Le samedi, c'est jeunesse!

samedi, janvier 16, 2016

Nos coups de cœur jeunesse de la semaine auront dorénavant leur journée attitrée: le samedi. Ce nouveau rendez-vous hebdomadaire sera l'occasion de présenter les albums chouchous que ma sauterelle et moi avons eu le plaisir de découvrir et de partager ensemble pendant la semaine. Je laisse donc tomber, sans regret, les billets sur des albums qui n'ont pas su emporter notre enthousiasme.

Ma sauterelle et moi sommes tombées sous le charme de Couac. Et quand, la dernière page tournée, ma sauterelle s'est exclamée: «Oh! C’est trop chou! Je peux l'amener à l’école?», j'ai su que c'était gagné. Car lorsqu'elle aime un livre, Léa a envie de le partager. Couac est donc parti en classe!

En volant dans la nuit, Cigogne perd l'œuf qu'elle transporte. L'œuf tombe dans un nid. Il se développe, grandit, jusqu'à ce que la coquille se fendille et que Couac en sorte. Autour de lui, on s'interroge.


Couac ignore ce qu'il est. Il part en quête, fait de multiples rencontres. Serait-il un flamand rose équilibriste? Un aigle voltigeur? Un pélican gourmand? Un manchot élégant? Un hibou sérieux?


Non, Couac n'est rien de tout cela. Débité, perdu, il se cache un temps. Jusqu'à ce qu'il aperçoive son reflet dans l'eau et voit à quel point il a grandit et changé. C'est à ce moment qu'il découvre qui il est vraiment. 


Naître, grandir, découvrir le monde et les autres, et se découvrir entre tâtonnement et affirmation de soi. Vaste programme qu'Émilie Vast explore avec une grande sensibilité, avec des mots à hauteur d'enfants. La simplicité des formes, la pureté des lignes, la douceur des couleurs... Tout contribue à faire de cette adaptation du Vilain Petit Canard une pure merveille.

Un album enchanteur, de ceux qu'on a envie de serrer très fort contre soi.

Couac, Émilie Vast, éditions MeMo, 32 pages, 2015.     À partir de 3 ans.

•    •    •    •     

Ma sauterelle et moi connaissons bien nos contes classique et adorons les revisiter sous différentes coutures. Des contes détournés, il y en a des tonnes et des plus brillants que d'autres. Chez nous, la collection «Le tour du monde d'un conte» des éditions Syros occupent une belle place sur nos tablettes. Nous avons voyagé et voyageons encore à travers ces contes classiques et ses différentes versions racontées depuis des siècles à travers le monde.


Chez nous, les albums illustrés par Roland Garrigue font mouche. Dans la classe de Léa aussi! Nous sommes accros à la collection «Comment ratatiner…» Une collection loufoque pour chasser les peurs et faire un pied de nez aux phobies.


Aussi, quand j’ai vu qu'un nouvel album illustré par Roland Garrigue venait de paraître, je me suis précipitée. Et ma sauterelle et moi n'en avons fait qu'une bouchée! 

Avec «Il était trois fois», c'est une nouvelle collection de contes détournés qu'inaugurent les éditions Nathan. Trois histoires complètement loufoques et déjantées à partir du postulat «Et si…».

Dans «Pouf! ou Et si les trois petits cochons n'étaient pas dans leurs maisons», le loup a terriblement faim. Depuis des jours, il doit se contenter de haricots. Il arrive à Cochonville, un village très appétissant. Il souffle sur chaque maison du village. Mais toutes sont vides. Aucun cochon à dévorer. Il croise un facteur qui lui apprend pourquoi le village est déserté. Lorsque le loup arrive là où tous les cochons du village sont réunis, il n'a plus assez de souffle pour les faire sortir de leur nouveau palace. Il devra se contenter, une fois de plus, d'une boîte de haricots pour souper! Non mais, il fait pitié ce pauvre loup!


Dans «L'ouragan ou Et si les trois petits cochons avaient un caractère de… cochon?», on rencontre Jean-Loup, un gentil loup. Mais alors là, très très gentil. Contrairement à ses voisins… Le cochon qui vit dans la maison de paille insulte Jean-Loup chaque fois qu'il le croise. Celui qui vit dans la maison de bois, ne répond jamais lorsqu'il le salue. Et le cochon qui vit dans la maison de briques est barricadé et ne sort jamais de chez lui. Lorsqu'on annonce un ouragan au bulletin météo, Jean-Loup le bienveillant veut prévenir ses voisins cochons. Mais aucun ne lui répond. Les trois cochons sont emportés par l'ouragan. La police suspecte le loup de les avoir dévorés. Un procès s'ensuit, Jean-Loup est jugé. Il attend derrières les barreaux que ses voisins viennent prouver son innocence. Gageons qu'il va attendre longtemps…


Dans «La grande bouffe ou Et si le loup arrivait dans une ville peuplée de 333 333 cochons?», le loup fait du tourisme à New Pork City, une ville peuplée uniquement de cochons. Là, personne n'a peur de lui. Des cochons partout? C'est trop beau pour être vrai! Le loup croque un premier cochon, puis un autre, et encore un autre. Un sportif, un musicien, un policier, etc., et même un cochon déguisé en Père Noël (muni d'une énervante clochette). C'est d’ailleurs cette clochette qui sauvera la vie à tous les cochons.


Alors là, chapeau! Les textes de Davide Cali sont savoureux, loufoques et d'une grande fraîcheur. Les illustrations de Roland Garrigue sont expressives et fourmillent de détails. La version traditionnelle du conte est offerte à la fin de l'album, ainsi que des pistes de lecture et des idées pour inventer d'autres versions du conte.

Si les autres titres sont aussi savoureux que celui-ci, je parie un bel avenir à cette nouvelle collection. Un plaisir autant pour les grands que pour les petits.

Il était trois fois – Les trois petits cochons, Davide Cali (texte) et Roland Garrigue (illustrations), Nathan, 32 pages, 2015.     À partir de 4 ans.

laissez-vous tenter

9 commentaires

  1. Tes histoires de petit cochon me font bien sourire ! pour Couac, j'ai de suite reconnu l'histoire du Vilain petit canard - un livre culte de ma jeunesse !!! Le samedi BD bonne idée, bon je retourne essayer de finir mon billet Miscellanées ;-)
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Samedi jeunesse, miss, pas BD!
      Et vivement ce nouveau billet Miscellanées!
      Bon dimanche à toi itou!

      Supprimer
  2. Excellente nouvelle que cette chronique hebdomadaire! Un RDV que je ne manquerai pas, sois-en sûre. Personnellement, je suis friande de contes détournés. (On m'en a d'ailleurs demandé un, que j'ai fait parvenir fin décembre à mon éditeur, et qui je crois est en cours d'illustration... Affaire à suivre...) Les cochons de New Pork... Idée magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais bien que ce petit rendez-vous te plairait! D'ailleurs, si je n'ai pas laissé tomber mes billets de lecture pour les p'tits loups, c'est beaucoup grâce à toi, Véronique. Il y a tellement de blogues de littérature jeunesse, et de très très bons. Je ne vois pas ce que mes billets apportent de plus, et mes suiveurs (sauf toi!) ne sont pas friands de ces billets. Mais j'aime la littérature jeunesse et j'ai envie de la partager! C'est pourquoi je lui réserverai mes billets du samedi!
      Je suis aussi friande de contes détournés. C'est toujours un réel plaisir de voir comment, en ayant en tête le conte traditionnel, l'auteur(e) le cuisine à sa manière. On t'en a commandée un? (Lequel? Promis, je ne le dirai à personne! Chut!) Tu crois qu'il est en cours d'illustration? Le «je crois» m'étonne. Je croyais que l'auteure avait un lien plus étroit avec l'illustrateur. Au Québec, c'est le cas, du moins dans certaines maisons d'édition. J'ose au moins espérer que tu sais qui va l'illustrer!

      Supprimer
    2. Oui, je sais qui l'illustre - mais j'ai pas encore le droit de le dire!!! C'est un détournement de Boucle d'or, de Blanche Neige et d'Aladin, les trois ensemble, rien que ça! Quand on aime les détournements de conte, on ne compte pas, ah, ah!

      Supprimer
    3. Rien que ça, ouais! Je veux un exemplaire dédicacée! Je paie l'album et le transport.

      Supprimer
    4. Attention: j'ai vu ta réponse, ah, ah!!!( Mais tu as encore le temps: il ne sortira pas avant fin 2017 dans le meilleur des cas!)

      Supprimer
    5. Ah, et puis, il sera illustré par Grégoire Mabire, c'est maintenant officiel!

      Supprimer
    6. Sirop! Je vais devoir être patiente!
      Grégoire Mabire? Yahoo! Son trait, son sens du détail me plaisent beaucoup.

      Supprimer

· archives ·

· visites ·