Cool Water · Dianne Warren

vendredi, juillet 10, 2015


Prendre Le chant des plaines de Kent Hanuf. Enlever tout ce qui fait sa puissance et son charme. On obtient Cool water de Dianne Warren.

Juliet, un bled perdu au fond de la Saskatchewan. Dianne Warren présente tour à tour différents habitants de cette bourgade sans histoire. Des vies banales qui s'organisent autour des activités quotidiennes. Une petite société où tout le monde connaît tout le monde. Au centre du récit: Lee, abandonné par sa mère, laissé sur le pas de la porte de Lester et Astrid Torgeson, qui reprend la ferme familiale après la mort de ses parents adoptifs. Norval, le directeur de banque qui ne supporte plus son métier; sa femme Lila, obsédée par la gestion du futur mariage de leur fille Rachelle et de son fiancé insipide. Lynn, la propriétaire de l'Oasis Café, qui soupçonne son mari Hank de sauter la clôture. Willard, le propriétaire du dernier drive-in du coin, qui vit avec la veuve de son frère, habité par la crainte qu'elle ne le quitte. Blaine, un fermier endetté qui reporte sa honte et sa frustration sur sa femme Vicky et sur ses six enfants. Et Joni, cette femme de passage qui va bouleverser l'ordre établi dans la vie de certains de ces personnages.



Des récits de vie autour de l'orgueil et de la jalousie, des non-dits, des difficultés économiques et de la solitude. Les portraits se succèdent, morcelés, sans vraiment s'imbriquer les uns dans les autres pour former un tout cohérent. Les personnages sont d'intérêt inégal, stéréotypés. Le rythme est lent, un peu poussif. Le tout, trop convenu et prévisible à mon goût. Un patchwork très américain dans sa façon. Une petite saga déjà lue cent fois.

Je poursuis mon challenge Canada, après ce décevant passage en Saskatchewan... Finalement, j'aurais dû m'en tenir à mon premier choix: Un oiseau dans la maison de Margaret Laurence!


Cool Water, Dianne Warren, Presses de la cité, 416 pages, 2012.

laissez-vous tenter

8 commentaires

  1. Désolé ma belle ! Pour moi ça sera Margaret Laurence (enfin pas pour le Saskatchewan, je ne sais plus où j'ai fait ma mise à jour du challenge mais j'ai reçu le livre)

    Tu es quand même allée au bout du livre (416 pages) mais j'imagine .. un plat sans odeur ? Les photos sont belles. Le Hassman est mieux j'espère :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, je l'ai quand même terminé! Jusqu'à la moitié, j'espérais plus de densité, puis les clichés ont commencé à «poper»! J'en suis fièrement venue à bout.

      Je suis certaine que le Margaret Laurence aurait été moins décevant...

      Je termine le Hassman aujourd'hui... Avis à suivre, mais je n'ai pas eu de mal à le terminer!

      Supprimer
    2. Roooo... bon au moins tu ne lâches pas le morceau ! Tout à ton honneur ;-)

      PS : rien à voir mais c'est ta sauterelle sur la photo de ton craquage ? J'ai une photo de moi au même âge dans la bibli de l'école (mon endroit préféré) ..

      Supprimer
    3. Non, ma sauterelle est plus jeune (8 1/2). Elle a une attitude d'ado, mais pas encore le physique qui va avec!

      Supprimer
  2. Mince; il me tentais bien celui là. Je passe mon tour alors. j'attends ton avis sur la fille avec impatience ( j'attends pour le commander :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse tomber "Cool water" et commande "La fille". Mon billet sera publié sous peu mais je peux déjà te dire que les étoiles pleuveront!

      Supprimer
  3. Je passe sur ce titre...
    Tu as laissé un message sur mon blog sous l'article sur L'Innocence des bourreaux, mais je l'ai supprimé par mégarde... Je ne suis pas très douée encore, je blog depuis peu. Tu veux bien le refaire ? Vraiment navrée :/
    J'ai mis ton blog dans la liste des sites à suivre.
    A bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas très douée non plus... On en apprend à chaque jour! Au plaisir de te lire, ici et chez toi.

      Supprimer

· archives ·

· visites ·