Des poches dans la poche · février 2016

mardi, février 16, 2016


C'est le temps des poches du mois. Une sélection toute personnelle de romans que j'ai beaucoup aimés arrive ce mois-ci sur les tablettes. Un petit résumé des quatrièmes de couverture et, s'il y a lieu, le lien vers mes billets.



LES ARPENTEURS – KIM ZUPAN – GALLMEISTER

Gros coup de coeur pour le premier roman de Kim Zupan. La quatrième de couverture n'est pas très sexy, j'avoue. Mais une fois les premières pages lues, impossible de s'arrêter. Une lecture marquante.

Nuit après nuit, dans une prison du Montana, le jeune Val Millimaki s'assied face aux barreaux qui le séparent de John Gload, 77 ans, en attente de son procès. Astreint aux pires heures de garde, l'adjoint du shérif se retrouve à écouter le criminel qui, d'instinct, est prêt à lui révéler en partie son passé. Petit à petit, Millimaki se surprend à parler, lui aussi, et à chercher conseil auprès de l'assassin. En dépit des codes du devoir et de la morale, une troublante amitié commence à se tisser entre les deux hommes.

Premier roman hypnotique et crépusculaire, Les arpenteurs met en scène deux personnages poursuivis par leur conscience et hantés par la mélancolie d'un paysage qui les a faits tous deux à son image.


CATARACT CITY – CRAIG DAVISDON – POINTS SEUIL
C'est avec ce roman que j'ai découvert Craig Davidson. Un coup de poing au ventre, ce roman! Depuis, je garde Juste être un homme et Un goût de rouille et d'os sous la main, pour un de ces futurs moments où les déceptions s'enchaîneront.

Avec la puissance et la sensibilité révélées par Un goût de rouille et d'os, adapté au cinéma par Jacques Audiard, Craig Davidson explore dans ce roman vertigineux le conflit intérieur de deux hommes liés par un secret d'enfance.

Duncan Diggs et Owen Stuckey ont grandi à Niagara Falls, surnommée par ses habitants Cataract City, petite ville ouvrière à la frontière du Canada et des États-Unis. Ils se sont promis de quitter ce lieu sans avenir où l'on n'a d'autre choix que de travailler à l'usine ou de vivoter de trafics et de paris. Mais Owen et Duncan ne sont pas égaux devant le destin. Tandis que le premier, obligé de renoncer à une brillante carrière de basketteur, s'engage dans la police, le second collectionne les mauvaises fréquentations. Un temps inséparables, sont-ils prêts à sacrifier le lien qui les a unis, pour le meilleur et pour le pire?


BIG BROTHER – LIONEL SHRIVER – J’AI LU
Depuis la lecture de Il faut qu'on parle de Kevin, je lis tout ce que publie Lionel Shriver. Si j'ai été déçu par Double faute et La double vie d'Irina, passablement transporté par Tout ça pour quoiBig Brother est un très bon cru, un de ces romans qui m'a complètement bluffée.

Femme d'affaires en pleine réussite, mariée à Fletcher, un artiste ébéniste, belle-mère de deux ados, Pandora n'a pas vu son frère Edison depuis quatre ans quand elle accepte de l'héberger. À son arrivée à l'aéroport, c'est le choc: Pandora avait quitté un jeune prodige du jazz, séduisant et hâbleur, elle découvre un homme obèse, contraint de se déplacer en fauteuil, négligé, capricieux et compulsif. Que s'est-il passé? Comment Edison a-t-il pu se laisser aller à ce point? Pandora a-t-elle une part de responsabilité?  Entre le très psychorigide Fletcher et le très jouisseur Edison, la tension ne tarde pas à monter et c'est Pandora qui va en faire les frais. Jusqu'à se retrouver face au pire des dilemmes: choisir entre son époux et son frère. Qui aura sa préférence? Pourra-t-elle sortir son frère de la spirale dans laquelle il s'est enfermé? Edison le veut-il seulement? Peut-on sauver malgré eux ceux qu'on aime?

Après, entre autres, Il faut qu'on parle de Kevin, la nouvelle bombe de Lionel Shriver. Toute sa verve sarcastique, sa profondeur d'analyse, son esprit de provocation dans un roman choc partiellement autobiographique sur un sujet brûlant d'actualité: notre rapport névrotique à la nourriture, et son corollaire, l'obésité alarmante dans nos sociétés occidentales.


MOI ET TOI – NICCOLO AMMANITI – 10/18
Moi et toi est le premier roman de Niccolo Ammaniti que j'ai lu. J'ai eu un coup de foudre pour Lorenzo et sa demi-soeur. Un roman beau à fendre le coeur.

Lorenzo, 14 ans, souffre d'un sentiment hypertrophique de soi, d'un ego surdimensionné qui le coupe depuis tout petit des autres enfants. Pour rassurer sa mère, il s'invente des amis avec qui il joue au foot et part au ski. Mais en se cachant dans une cave abandonnée, Lorenzo se retrouve face à Olivia, une lointaine demi-soeur. Tous deux vont se découvrir et se confronter à eux-mêmes et au monde.

Parmi ceux qui me font envie...


SILO – HUGH HOWEY – LIVRE DE POCHE
Lorsque le premier tome est paru en grand format, faut croire que j'étais mal disposée parce que je ne suis pas parvenue à dépasser les cinquante premières pages. Après la lecture des billets tentateurs de Gab, j'ai envie de donner une nouvelle chance à cette trilogie post-apocalyptique. Avec sa sortie en poche, je vais en profiter pour retenter le coup  à un moment plus propice!

Dans un futur post-apocalyptique indéterminé, une communauté d'hommes et de femmes a organisé sa survie dans un silo souterrain géant. Du monde extérieur, devenu hostile, personne ne sait rien, sinon que l'atmosphère y est désormais irrespirable. Les images de mauvaise qualité relayées par d'antiques caméras, montrant un paysage de ruines et de dévastation balayé de vents violents et de noirs nuages, ne semblent laisser aucune place à l'illusion. Pourtant, certains continuent d'espérer. Ces individus, dont l'optimisme pourrait s'avérer contagieux, représentent un danger potentiel. Leur punition est simple. Ils se voient accorder cela même à quoi ils aspirent: sortir.


GROSSIR LE CIEL – FRANCK BOUYSSE – LIVRE DE POCHE
J'ai repéré ce titre chez Jérôme. Ses mots avaient piqué ma curiosité. Ici, les éditions de La manufacture des livres ne courent pas les rues. Aussi, belle initiative que cette parution en poche.

Les Doges, un lieu-dit au fin fond des Cévennes. C’est là qu'habite Gus, un paysan entre deux âges solitaire et taiseux. Ses journées: les champs, les vaches, le bois, les réparations. Des travaux ardus, rythmés par les conditions météorologiques. La compagnie de son chien, Mars, comme seul réconfort. C'est aussi le quotidien d'Abel, voisin dont la ferme est éloignée de quelques mètres, devenu ami un peu par défaut, pour les bras et pour les verres. Un jour, l'abbé Pierre disparaît, et tout bascule: Abel change, des événements inhabituels se produisent, des visites inopportunes se répètent. Un suspense rural surprenant, riche et rare. 

Vous pourriez aussi aimer

28 commentaires

  1. Tu vas te régaler avec "Grossir le ciel", il est extra ! et "Toi et moi" m'avait beaucoup plu aussi !
    J'attends aussi "Les arpenteurs" avec impatience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bon à savoir pour "Grossir le ciel"! Je suis contente que le livre de poche ait conservé la couverture originale. Je l'aime bien. J'ai lu trois romans d'Ammaniti et "Toi et moi" reste celui qui j'ai préféré.
      Et toi, Virginie, tu vas te régaler avec "Les arpenteurs"!

      Supprimer
  2. Je note les Arpenteurs, qui m'avait vraiment fait envie à sa sortie!
    Big Brother était aussi un titre que j'avais remarqué, sans avoir eu l'opportunité de le lire..Je n'ai par contre pas du tout accroché à Cataract City, je suis passée complètement à côté de ce roman!
    Quand au roman italien, vu la couverture cucul la praline jamais je ne m'y serais intéressée sans ton avis laudatif!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les arpenteurs" devraient beaucoup te plaire, Eva. Pour ce qui est de "Big Brother", sa sortie en poche est une bonne occasion de mettre la main dessus. Shriver, ici, est une manipulatrice redoutable...
      Dommage que tu sois passée à côté de "Cataract City". Je pense qu'avec Craig Davidson, on aime ou non. Son univers ne plait pas à tous, et c'est très bien ainsi!
      Pour la couverture de "Toi et moi", c'est vrai qu'on a vu mieux!!!

      Supprimer
  3. Ah oui, Grossir le ciel est vraiment magnifique !

    RépondreSupprimer
  4. Cataract City est dans ma pile. Il faut juste que je trouve le temps de m'y mettre. Je suis encore dans une impasse... Vu que j'aime Craig Davidson je veux être sûr de ne pas rater mon coup.
    Silo... tu sais tout le bien que j'en pense! Ça ferait un bon film en plus il me semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non! Pas encore une impasse? Punaise, c'est les montagnes russes de ton côté.
      Pas de doute, "Cataract City", c'est une lecture pour toi. Il sera à la hauteur de ce que tu as déjà lu de Davidson.
      Et pour "Silo", oui, je sais!

      Supprimer
  5. Le roman de Lionel Shriver me tente beaucoup. "Il faut qu'on parle de Kevin m'avait bouleversée."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Big Brother" est tout aussi bouleversant, mais dans un tout autre genre.
      Pour moi, "Il faut qu'on parle de Kevin m'avait bouleversée" n'a pas encore été surpassé.

      Supprimer
  6. Bon, alors comme toi, j'attends souvent les Poches - petites dépenses mais gros coup de coeur, la taille de Cataract City m'avait rebuté, mais en poche, why not ?
    Silo - pareil, l'avais tellement enthousiaste de Gab me dit qu'il me le faut !
    Les Arpenteurs, je l'ai en broché et lecture prévue en avril si je ne me trompe pas - il est temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La taille de "Cataract City"? Voyons! Il ne fait même pas 500 pages, écrit gros en plus! Tu en as vu d'autres!
      Dans mon souvenir, tu avais déjà lu "Les Arpenteurs"! Avec Gallmeister, j'ai toujours l'impression que tu as une longueur d'avance sur moi. Ce qui n'est pas plus mal (je vais passer mon chemin pour "L'enfer de Church Street"!)

      Supprimer
  7. Très tentée par Grossir le ciel. (En plus, je n'habite pas loin des Cévennes...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien hâte de découvrir ce bout de pays. Les Cévennes, ça ne me dit absolument rien. C'est comme Saint-Jean-Port-Joli pour toi, j'imagine!

      Supprimer
    2. Pfff... S'il fallait faire la liste de tout ce qui ne me dit rien, on y serait encore au bout de 10 livres comme une femme fuyant l'annonce! (Oui, je l'ai ENFIN fini!!! Et je suis mitigée: certains passages sont très prenants, qui décrivent la situation des soldats en Israël, la guerre de l'intérieur; quant à la situation de cette femme coincée entre deux hommes, et qui hésite, ça ne m'a parlé du tout...)

      Supprimer
    3. C'est ce qu'on appelle une lecture mi-figue mi-raisin! Tu peux ENFIN passer à autre chose, Véronique!

      Supprimer
  8. J'ai adoré "Les Arpenteurs" aussi et le livre de Franck Bouysse "Grossir le ciel" a été une vraie révélation! Son écriture, ses personnages et ses atmosphères sont splendides! Une noirceur rurale incroyable, j'étais surprise de lire quelque chose d'aussi fort chez un auteur français, je dois bien l'avouer. C'est un genre qu'on retrouve beaucoup plus souvent du côté des grands auteurs américains. Superbe découverte, j'ai presque directement enchaîné sur son nouveau roman "Plateau"!

    Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec tous ces mots emballés, je commence à avoir de grandes attentes envers "Grossir le ciel"! Je vais devoir laisser la poussière retomber avant de m'y mettre!
      C'est vrai que, venant d'un auteur français, c'est étonnant de voir autant de «noirceur rurale».
      "Plateau" est aussi une révélation?

      Supprimer
    2. "Plateau" est très bon aussi, mais j'ai quand même une préférence pour "Grossir le ciel"

      Supprimer
    3. Merci! Je commencerai donc par "Grossir le ciel"!

      Supprimer
  9. Ce "Moi et Toi" me plait déjà beaucoup. Je le note ! Merci, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de savoir ce que tu en auras pensé. Il se lit vite, en plus! De très beaux personnages à découvrir...

      Supprimer
  10. Si tu as aimé Moi et toi, lis d'autres livres d'Ammaniti : certains sont encore meilleurs !
    Quant à Big brother, je l'avais également trouvé intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Ammaniti, tu me conseilles un titre «encore meilleurs»!?
      Je garde aussi un excellent souvenir de "Je n'ai pas peur".

      Supprimer
  11. "Grossir le ciel", c'est sûr, il passera chez moi ! repérer chez Sandrine, il y a déjà un certain temps, mais noté for ever parce que les Cévennes et moi, c'est une histoire d'amour (je ne connais pas ton bout de pays, mais imagine un endroit qui s'est figé dans la neige, avec des plateaux sans fin et plein de falaises sans la mer, ce sont les Causses)! Merci de ton conseil pour le Lionel Shiver, parce qu'après avoir été tourneboulée (le mot est faible par "Il faut qu'on parle de Kévin", je ne savais pas quoi lire du même auteur, de peur d'être déçue. Un truc rigolo, je reviens d'une virée dans le fin fond de ma Bretagne, au détour d'une librairie perdue dans la forêt, j'ai acheté "je n'ai pas peur" ... "les arpenteurs", j'ai bien aimé, sans plus, par contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ces mots, il me tarde de les découvrir, ces Cévennes! Un paysage qui me semble très inspirant...
      Pour Shriver, selon moi, "Il faut qu'on parle de Kévin" n'a jamais été dépassé. Mais "Big Brother" arrive pas loin derrière.
      Moi aussi, j'ai un truc rigolo: deux semaines cet été dans le fin fond de la Bretagne! Aussi, j'aimerais bien connaître le nom de cette librairie perdue dans la forêt, histoire d'y faire un tour!
      "Je n'ai pas peur" est le seul autre roman d'Ammaniti que j'aie lu. Assez ébranlant, cette lecture...

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·