Va et poste une sentinelle · Harper Lee

mercredi, novembre 11, 2015



Une fois n'est pas coutume... Je retranscris l'article de Sonia Sarfati parue le 1er  novembre dans La Presse+. Elle exprime, mieux que je ne saurais le faire, ce que j'ai pensé du dernier roman d'Harper Lee.
Le roman serait sorti portant un autre nom sur la page couverture que celui de Harper Lee, il serait passé à peu près inaperçu.
On en aurait dit que ce Va et poste une sentinelle est un portrait pas inintéressant du sud des États-Unis du milieu des années 50, alors que le pays se déchirait à propos des questions raciales.
On y aurait aussi vu un roman porté par une jeune femme vibrante qui vit à New York, affranchie des valeurs prévalant toujours dans son Alabama natal, valeurs auxquelles elle refait face en allant visiter son vieux père. Lequel se défend bien d'être raciste, mais est, pour de bonnes raisons (!), membre du conseil des citoyens de la ville de Maycomb. Un conseil qui défend la suprématie de la race blanche.
Au fil d'un récit alourdi par des digressions loin d'être essentielles, les échanges entre père et fille donnent lieu à des pages parfois éclairantes, parfois interminables et empesées par des discours maladroits.
Ce qui sauve l'ensemble est, vraiment, Jean Louise. Elle est frondeuse, elle est vive, elle est spontanée. Elle n'a pas la langue dans sa poche.
On le voit, pas de quoi déclencher la controverse.
Mais.
Il se trouve que la fameuse Jean Louise, nous sommes des millions à la connaître. Enfant, elle était surnommée Scout. Elle était et est toujours la fille d'un avocat intègre, éloquent et progressiste: en ces années 30, il avait accepté de défendre un jeune Noir accusé d'avoir violé une femme blanche. Son nom: Finch. Atticus Finch.
                                                                                                                                                                         © Tom Clohosy Cole
Va et poste une sentinelle est en effet la suite du mythique Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur. Resté unique roman de Harper Lee pendant plus d'un demi-siècle. Mais écrit avant le livre qui a valu à son auteure le prix Pulitzer en 1961. Le manuscrit en avait été refusé. On lui avait conseillé de creuser une des digressions. Elle avait choisi le fameux procès, avec le succès que l'on sait.

Et là, de voir ce héros qu'est Atticus Finch devenu vieillard raciste est d'une tristesse extrême. Un choc. Vraiment. Et une source de colère devant une trahison de lèse-personnage: il est impossible d'emboîter l'Atticus des années 30 à celui des années 50. Comment est-il passé de l'un à l'autre? Silence radio là-dessus.
On comprend de cela que le manuscrit trouvé a probablement été publié tel quel, sans tenir compte de ce que Harper Lee a développé par la suite et qui a donné naissance à Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur.
C'est parce qu'il fait partie d'un diptyque qui le colle à un monument de la littérature américaine que Va et poste une sentinelle est sorti de l'anonymat qui l'aurait attendu dans d'autres circonstances.
Il n'y aurait pas eu là de controverse. Le roman ne se serait probablement pas beaucoup vendu. Présenté comme la suite de L'oiseau moqueur, il fait du bruit et s'écoule comme des petits pains chauds. Ceci explique (malheureusement) cela.
Va et poste une sentinelle, Harper Lee, Grasset, 332 pages, 2015.

Vous pourriez aussi aimer

13 commentaires

  1. Réponses
    1. Rien à voir avec "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur". Une grosse grosse déception!

      Supprimer
  2. Merci pour cet avis qui va donc m'economiser une lecture inutile ; )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lecture qui, surtout, laisse un goût amer lorsqu'on attend un roman de la même envergure que "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur".

      Supprimer
  3. j'avais l'espoir que tu l'aies trouvé formidable, mais malheureusement ton avis est conforme à ce que j'ai déjà lu sur ce roman...dommage, je pense cependant que je le lirai par curiosité (si j'ai le temps ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu précisément par curiosité. Je m'attendais tout de même à mieux...

      Supprimer
    2. Je viens de le finir (billet publié aujourd'hui)... j'ai été déçue dans le sens où il ne se passe finalement pas grand chose dans ce roman, à part le dialogue entre Scout et son père, que j'ai trouvé très intéressant.
      Ce qui est vraiment dommage, c'est que le texte de "Va et poste une sentinelle" n'ait pas été retouché pour correspondre à "Ne tirez pas..." ce qu'il fait qu'il y a des redites et des incohérences (l'issue du procès par ex.) ainsi que des passages pas assez développés (les retrouvailles avec Calpurnia..)
      Ce qui est très perturbant, c'est qu'Atticus Finch est un monument de la littérature américaine, et qu'il est ici complètement déboulonné de son piédestal...mais je ne trouve pas que les deux romans soient incompatibles, car finalement Atticus est surtout un homme qui défend la justice, et il y a un fossé énorme entre défendre un innocent injustement accusé, même s'il est noir, et accepter de vivre côte à côté en égaux avec les noirs...

      Supprimer
  4. Je passe mon tour tout simplement.
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai pourtant lu et aimé le premier chapitre (en anglais) mais après j'ai arrêté (de retour en France). Je ne suis pas aussi étonnée que ça, je vois autour de moi des personnages qui a 40 ans tenait un discours et à 70 ont aujourd'hui peur de tout, des étrangers, des jeunes.... Je crois que la vieillesse peut changer une personne, malheureusement. Après, c'est étrange de ne pas lire TES mots !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, oui... C'est bien vrai que plusieurs, en vieillissant, se mettent à avoir peur de tout et de rien. Et pourtant, c'est quand on a de moins en moins à perdre qu'on devrait être le plus ouvert et oser. Enfin... J'espère vieillir en ce sens!
      J'ai préféré reprendre les mots d'une autre, car mon ton assassin aurait pu faire grincer des dents... Une fois n'est pas coutume, t'inquiète!

      Supprimer
  6. Je ne savais pas qu'il existait une suite. Mais apparemment je n'ai rien manqué.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne suis même pas certaine de le terminer et à lire cet avis, je suis encore moins certaine de le faire! Dommage!

    RépondreSupprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·