Le samedi, c'est jeunesse!

dimanche, juin 28, 2015


Ulysse n'a pas envie d'aller passer les vacances de Pâques chez Tonton-Bigleux, alias tonton Lucien et Tatie-Prout, alias tatie Frida. Sans parler de Denis le chat, leur bébé. Il faut dire qu'ils ne sont pas jojo. Au menu, c'est des conserves matin, midi et soir: une boîte dans chaque assiette et le tour est joué.
Les vacances, qui promettaient d'être d'un ennui mortel, prennent un tour nouveau lorsque la boîte de conserve du soir s'ouvre sur un contenu pour le moins déroutant. Entre les sardines qui baignent dans l'huile, Ulysse découvre une petite sirène - aux seins nus! Lui qui manquait d'aventures, voilà tout un rebondissement. Comment Ulysse parviendra-t-il à préserver son secret? Et comment protéger sa belle découverte des griffes de ce satané chat qui rôde?





Un album réjouissant, déjanté, haut en couleurs, un brin irrévérencieux. Des personnages un peu toqués, des scènes savoureuses portées par le texte d'Émilie Chazerand et les illustrations d'Aurélie Guillerey.
Comme il m'arrive parfois, je n'ai pas tout compris. La fin m'a laissée perplexe! Mais comment résister à l'explication de maman qui, pour expliquer les prouts de mamie, dit qu'elle a les intestins qui toussent!
La petite sardine à l'huile, Émilie Chazerand (texte) et Aurélie Guillerey (illustrations), Sarbacane, 40 pages, 2015.
Je suis une inconditionnelle d'Aurélie Guillerey. Avec Magalie Le Huche, Marianne Dubuc et Marc Boutavant, elle fait partie de la gang d'illustrateurs dont je mets la main sur toutes les parutions.

laissez-vous tenter

3 commentaires

  1. Ah, voilà qui me rassure: moi non plus, je ne comprends pas toujours les albums jeunesse - un comble, pour une auteur jeunesse! Je ne parle pas de celui-ci en particulier, que je ne connais pas, mais il m'arrive régulièrement de tomber sur des perles du genre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toi, tu me rassures à mon tour!

      Un comble pour une auteur jeunesse? Je ne dirais pas ça.

      C'est un peu comme la poésie, parfois, c'est simplement trop hermétique! Soit qu'il n'y ait rien à comprendre, soit que la réponse est dans la tête de l'auteur (lui seul peut comprendre). Ce qui, avouons-le, pour un album jeunesse, n'est pas terrible!

      Supprimer
  2. Justement en regardant ces illustrations, j'y ai vu une proximité avec Marc Boutavant dont j'adore Chien Pourri !

    RépondreSupprimer

· archives ·

· visites ·