Les enfants terribles de Jonathan Hobin

mardi, février 09, 2016


Jonathan Hobin est un photographe canadien controversé. En 2010, il avait suscité la polémique avec sa série In the Playroom, dans laquelle des enfants rejouaient de terribles tragédies, dont celle du 11 septembre 2001, dans des mises en scène créées de toute pièce.

On a reproché à Jonathan Hobin d'utiliser ces sombres événements à des fins commerciales. Il s'en est défendu, son intention étant plutôt de dénoncer la violence des images transmises par les médias et de montrer l'impact qu'elles ont sur les enfants. Par son travail, il veut en finir avec le jeu de l'autruche: les enfants ne vivent pas dans un monde féérique à la Disney, où tout le monde est beau et gentil. Les enfants sont quotidiennement exposés «aux images des horreurs dont nous, les adultes, sommes responsables».


Jonathan Hobin en remet une couche en 2015 avec Cry Babies.


Je ne sais pas quoi en penser. Une chose est certaine, les photos de Jonathan Hobin créent un malaise. Le message est fort, c'est le moins qu'on puisse dire. Il ne laisse pas indifférent et incite à la discussion.

Vous pourriez aussi aimer

6 commentaires

  1. Très percutantes ces images...

    RépondreSupprimer
  2. Je n'aime pas. Pour moi, c'est de mauvais goût. Je comprends le message qu'il veut passer mais je trouve que "d'utiliser" des enfants n'est pas vraiment mieux. C'est sûr que ça fait jaser et je crois que c'est le but mais...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout. Comme tu dis, ça crée le malaise, c'est fait pour.
    Mais je ne suis pas certaine que ça aille très loin en fait...

    RépondreSupprimer
  4. C'est effectivement assez percutant et très provocateur, mais c'est le genre de démarche qui me plait et qui me parle - merci pour cette découverte

    RépondreSupprimer
  5. Je me demande à quel point les images sont retouchées, car il faut pouvoir aussi trouver les mots pour expliquer ce travail aux enfants qui posent. J'imagine donc qu'il y a des ajouts en "post-production"...

    RépondreSupprimer
  6. Je rejoins Véronique quoique les enfants "jouent" au méchant et au gentil depuis des millénaires et ceux qui posent pour les magazines finissent par le faire comme toute autre session de photo sans "se poser de question". Pour le malaise, je comprends - en même temps comme Eva, je trouve ça intéressant, mais le fait qu'il n'évolue pas dans sa démarche m'interroge aussi.

    RépondreSupprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·