Les saisons de la solitude · Joseph Boyden

mardi, octobre 27, 2015

Will, vieux loup solitaire et alcoolique, est plongé dans un coma profond. Gisant dans son lit d'hôpital à Moosonee, dans le nord de l'Ontario, il se raconte. Comment en est-il arrivé là?

De retour d'un long et pénible voyage, sa nièce Annie est assise à son chevet. Sur les conseils d'Eva, sa meilleure amie infirmière, elle parle à son oncle, lui raconte ses infructueuses tentatives pour retrouver sa soeur Suzanne, partie jouer les mannequins à Montréal, Toronto et New York. Suzanne n'a pas quitté Moosonee seule. Elle s'est enfuie avec Gus, le plus jeune du clan Netmakers, une famille de méchants vendeurs de drogue. Depuis un temps, impossible de suivre leurs traces.

Les voix de Will et d'Annie se font écho, d'un chapitre à l'autre. Dans le dialogue silencieux qui les unit, leurs histoires les plus secrètes se dévoilent. Une magnifique fresque individuelle, familiale et culturelle prend alors forme.

Avec une main de fer, Joseph Boyden empoigne des destins qui se tiennent à califourchon entre deux mondes. Il entrecroise les souvenirs de Will, rongé par la culpabilité, et la quête éperdue d'Annie, à la recherche de sa sœur.

Will incarne la vieille génération, celle qui essaye de maintenir en vie un mode de vie traditionnel. Annie, elle, incarne cette génération qui aspire aux mirages d'une vie trépidante, loin du Nord. À Toronto, Montréal et New York, sur les traces de sa sœur, elle est prise au piège de la jungle urbaine. Elle plonge dans un monde de paillettes: la mode, les boîtes de nuit, la drogue. Elle délaissera vite son nouveau statut de princesse indienne pour revenir à Moosonee, accompagné d'un jeune indien sans abri rencontré à Toronto.

De l'immensité sauvage des forêts canadiennes aux gratte-ciel de Manhattan, c'est le choc de deux mondes, de deux cultures, que décrit Joseph Boyden. C'est aussi la noblesse et la solidarité des autochtones dispersés sur les trottoirs des grandes villes.


Tantôt d'une poésie vibrante lors d'échappées dans une nature brutale, tantôt traversé d'une tension digne d'un polar, Les saisons de la solitude abordent avec une profonde humanité la quête de l'identité, la perte des repères et la culpabilité, le tiraillement entre tradition et «civilisation». Il se dégage de ce périple un souffle puissant, unique. Le style est direct, la langue va droit à l'essentiel, envoûtante et rocailleuse – comme les paysages qu'elle décrit.

Deux petits bémols, mais de ceux qui ne gâchent pas le plaisir: très près de la fin, l'intrigue plonge dans le mélodrame, livrant une finale doucereuse qui ne rend pas justice à l'ensemble du roman. Par ailleurs, le manichéisme est un peu trop surexposé à mon goût: le mauvais monde civilisé s'oppose aux valeurs ancestrales, la méchante ville s'oppose à la nature magnifiée. Ça manque un tantinet de nuances. Reste que Joseph Boyden se révèle un fabuleux conteur lorsque vient le temps de décrire le Nord, tant sa beauté, sa sauvagerie, que sa désolation.

Je n'ai pas encore lu Le Chemin des âmes, le premier volet du clan Bird, ni Dans le grand cercle du monde, le dernier volet du triptyque. Mais je vais y venir, ça ne fait aucun doute.

Les saisons de la solitude, Joseph Boyden, Livre de poche, 480 pages, 2011.



Si le roman vous intéresse le moindrement, il faut vite lire le magnifique billet d'Electra. Vous ne saurez résister. Et elle, la fin, elle l'a aimée!

Vous pourriez aussi aimer

23 commentaires

  1. J'adore cet auteur, je te conseille Dans le grand cercle du monde pour continuer sur ta lancée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le prochain que je lirai de lui. D'autant plus qu'il vient tout juste d'arriver en poche. Après quoi, je plongerai dans "Le Chemin des âmes". Je ne résisterai sans doute pas à son recueil de nouvelles.

      Supprimer
    2. Oui cet auteur est magistral !! :D

      Supprimer
  2. Tu vas te régaler puisqu'il te reste à découvrir les tomes 1 et 3 de cette trilogie (appelée à devenir tétralogie si l'auteur suit son idée première), d'autant que pour moi, ces Saisons de la solitude est le maillon le plus faible de l'ensemble (le meilleur étant à mon avis Le chemin des âmes).
    Ainsi que je le signale à chaque nouvel(le) aficionado de Boyden que je croise, il ne faudrait pas passer à côté de son recueil de nouvelles (Là-haut vers le nord) où il esquisse déjà certains des personnages récurrents de cette tri/tétralogie.
    Déguste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, tant mieux. Je n'en attends pas moins!
      Si "Les saisons de la solitude" est le maillon le plus faible, je vais vraiment me régaler!
      "Là-haut vers le nord" est aussi commandé.
      Compte sur moi, je vais déguster!

      Supprimer
  3. Un coup de cœur pour moi.
    Le Papou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de le découvrir enfin, ce roman. De toute évidence, il a beaucoup plu. C'était le temps que je m'y mette!

      Supprimer
  4. Jamais lu non plus, il faudrait pourtant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute évidence, OUI! Il m'en a fallu du temps, mais tu vois, il n'est jamais trop tard!

      Supprimer
  5. Je ne me souviens pas d'une fin mélodramatique, mais mes souvenirs datent un peu, je l'avais dévoré à sa sortie, j'ai moins apprécié le troisième, en ce qui me concerne, plus classique et uniquement centré sur le passé de cette famille. Les nouvelles de "Là-haut vers le nord" sont indispensables, je rejoins In cold blog !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ben, c'est décidé, je vais éplucher son oeuvre!

      Supprimer
  6. Oh merci ! J'avais oublié le titre (j'ai dans ma PàL Le chemin des âmes) et en lisant ton billet l'histoire m'est revenue et j'ai cherché mon billet .. que tu as gentiment cité !

    Oui, il faut que je lise aussi ses autres romans et que je me procure ce Poche (je l'avais lu en broché mais je préfère le Poche quand je vois sa couverture)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton billet était (est) très tentateur. J'avais noté ce titre en le lisant, justement!

      Supprimer
  7. Haaaaaa, j'adore Joseph Boyden ! Avec une préférence pour Le chemin des âmes, magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'est pas la seule à préférer ce roman aux deux autres. Du coup, je suis tentée de le garder pour la fin!

      Supprimer
  8. Cet auteur fait partie de mes préférés.
    Excellent billet comme de coutume gentille dame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça continue avec ses prochains romans, il fera aussi partie de mes auteurs préférés.
      Merci pour ces bons mots, et surtout, heureuse de te retrouver ici. J'ai hâte de retourner par chez toi...

      Supprimer
    2. Merci c'est très gentil.
      Au plaisir.

      Supprimer
  9. Je veux lire Joseph Boyden depuis un moment mais chaque fois autre chose passe devant. Tu me donnes très envie de le découvrir, je suis persuadée que j'aimerais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'ai souvent repoussé sa lecture. Et je regrette de ne pas l'avoir découvert avant. La bonne nouvelle, c'est qu'il me reste deux romans à découvrir, plus un recueil de nouvelles. Et il paraît que "Les saisons de la solitude" n'est pas le meilleur... Ça promet donc!

      Supprimer
  10. Un roman qui attend encore son heure chez moi.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça semble être le cas pour plusieurs. N'attends plus et plonge!

      Supprimer
  11. Ah je note ! Il peut me plaire celui là !
    Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·