Western Girl · Anne Percin

dimanche, août 09, 2015



Parce que mes lectures pour ados traînaient de la patte, j'ai glissé dans mon sac de voyage, entre deux poids lourds, un roman d'Anne Percin, mon premier. Je l'ai enfilé vite fait devant un feu de camp, la bouche tartinée de guimauves carbonisées.

C'est la singularité du personnage qui m'a d'abord attirée. Élise Bonnel, une jeune Rennaise rousse de seize ans, détonne. Elle aime Johnny Cash, Patsy Cline, Ricky Nelson, la danse en ligne, l'équitation. Aussi bien dire que dans le paysage adolescent, Élise fait cavalier seul.

Je suis quelqu'un de très ordinaire, j'en conviens, si l'on excepte mon goût prononcé pour la musique traditionnelle américaine. Comment j'en suis arrivée là! Ça, je n'en sais rien! J'ai l'impression que ça a toujours été en moi. Je dois avoir un gène avec un chapeau de cow-boy. Mes parents, ça n'est pas du tout leur truc, les westerns, les USA et tout ça. D'abord, mon père, il faut savoir que c’est un geek intégral: il écoute de l'électro et passe sa vie le nez dans un ordi. Ma mère s'habille comme si elle revenait de l'Inde, n'écoute que de la musique celte et du reggae. Ils ne se ressemblent pas, ils se sont assemblés quand même et là, une erreur fatale s'est produite: je suis née western girl.

Le coup de foudre a eu lieu lorsqu'elle avait six ans. Ça s'est passé au Buffalo Grill de Poitiers. C'est là que la musique country, les westerns, l'équitation, l'histoire des États-Unis lui sont tombés dessus. Après cette révélation, elle s'est inscrite dans un centre équestre et a commencé à monter à cheval. Depuis, elle n'a jamais cessé.

Le jour où elle tombe par hasard sur une brochure qui offre un stage d'équitation western de trois semaines dans un ranch du Dakota du Sud, ça fait tilt. Elle travaille d'arrache-pied pour réunir les sous nécessaires à l'inscription.

Le grand jour arrive. Ils sont douze à partir. Élise quitte Roissy pour Winner, une petite ville proche des Badlands. Hébergés par la famille Cooper, les douze adolescents français découvrent la vie de rancher, ses difficultés, ses corvées, dont le pelletage de fumier, et ses fous rires. Élise réalise vite que les autres adolescents sont tous façonnés dans le même moule: des gosses de riches crâneurs, imbus d'eux-mêmes. Aux yeux des autres, et de Georgia en particulier (une Nellie Oleson des temps modernes), Élise cumule les handicaps: issue d'une famille de la classe très moyenne, elle n'a pas de cheval, elle est rousse, elle tient un journal de bord et elle se lie d'amitié avec Derek, le garçon de ferme noir venu des quartiers pauvres de l'Urban Riding Club, à Philadelphie. Facile, dans ces conditions, de devenir la cible des railleries du groupe… (une cible, il en faut toujours une!). Pauvre Élise. Le voyage de ses rêves se transformera-t-il en cauchemar?

Un roman pour ado sur le Midwest, sur la rudesse d'un mode de vie en voie de disparition. Un bel hommage à la musique country-folk américain. (Chaque chapitre porte le titre d'une chanson emprunté au répertoire américain.) J'en ai appris sur le Midwest et j'ai découvert l'existence de l'Urban Riding Club de Fletcher Street, ce quartier de Philadelphie où de jeunes noirs, souvent des gamins de la rue, s'occupent de chevaux en plein coeur de la ville. Même si j'ai plusieurs réserves, l'aspect documentaire du roman prend le pas sur les petites gamineries subit par Élise et l'histoire d'amour bancale qui se développe: le garçon le plus riche du groupe qui tombe amoureux de la pauvre fille du village, on a déjà vu… 

Un petit roman original par son thème, rédigé sous forme de journal de bord, à dévorer d'une traite avec un air de Johnny Cash en sourdine. L'écriture d'Anne Percin est énergique, empreinte de finesse et pimenté de quelques touches d'humour. Oui, certains personnages frisent la caricature. Mais un personnage qui trace sa route comme elle l'entend, et ce, de façon saine, ça se prend toujours bien!

Western Girl, Anne Percin, Rouergue, 200 pages, 2013.

Vous pourriez aussi aimer

18 commentaires

  1. C'est amusant car j'ai lu un article sur Anne Percin et j'ai vu ce livre-là. Vu qu'il est destiné aux ados, ça explique peut-être que tu y as trouvé quelques facilités (le gosse riche qui s'éprend de la jolie mais pauvre fille.. ) mais j'ai souri car j'ai un collègue qui adore la country music, et fait partie d'un club de country à Nantes (où ils dansent comme les cow-boys...), il va aux USA tous les ans. Comme quoi, ils ont réussi à nous atteindre même de très loin ! Moi j'adore l'Ouest sauvage, mais après avoir goûté à ça, je ne suis toujours pas fan de la country ... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma foi, il m'a l'air bien intriguant, ce collègue à fond dans le western!

      J'adore aussi l'Ouest sauvage, mais sans la country! J'ai écouté des extraits sur itunes des titres cités par Anne Percin dans le roman. Outre une chanson, le reste m'a plutôt fait rire...

      Supprimer
  2. Pas pour moi, ce roman, mais la photo des chevaux est bien trouvée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En le lisant, je me demandais aussi qui pouvait être attiré par le sujet, somme toute assez pointu - de ce roman. Je me demande si elle a trouvé son lectorat!

      Supprimer
  3. Il y a d'autres titres qui me disent plus d'Anne Percin, en jeunesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'écrivais à Kathel, le sujet pointu de ce roman en rebutera plus d'un. Si on a aucune affinité avec l'univers des chevaux et du country, on tourne le regard, c'est certain!

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Heureuse de l'entendre. Mais tu es prévenue: un roman pour ado, dont l'histoire est un chouia cucu. Mais pour le thème, c'est très intéressant.

      Supprimer
  5. Je me le note tout de suite, il me tente !

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai lu qu'un livre d'Anne Percin : "Les singuliers", qui a été un Immense coup de coeur, mais je ne pense pas que ce livre là soit fait pour moi.
    Par contre, c'est une jolie couverture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller voir du côté de son roman "Les singuliers". Tu m'intrigues.

      Supprimer
  7. J'ai beaucoup aimé ce livre, je le trouve très bien pour les ados qui veulent en savoir plus sur les USA :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Pour ça oui. Les ados peuvent en apprendre beaucoup sur les États-Unis. Et pas que les ados. Moi-même, j'en ai appris, des choses...

      Supprimer
  8. Mon père vit sur un petit ranch, il possède des chevaux et il fait des compétitions dans les rodéos. J'y suis allée souvent pour le regarder. C'est étonnant le nombre de jeunes qui fréquentent ces événements ! Je crois qu'on a une fausse image de cette "sous-culture" du country. Au Québec, je crois qu'il y a un bon public pour ce livre pourvu que ces jeunes cowboys et cowgirls lisent aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voudrais bien le rencontrer, ton père!

      J'ignorais que cette "sous-culture" du country était présente ici même, au Québec.

      Quoique quand je pense à l'énorme affluence qu'il y a au festival de Saint-Tite...

      Supprimer
  9. J'aime beaucoup Anne Percin, surtout ses publicatiosn pour adultes, mais le thème de celui-ci m'attirait aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais lu ses romans pour les grands. As-tu un titre à me suggérer?

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·