Noeuds et dénouement · Annie Proulx

vendredi, mai 29, 2015

La vie de Quoyle est pleine de nœuds: un mariage désastreux avec Petal Bear, une harpie infidèle dont il subit docilement les frasques; la mort toute fraîche de son père; son travail de journaliste de troisième zone... Quoyle: un homme complexé, sans envergure, un tapis sur lequel sa femme s'essuie les pieds.

Il survécut à son enfance… Il passa le cap de la trentaine, apprenant à dissocier ses sentiments de sa vie, sans rien en attendre.

Petal le quitte, non sans avoir d'abord tenté de vendre leurs deux filles à un pédophile. Elle et son amant se tuent dans un accident de voiture. Bon débarras! Quoyle retrouve ses filles, saines et sauves. Venue récupérer les cendres du père, la tante convainc Quoyle de changer de vie. À trente-cinq ans, veuf, deux enfants à charge et une grosse déprime sur les bras, Quoyle n'a plus rien à perdre.

Changement de cap. Quoyle et ses filles, la tante à la remorque, plient bagage et quittent l'État de New-York. Direction Terre-Neuve, terre de leurs ancêtres. La maison familiale, inhabitée durant quarante ans, branlante et secouée par les vents, les attend au bord d'une falaise.

Quoyle s'intègre dans la communauté, se reconstruit petit à petit. Il trouve du travail à L'Eider cancaneur, le journal local. Il devient rédacteur de la rubrique «accidents de la route». Il doit aussi recenser les mouvements des bateaux qui passent par le port - perspective étrange pour un homme qui ne sait pas nager et a une peur bleue de la mer... Sa rubrique connaît un succès retentissant, une popularité qu'il n'aurait jamais cru possible.

Confronté à la mémoire de ses ancêtres qui ont laissé un mauvais souvenir aux insulaires, Quoyle découvre la vérité sur sa famille et se rapproche de sa tante. Petit à petit, il dénoue les liens qui l'ont enserré. Sa rencontre avec Wavey, veuve éplorée, lui apporte le repos du guerrier. Terre-Neuve, petit monde insulaire refermé sur lui-même, devient le lieu d'épanouissement de cette drôle de famille.

J'ai été fascinée par cette nature sauvage ballottée par les vagues et secouée par le vent, par ces histoires de pêcheurs, de naufrages, de sauvetages miraculeux. Je me suis attachée à ces personnages pittoresques: la tante de Quoyle, femme déterminée à remettre la maison familiale en état, ses collègues de travail. Le sordide et la beauté alternent pour former une communauté humaine attachante, le tout porté par une écriture hachée, des phrases sèches et abruptes. C'est le premier roman d'Annie Proulx que je lis - dévore, plutôt. Ce ne sera pas le dernier. 

Après avoir remporté le Pulitzer et le National Book Award, Noeuds et dénouement a été adapté au cinéma en 2001 par Lasse Hallström sous le titre Terre Neuve (The Shipping News).

Noeuds et dénouement, Annie Proulx, Rivages poche, 482 pages, 1999. 

laissez-vous tenter

8 commentaires

  1. Je suis content que tu aies aimé! Je surveillais ton billet. J'aimerais bien voir le film, j'ai du mal à m'imaginer la transposition au cinéma. Ce doit être intéressant!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis ravie de voir que tu as aimé toi aussi ! Oui après on a très envie de lire plus de romans de cette romancière ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un recueil de nouvelles et deux romans de dame Proulx m'attendent!

      Supprimer
    2. Oui, j'ai lu l'une de ses nouvelles. Une grande romancière ;-)

      Supprimer
  3. un de mes livres préférés :-) le film est sympa aussi!

    RépondreSupprimer
  4. je te cite:
    '' J'ai été fascinée par cette nature sauvage ballottée par les vagues et secouée par le vent, par ces histoires de pêcheurs, de naufrages, de sauvetages miraculeux. Je me suis attachée à ces personnages pittoresques''

    Absolument en accord . Une lecture qui laisse et va laisser longtemps sa marque.
    Très beau billet dame Marie-Claude.

    RépondreSupprimer

· archives ·

· visites ·