Retour à Watersbridge · James Scott

jeudi, mai 21, 2015


Hiver 1897, au nord de l'État de New York. Trois hommes font irruption dans une ferme isolée, non loin de la frontière du Canada. Ils tirent. Un garçon caché dans le fenil assiste impuissant au massacre de son père et de ses frères et sœurs. Caleb, douze ans, échappe à l'hécatombe. Il a eu la vie sauve parce qu'il vit dans la grange, parce qu'il est un solitaire qui a plus d'affinités avec les bêtes qu'avec les hommes.

Elpsbeth est sage-femme. Plusieurs mois par année, elle laisse sa famille et part travailler en ville. C'est en rentrant d'une de ses virées, les bras chargés de cadeaux, qu'elle fait la macabre découverte.

Caleb est caché dans le cellier, une carabine à la main. Quand il entend des pas dans la maison, il croit les tueurs de retour. Il tire son comptant de plombs et atteint… sa mère. Caleb la soigne du mieux qu'il le peut. Elpsbeth finit tant bien que mal par s'en remettre.

Commence pour eux une longue, une périlleuse épopée à travers la neige, les bois, les collines abruptes. Poussés par un seul objectif: trouver les meurtriers et se venger. Leurs pas les mènent à Watersbridge. Dans cette ville de western peuplée de truands, de prostituées et de petits travailleurs, Elps­beth se déguise en homme pour éviter d'être reconnue. Pour assurer la pitance, elle se fait embaucher dans une glacière sur les rives du lac Érié. Caleb se trouve du travail au saloon-bordel dans l'espoir d'y voir débarquer ceux qui ont massacré sa famille.

Les choses ne se passent comme prévu. Les ressemblances finissent par sortir au grand jour. Les questions fusent dans l'esprit de Caleb. Et si les tueurs n'étaient pas venus par hasard tuer sa famille? Et si sa mère et son père avaient plein de squelettes dans le placard? Et si tout reposait sur une imposture? Dans cette contrée sauvage où les actes comptent plus que les mots, où les gestes d'affection et de tendresse sont un luxe, la mère et le fils font des rencontres tantôt menaçantes, tantôt bienveillantes. Ils ne sont pas au bout de leur peine...

James Scot évoque avec une précision d'horloger l'obsession d'une mère rongée par les remords et la vengeance d'un fils qui devient trop tôt un homme. Les épisodes d'une violence abrupte contrastent avec la luminosité et le silence des étendues blanches. L'écriture de James Scott fait le grand écart: sèche et âpre pour accompagner des personnages bousculés par le vent et tétanisés par le froid, lyrique pour décrire des scènes d'apocalypse. Un roman violent, implacable. Dès les premières lignes, la tension est palpable, le malaise s'installe subtilement et le rythme ne faiblit pas jusqu'à l'apothéose finale. Je me suis battue à bras-le-corps avec ce roman pour éviter qu'il ne m'engloutisse (et ce, malgré les quelques digressions un peu longuettes, les quelques incongruités ici et là et la fin ouverte qui m'a laissée songeuse). Absolument magistral. Le premier roman d'un auteur que je suivrai de très très près.

Retour à Watersbridge, James Scott, Seuil, 389 pages, 2015. 

laissez-vous tenter

12 commentaires

  1. Je ne sais pas quoi dire .. j'attends ce livre depuis si longtemps .. genre six mois ... et voilà tu l'as lu et évidemment ton billet me donne encore plus envie de le lire ! Je l'ai réservé à la médiathèque, j'espère que la personne ne va pas prolonger son emprunt !!! sinon je deviens folle (quand je suis allée dans une librairie, il n'y était pas...)... bref, tu le savais déjà !

    Sinon, hors sujet j'ai reçu ton magazine donc je le poste demain ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh et oui évidemment super billet, bon je ne m'attarde pas trop dessus parce que ce livre me donne trop envie ;-)

      Supprimer
    2. Tu vas te régaler, ma chère!

      Et merci pour le magazine...

      Supprimer
    3. De rien ! Oui, j'attends la date prévue et sinon je vais finir par le commander ;-)

      Supprimer
  2. AAAhhhh où vais-je trouver le temps de tout lire ce que tu nous suggères dame Marie-Claude???
    J'ai beau me dire que je dois modérer dans mes envies de tout lire mais sirop des billets tentateurs comme celui-ci; comment veux-tu passer outre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que celui-ci, c'est très difficile de passer à côté. Je ne suis pas prête de l'oublier. Pour son intrigue, son atmosphère et la qualité de son écriture, James Scott fait très fort.
      Si cela peut te consoler, sache que quand je passe chez toi, tu rends ma PAL vertigineuse!

      Supprimer
  3. Bon tu vas rire mais ma blogroll m'indique que tu n'as rien poster depuis deux jours.. et là ça va pas du tout ça ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est résolu. Et ton porte-monnaie va être content!

      Supprimer
    2. Je me relis et je vois l'énorme faute de grammaire.. "rien posté..." Désolée, c'est l'émotion qui a parlé !!

      Merci ;-)

      Supprimer
    3. Je ne suis pas hyper à cheval sur les fautes, surtout lorsque c'est l'émotion qui parle!

      Supprimer
  4. Ça l'air bon quand même! Hum, un autre que j'ajoute à ma liste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gab! Oui, il devait bien te plaire, celui-là aussi!

      Supprimer

· archives ·

· visites ·