Les intrus · Adrian Tomine

vendredi, février 19, 2016


Ce n'est pas la première fois que je lis Adrian Tomine -  Blonde platine et Loin d'être parfaits sont passés entre mes mains. Mais avec Les intrus, j'ai comme l'impression qu'il vient de passer à un niveau supérieur.

Les intrus rassemblent six courts récits: des chroniques de la vie qui va, une intrusion dans la plus banale banalité du quotidien.

Un paysagiste se lance dans l'hortisculpture; le conformisme ambiant pèsera de plus en plus sur son envie de créer et affectera sa vie familiale. Une jeune étudiante subit sa ressemblance avec une pornstar sur internet. Une alcoolique rencontre un fan de baseball et se met en ménage avec lui; son sauveur se révèlera sous son vrai jour. Une Japonaise rentre en Californie avec son enfant, rejoindre le père du gamin; aucun visage ici, seulement une voix-off. Une ado bègue rêve de devenir une stand-up comique; le hic, c'est qu'elle n'a aucun talent; son père veut lui épargner de faire une folle d'elle, alors que sa mère la pousse à réaliser son rêve. Un homme désemparé pénètre chaque jour dans son ancien appartement, lorsque les locataires sont absents; il se souvient de la vie qu'il y menait.




Chez Adrian Tomine, le quotidien harasse et les vies se sclérosent. La peur de la solitude, la quête de sens, l'échec, l'incommunicabilité, la fragilité et la complexité des relations sont au centre de chaque histoire. Ici, les hommes et les femmes sont au bout du rouleau. Ils se démènent comme un diable dans l'eau bénite pour aller de l'avant.

Les dialogues sonnent justes, tantôt cinglants, tantôt frôlants le désespoir. Les ellipses sont percutantes. Qu'il soit en couleur, en bichromie ou en noir et blanc, le dessin d'Adrian Tomine est épuré, sobre, minimaliste, d'une précision chirurgicale.

Un roman graphique comme je les aime: des histoires fortes, un style unique, singulier. Je suis passée du rire jaune à la larme au coin de l'œil,  en passant par le pincement au cœur.

Les intrus, Adrian Tomine, Cornélius, 120 pages, 2015.

laissez-vous tenter

8 commentaires

  1. J'étais restée sur ma faim avec Blonde Platine or là tu dis qu'il est passé à un niveau supérieur, j'espère ! Je le lirais peut-être chez toi cet été ??? Hihihihi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le niveau s'est élevé. Et comme il s'agit de nouvelles, il y en a pour tous les goûts. Il t'attendra patiemment!

      Supprimer
  2. Les nouvelles en BD, j'aime ça de plus en plus. Et Tomine est quand même un sacré auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un sacré dessinateur, aussi! Ici, au risque de te faire hérisser les cheveux, je dirais même qu'on est proche du Carver du roman graphique!

      Supprimer
  3. Je n'ai pas pour habitude de lire de roman graphique mais pourquoi pas changer mes habitudes? D'autant que tu présentes quelque chose qui a l'air sensible et qui pourrait bien me plaire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dessin et l'intrigue varie beaucoup d'une nouvelle à l'autre. Aussi, c'est une belle occasion de sortir de ta zone de confort!

      Supprimer
  4. Je ne le connais pas cet auteur mis ça l'air bien alors je vais noter. Surtout que les romans graphiques ces temps-ci c'est ce qui me réussit le mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et celui-ci devrait bien de réussir, de par sa diversité.

      Supprimer

· archives ·

· visites ·