

      Supprimer
    2. C'est fou, le mien va sortir aussi ! Un vrai coup de coeur également, Annie Proulx est-elle au courant ?!

      si avec ça, tu ne te jettes pas dessus !

      Supprimer
  7. Rudement sympa comme idée ! Je voulais justement venir te demander un de ces jours comment et pourquoi tu lis tant de littrature française ? Nous pondrais tu un billet sur la littérature québecoise en général , je connais très très peu de choses ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos désirs sont des ordres, chère Mior! J'en prépare un ce week-end. À suivre la semaine prochaine!

      Supprimer
    2. J'y pense! Moi qui, après avoir lu ton billet, aspire au Slow Blogging, ça regarde mal, non?! Plutôt que de ralentir, je prends les bouchées doubles! La vie est si courte! Pour le billet sur les livres québécois, je me sens moins coupable, ce sera des romans déjà lus!

      Supprimer
    3. Oui moi aussi, le slow blogging viendra peut-être dans quatre ou cinq ans, nos blogs sont encore des bébés ;-)

      J'ai hâte de lire ton billet sur les livres québécois pour choisir pour mon challenge Canada !

      Supprimer
    4. Patience... Je slow blogging! Celui-là, ce sera pour jeudi!

      Supprimer
    5. C'est si loin... il me manque 8 livres ! ;-)

      Supprimer
  8. je n'en connait aucun ( mais j'en ai noté ) exepter le yukonnaise que j'ai adoré - comme tout ce que j'ai lu de l'auteur jusque là :)

    RépondreSupprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·