Dans le grand cercle du monde · Joseph Boyden

mardi, novembre 24, 2015















C'est toute une claque que je viens de me prendre. J'ai été sur les nerfs, j'ai frissonné, eu la chair de poule, eu envie de vomir. J'ai été émerveillée, touchée. Et je me suis couchée moins niaiseuse.
Mes mots ne seront assurément pas à la hauteur. Aussi, je n'ai qu'un conseil à donner (et comme je n'en donne pas souvent, écoutez bien!): courrez chez votre libraire, procurez-vous Dans le grand cercle du monde de Joseph Boyden. Rentrez rapidement chez vous. Débranchez tout. Caressez l'objet en le remerciant d'avance pour le puissant moment de lecture qu'il vous fera vivre et plongez. Laissez-vous porter par ces mots et les images qu'ils évoquent.
Fallait bien que je commence par là, parce que la suite n'est sans doute pas très accrocheuse et pourra en rebuter plus d'un. Ah non! Pas un roman historique? Non, pitié! Pas un roman de plumes et de croix? Ça a d'l'air de ça, mais c'est beaucoup plus que ça. Le sujet n'est pas sexy et sent la poussière, j'en conviens. Mais de grâce, laissez de côté vos a priori et faites-moi confiance. Si vous êtes déçus, le prix à payer n'en sera pas trop élevé.
Ça se passe donc en plein cœur du 17e siècle. Les Européens arrivent… Ils viennent coloniser les terres et convertir les Sauvages. Les Hurons et les Haudenosaunee (Iroquois) seront confrontés à un choc culturel sans précédent.
Joseph Boyden défriche un monde en voie de disparition en donnant la parole à trois personnages qui, chacun à leur tour, auront voix au chapitre. Trois voix imbriquées et deux conceptions du monde qui se jaugent.
Il y a Oiseau, un valeureux guerrier huron, un homme «au cœur noir». Il n'est plus le même depuis que sa femme et ses deux filles ont été sauvagement tuées par les Iroquois. Assoiffé de vengeance, il souhaite à son tour décimer le plus d'Iroquois possible. 
Il y a Chutes-de-neige, une petite Iroquoise adoptée par Oiseau, le meurtrier de sa famille. Un seul désir l'habite: retrouver les siens. Les années passent et, malgré ses efforts, elle s'intègre et apprécie de plus en plus sa famille d'adoption.
Et il y a le père Christophe, surnommé le Corbeau ou le Bois-Charbon, un Jésuite breton toujours vêtu de sa soutane noire. Sa mission? Amener les Sauvages à renier leurs idoles et à accueillir la foi chrétienne. Le père Christophe, réincarnation de Jean de Brébeuf, tient un journal dans lequel il décrit ses aventures épiques et ses vaines tentatives pour convertir ces Sauvages livrés à l'idolâtrie. Petit à petit, il apprend la langue des Hurons et se rapproche de ses ouailles. D'autres corbeaux viendront se joindre à lui pour poursuivre sa mission.
Autour de ces trois personnages en fourmillent d'autres aux noms plus évocateurs les uns que les autres: Renard, Petite-Oie, Grand-Arbre, Dort-longtemps, Cendres-Chaudes, Piquants-de-porc-épic, Porte-une-Hache…
Ces destins sont scellés à jamais dans un monde sur le point de basculer. Chacun mène sa propre guerre: les uns pour convertir les Sauvages au christianisme, les autres, bien qu'ennemis jurés, cherchent à se venger de la tribu adverse et chasser ces Corbeaux venus piétiner leurs terres.

Le mode de vie, la vision de la vie et de la mort, les moeurs et les traditions, tout oppose les Jésuites aux Sauvages.
Pour les Jésuites, ces idolâtres aux esprits simples «existent sur un plan beaucoup plus bas que même la caste inférieure la plus pervertie d'Europe».
Corbeau aime faire peur. Si les Sauvages ne se convertissent, ils iront bouillir en enfer. C'est dit.
Pour les Sauvages, la stupidité des Corbeaux fait sourire.
Le soir tombe et j'ai cherché le Corbeau dans toutes les maisons-longues. Il s'est mis à se promener en dehors de l'enceinte. La tête penchée, il parle tout seul en comptant les perles du bracelet étincelant qu'il tient entre ses doigts. C'est un drôle de personnage. Et stupide, qui plus est, à marcher ainsi les yeux baissés sans prêter attention à son environnement.
Or, ce monde ne contient rien qui ait besoin de nous pour survivre. Nous ne sommes pas les maîtres de la terre. Nous en sommes les serviteurs.
Y'a pas à dire, plus les chapitres défilent et plus les choses empirent. D'un p'tit souper avec Champlain dans l'Habitation de Québec à la chasse au cerf. D'un raid d'Iroquois à la torture d'un missionnaire. Combien de passages ai-je lu en souriant de la couardise des uns ou en retenant mon souffle devant les souffrances infligées par les autres?
Le mal est fait. Le commerce avec le Peuple de Fer (les Français), le maniement des bois brillants (armes à feu), l'alcool et les maladies rapportées d'Europe... La grande marche de l'Histoire est en route.

Joseph Boyden livre une fresque ambitieuse, remarquablement documentée, portée par un style riche, puissant et vif. 
Dans le grand cercle du monde est un roman inestimable pour comprendre de l'intérieur le quotidien des autochtones et avoir une idée de leur monde rythmé par les migrations, la chasse, le troc et les rituels. 
La grande force de Boyden est d'avoir su éviter toute forme de manichéisme. Si les Sauvages apparaissent comme des êtres courageux, spirituels et aimants, ils sont aussi d'impitoyables guerriers et d'affreux tortionnaires. Les Français ne sont pas toujours montrés sous leur beau jour. Si leurs intentions sont souvent louables, leur volonté d'imposer leurs croyances frôle souvent l'hypocrisie et la rapacité.
C'est la mort d'un peuple que Joseph Boyden raconte. Triste sort: les Hurons-Wendats finiront par se faire massacrer et exterminer par les Iroquois en 1640, dans le silence des forêts de l'Ontario. Mais ça, c'est une autre histoire…
Si Les saisons de la solitude m'avait beaucoup plu, Dans le grand cercle du monde continue de m'habiter. Et je sens qu'il continuera à me hanter encore longtemps. C'est une leçon de vie et, en même temps, une leçon d'Histoire, qui sont servies dans ce roman poignant et fiévreux, un de ceux qui marquent. Que l'on quitte à regret.
J'ai bien hâte de voir ce que Le chemin des âmes, le premier volet de ce triptyque et les nouvelles de La-haut vers le nord me réservent. Mais ce ne sera pas avant que je ne me sois remise de mes émotions!
Dans le grand cercle du monde, Joseph Boyden, Livre de Poche, 696 pages, 2015.

laissez-vous tenter

23 commentaires

  1. Oh ce roman ! Si tu savais le nombre de fois où je l'ai tenu en main, "désiré"...et reposé sur l'étagère de la librairie, un peu effrayée..mais là, je sais que tu viens de me donner la meilleure excuse du monde pour ne plus résister ! très chouette billet, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que je ne donne pas trop le choix!
      Plus d'excuse!

      Supprimer
  2. Si "Dans le grand cercle du monde" a été "toute une claque", "Le chemin des âmes" s'annonce alors comme une mega-raclée. Prépare-toi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me régale d'avance...
      Joseph Boyden est en passe de devenir mon auteur de l'année!

      Supprimer
  3. Superbe billet que j'ai lu en "diagonale" car j'ai commandé tous ces livres au Père Noël ! Bon, je vais peut-être pas résisté longtemps avant de me l'acheter ! Je l'ai aussi pris plusieurs fois dans mes mains Bref, quel billet! on voit que tu as totalement fondu !
    Je ne regrette pas d'avoir commandé tous ses livres - j'avais aussi beaucoup aimé Les saisons de la solitude !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que le père Noël sera généreux. Sinon, cours chez ton libraire!
      Tu vas être enchantée!

      Supprimer
  4. C'est un grand et magnifique roman !! Du grand Boyden :)
    Bravo pour ton beau billet :)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis de l'avis d'In cold blog : "Le chemin des âmes" reste à un énorme coup de cœur inégalé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inégalé? Je sens que je vais devoir le lire plus tôt que prévu!

      Supprimer
  6. Les histoires indiennes de Boyden sont tristes et amères qu'elles se passent durant la grande guerre (Le chemin des âmes), de nos jours (Les saisons de la solitude) et même ses nouvelles (Là-haut vers le nord). On en ressort toujours choqué. C'est un grand.
    Le Papou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Papou. Un grand. Des histoires tristes, oui. Mais amères?

      Supprimer
  7. Un auteur incontournable. Très, très beau billet et prépare-toi car "Le chemin des âmes" risque de te faire plus effet encore.

    Psttt: c'est un plaisir de lire tes mots.
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, "Le chemin des âmes" semblent vraiment faire l'unanimité... Je le lirai avant 2016!

      Supprimer
  8. Je ne savais pas qu'il était sorti en poche. Voila un pavé qui risque d'alourdir ma pal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'ailleurs étonné que tu ne l'aies pas déjà lu. Une chose est certaine, tu ne pourras pas rester indifférent!

      Supprimer
  9. Je t'ai écouté les yeux fermés, avec un tel enthousiasme comment faire autrement ? Je l'ai commandé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En voilà une bonne fille! Maintenant, après lecture, il faudra m'en donner des nouvelles. S'il tu n'aimes pas, je te rembourse!

      Supprimer
  10. Ca a l'air passionnant, et les noms des personnages dépaysants.

    RépondreSupprimer
  11. Découvert grâce à votre article j'ai été conquise par JOSEPH BOYDEN et son livre ...Il va falloir que je me plonge dans ses romans précédents !merci pour ce partage!MYMY
    http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2015/12/18/33063310.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plaisir est pour moi. Contente que tu aies apprécié.
      Une collègue m'a dit que "Le chemin des âmes" était le chef-d'oeuvre de la trilogie. Et bien, ça promet!
      Je file lire ton billet.

      Supprimer
    2. bon ben voilà je suis faible j'ai acheté LE CHEMIN DES AMES et je l'ai commencé....MYMY

      Supprimer
    3. Je dois filer à la librairie acheter un livre de dernière minute pour un cadeau. Je sens que je vais être faible moi aussi... Tant qu'à être là, je vais me faire un petit cadeau.

      Supprimer

· archives ·

· visites ·