Soleil · David Bouchet

vendredi, octobre 02, 2015


Le jeune Souleymane et sa famille débarquent au Québec sans mode d'emploi, avec dix sac et valises. Le Sénégal est maintenant derrière eux. Après un court passage dans un hôtel près de l'aéroport, ils échouent dans un quatre et demi à Villeray, puis dans un six et demi avec sous-sol dans Rosemont-La Petite-Patrie. Pas question d'habiter à Parc-Extension et de se ghettoïser. La famille Gueye veut «devenir d'ici», «se fondre dans le Canada des Québécois».

Pour Bibi, le grand frère, l'adaptation se fait les doigts dans le nez. Le sport lui ouvre toutes les portes. Pour P'pa, l'adaptation est plus ardue. Après des semaines de recherches d'emploi qui ne mènent nulle part, il se barricade dans le sous-sol de l'appartement, déprime, sort une pelle et creuse. Il émigrait pour progresser, se réaliser. Mais c'est un mur qu'il frappe. Selon Mère, il a reçu un mauvais sort, a été marabouté. Après cinq mois à creuser son trou, P'pa part en ambulance, drapé et ligoté. Il est interné à Louis-Hippolyte Lafontaine pour dépression majeure et troubles psychotiques du comportement. Le rêve de la terre promise vire au cauchemar. Le reste de la famille doit s'arranger. C'est au tour de la mère de devenir le socle de la famille. Mère, c'est une battante qui fait face, une épreuve à la fois.

Souleymane s'adapte. Il observe. Il écoute. Heureusement qu'il y a Charlotte, la voisine d'en face. C'est depuis qu'il l'a rencontrée qu'il se fait appeler Soleil. Parce que c'est comme ça qu'elle l'appelle, Charlotte. Pauvre gamine… Sa vie est un orage sans fin. Une vie de poquée. En plus d'avoir les deux yeux dans le même trou et de ne pas avoir de père, elle doit s'occuper de sa mère dépressive et alcoolique, sans quoi elle risque de la perdre et de se faire ramasser par les services sociaux.

Depuis qu'elle est née, elle a seulement découvert sa différence et sa solitude. Elle est comme une petite immigrante ici, bloquée à la ville, prise au piège de sa vie, prise au piège de sa mère, attendant que les jours se succèdent et se ressemblent. Elle aussi, elle avance sur un tapis de gym.

Entre l'école et les visites à l'hôpital psychiatrique, entre la télé et les heures passées avec Charlotte, Soleil vit son choc des cultures. Il découvre le Québec, son environnement, ses valeurs et ses drôles de coutumes. Il découvre aussi les particularités de sa langue.

Je passais pour un étrange étranger, parce que j'avais des mots comme «trébucher» ou «essencerie», et eux autres, ils avaient «s'enfarger» ou «station de gaz», et quand pour moi c'est «gâté», pour eux, c'est «magané». Quand je dis «gomme», ils disent «efface», quand ils disent «gomme», je dis «chewing-gum», «ennuyeux», c'est «plate», et «la poubelle», c'est «les vidanges», etc. Ils disent aussi «j'ai tout'fait mon travail», ou «t'es ben cute», ou «on a parlé ded'ça». Pour moi, c'étaient eux qui avaient des problèmes de langue.

Malgré les embûches, Soleil et sa famille prendront racine au Québec, un pas à la fois. Parce qu'il faut bien aller de l'avant...


Soleil est un roman éblouissant, essentiel, à lire de toute urgence pour combattre la peur de la différence et s'ouvrir au monde. David Bouchet décrit de l'intérieur l'histoire – trop actuelle - de ces millions de gens qui, chaque jour, font le chemin de leur pays d'origine vers une terre d'accueil, contraints d'en apprendre vite les codes et d'abandonner une partie d'eux-mêmes, un voyage vers un eldorado dont ils attendent des jours meilleurs, mais que la dureté de la vie se charge de ramener à la réalité. Il ausculte, avec humour et sans complaisance, les souffrances liées au déracinement et les désillusions provoquées par l'exil.

Servi par une langue pleine de verdeur, d'un souffle rafraîchissant, Soleil est un beau et grand roman, pétri d'humanité, de ceux qui font réfléchir, de ceux qui ne peuvent que nous rendre meilleur. D'une force poignante et bouleversante, sa lecture touche en plein cœur. Soleil, c'est le plus beau roman sur l'immigration qu'il m'ait été donné de lire.

Une petite leçon pour terminer?
Ce n'est pas que je veux faire un joli tableau du Sénégal, parce que si P'pa et Mère, qui aimaient ce pays, ils l'ont quitté, c'est que ce n'était pas un tableau de maître, comme on dit. Mais quand même, sur des petites choses de tous les jours, simples et utiles, le Québec et les pays riches devraient prendre exemple sur le Sénégal. C'est vrai, quoi, c'est toujours dans un seul sens, l'exemple, c'est toujours l'exemple du plus fort, du plus beau, du plus riche, c'est toujours le pays pauvre qui prend exemple sur le pays riche. Sur ce que l'homme peut donner à l'homme, les médicaments de l'âme, les petits bonheurs de tous les jours, l'attention et l'humanité, on devrait faire des échanges dans l'autre sens. Une coopération de chaleur humaine. C'est ce que pense Mère et je suis d'accord.

Moi aussi!

Soleil, David Bouchet, La peuplade, 318 pages, 2015.

Vous pourriez aussi aimer

16 commentaires

  1. 5 étoiles ! toi qui disais enchainer les déceptions, le voilà ton coup de cœur ! ou c'est venu après? tu avais parlé de ce livre dans un de tes billets - on sent tout de suite que tu as adoré ce livre et tu lui rends un fort bel hommage (et je note dans mon carnet le vocabulaire québécois) :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est après la lecture de ce roman que ça s'est corsé et que les déceptions ont commencé à s'enchaîner. Là, je suis plongée dans un roman français qui sera assurément un coup de coeur. Je le déguste page par page...
      N'empêche, je m'ennuie de l'Amérique profonde! Ce sera pour bientôt...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Ce roman te plairait assurément, Véronique. S'il croise ton chemin, n'hésite surtout pas.

      Supprimer
  3. Tu en parles très bien ! Je suis tentée alors que je ne l'étais pas lorsque j'ai lu le résumé. Il croisera probablement mon chemin à un certain moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, j'ai accroché après avoir lu un extrait quelque part. Le résumé ne me disait rien non plus, ni la couverture. Et ce fut le coup de foudre!

      Supprimer
  4. Réponses
    1. J'espère être convaincante, quand j'aime! Que mon plaisir de lecture soit contagieux!

      Supprimer
  5. Cette lecture t'a visiblement beaucoup touchée ! Je note :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touchée n'est pas le mot! Bouleversée, enchantée, seraient plus près de la réalité!

      Supprimer
  6. Je le note immédiatement après la lecture de ta chronique ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un roman à découvrir. Je suivrai de près cet auteur!

      Supprimer
  7. Un billet qui donne envie de lire ce roman d'urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alex, si ce roman croise ta route, empoigne-le et ne le lâche pas!

      Supprimer
  8. Grosse tentation ma chère Marie-Claude! J'espère pouvoir me le procurer facilement... Tu nous donnes envie de l'avoir tout de suite en mains!! Et puis avec un tel sujet, il y a urgence effectivement. Merci pour ce bel article!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il se trouvera facilement pas chez vous...
      Je viens de terminer "Les échoués", de Pascal Manoukian. Gros coup de coeur aussi (billet à suivre). Avec "Soleil", c'est un exil presque idyllique, alors que dans "Les échoués", c'est le côté tragique, désespéré, en compagnie de clandestins. Deux romans trop actuels, mains oh combien nécessaires.

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·