Le tragique destin de Pépito · Catherine Lepage / Pierre Lapointe

samedi, avril 30, 2016


Pépito est différent: un peu bizarre, un peu gros, pas sportif pour deux sous. Et Pépito, il cache un gros secret.

Lui et sa famille viennent tout juste de déménager dans une nouvelle banlieue. À l'école, il rencontre Margot. Elle est gentille, Margot (et elle doit être pas mal intéressante, parce qu'elle lit L'écume des jours!). Alors, Pépito lui offre un bonbon. (Il faut savoir que ses bonbons sont renversants. Ce sont les meilleurs au monde.) Les enfants du quartier ne sont pas tous gentils comme Margot; les garçons, eux, deviennent carrément cruels. Pépito paiera le prix de leur méchanceté… jusqu'à l'irrémédiable.

J'attendais cet album depuis l'annonce de sa parution en août dernier. Et ça valait le coup d'être patiente. Pour la petite histoire… Ce conte sort de l'imagination débridée de Pierre Lapointe. Il l'a raconté à son amie, l'illustratrice Catherine Lepage, avec qui il collabore pour les pochettes de ses albums. L'idée a fait son petit bout de chemin, jusqu'à ce qu'elle lui demande la permission de s'approprier l'histoire de Pépito. Pierre Lapointe lui a donné carte blanche. Le résultat est fabuleux.


Le tragique destin de Pépito est un album rare, comme il en existe trop peu. Qu'on aime ou non l'histoire et le style d'illustrations, il fait, selon moi, partie de ces albums essentiels. Il y est question de différence, d'intimidation, de rejet, mais aussi, et surtout, d'amour et d'amitié. Mais pour moi, le principal intérêt de cet album réside dans sa fin. C'est là que ça frappe un gros coup: une histoire sans happy end, c'est chose rare dans le paysage québécois. Et ça fait un bien fou, parfois, de sortir du nid intellectuel ouaté dans lequel on baigne.

Plusieurs peuvent être réticents à raconter une histoire au dénouement tragique. D'autres, dont moi, diront: «Enfin, une histoire ponctuée d'humour au dénouement tragique!» Qu'on soit d'accord ou non, qu'on aime ou pas, il faut saluer l'initiative, l'audace et l'originalité.

J'ai eu la chance d'échanger avec Catherine Lepage, au Salon du livre de Québec. Elle m'expliquait avoir voulu, avec cet album, revenir aux sources. Pour illustrer Le destin tragique de Pépito, elle a utilisé un crayon de bois bleu, un pinceau, un peu de peinture rouge et un crayon plomb. C'est tout. Pour avoir vu Pépito prendre forme sous mes yeux, c'était magique.


Chapeau bas aux éditions Comme des géants pour avoir fait confiance à ses créateurs et avoir eu l'audace de publier un album original, différent. Bravo aussi pour la qualité graphique de l'album. L'objet est magnifique.

P.S. (La réaction de ma sauterelle, en découvrant la véritable identité de Pépito, valait bien 100 $: un fou rire intarissable, contagieux. Et un gros «Oh!» en tournant la dernière page. Passer de la curiosité amusée à la colère, du fou rire à la petite larme au coin de l'œil, tout ça en 92 pages.)

P.S. (Pour ceux qui s'interrogent sur l'utilité et la pertinence de lire des histoires sombres aux p'tits loups, il n'y a qu'à (re)lire Bruno Bettelheim et sa Psychanalyse des contes de fées!)

Le tragique destin de Pépito, Catherine Lepage (texte et illustrations), d’après un conte de Pierre Lapointe, 92 pages, 2016. À partir de 12 ans.

laissez-vous tenter

14 commentaires

  1. Cela a l'air très beau, je le lirai !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais c'est bien plus que beau! C'est puissant, pour toutes les raisons évoquées!

      Supprimer
  2. Tout cela m'intrigue beaucoup! Je vais essayer de le trouver. J'aime déjà beaucoup l'univers graphique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Véronique, j'aimerais beaucoup que tu le lises. Je serais très curieuse d'avoir ton avis sur cet album.

      Supprimer
  3. J'adore ! Pas certain de le trouver facilement sous nos contrées par contre...

    RépondreSupprimer
  4. Waouh ! Il est superbe cet album ! Merci pour ton partage. Et effectivement, chapeau à l'éditeur qui a un bien joli nom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une toute jeune maison qui prend des risques, j'aime ça! Et Pépito en est un bon exemple.

      Supprimer
  5. Il sera encore chez toi quand je viens ??? il me tente vraiment ! C'est amusant ton avis sur les fins tragiques, car moi j'ai toujours trouvé leur utilité d'ailleurs en maternelle, on "traumatise" volontairement les enfants en leur montrant Bambi .. la morte de la mère mais surtout on leur montre qu'on peut survivre au décès du parent d'où l'importance des contes (et leur fin, malheureusement souvent tronquée ou transformée en happy end). Bref, j'en reviens à Pépito, je suis trop jalouse de ta puce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cadeau! Je t'en garde un exemplaire, juste parce que tu trouves une utilité aux fins tragiques!!! Ici, nous sommes beaucoup plus (trop) frileux (à mon avis, à tort).
      Sur les fin tronquées des contes, on pourrait en parler longtemps... Mais ce sera sur une terrasse, cet été!

      Supprimer
  6. Réponses
    1. je souhaite fort qu'il puisse parvenir en France. Cet album vaut vraiment la lecture et le coup d'oeil.

      Supprimer
  7. J'ai su qu'il me plairait rien qu'au titre et à lire ton billet, je suis convaincue! Par contre, est-il dispo en Belgique?! À suivre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! Ça c'est une excellent question! Assurément oui, à votre magnifique librairie TULITU!

      Supprimer

· archives ·

· visites ·