Des poches dans la poche · octobre 2016

vendredi, octobre 14, 2016


J'ai fait le tour des parutions en poche du mois d'octobre, notant au passage les romans «lus et approuvés» et ceux qui me font envie. Bonne promenade livresque...

dans la catégorie lu et approuvé

UN MEMBRE PERMANANT DE LA FAMILLE – RUSSELL BANKES – BABEL
Un mari humilié qui rôde dans la maison de son ex-femme, un serveur déprimé qui invente à une inconnue une vie qui n’est pas la sienne pour la sauver d’un hypothétique désespoir, des hommes et des femmes qui, pour transcender leur existence ordinaire, mentent ou affabulent à l’envi, sous le soleil de Miami ou sous des cieux plus sombres… Dans ces douze nouvelles d’une extraordinaire intensité et peuplées de personnages cheminant sur le fil du rasoir, Russell Banks, convoquant les angoisses et les tensions où s’abîment les fragiles relations que l’être humain tente d’entretenir avec ses semblables, transmue magistralement le réel et le quotidien en authentiques paraboles métaphysiques.


IMPURS – DAVID VANN – GALLMEISTER
Été 1985. En plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen, vingt et un ans, vit seul avec sa mère. Étouffé par son amour exclusif, le jeune homme se réfugie dans la méditation. Leur existence est rythmée par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu’ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l’accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l’obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l’explosion. Un roman haletant sur la lente descente aux enfers, véritable tour de force d’un romancier exceptionnel.




ETTA ET OTTO (ET RUSSELL ET JAMES) – EMMA HOPPER – POCKET
Dans sa ferme du fin fond du Saskatchewan, Etta, 83 ans, n'a jamais vu l'océan. Un matin, elle enfile ses bottes, emporte un fusil et du chocolat et entame les 3232 kilomètres qui la séparent de la mer. «J'essaierai de ne pas oublier de rentrer.» C'est le mot qu'elle laisse à Otto, son mari. Lui a déjà vu l'océan, il l'a même traversé des années plus tôt, pour prendre part à une guerre lointaine. Il comprend la décision de sa femme mais, maintenant qu'elle n'est plus là, ne sait plus comment vivre. Russell, l'ami d'enfance d'Otto, a passé sa vie à aimer Etta de loin. Il ne peut se résoudre à la laisser seule et part à sa suite. Et qui sait, peut-être pourra-t-il chasser le caribou en chemin. Bercé par le rythme des vagues, Etta et Otto (et Russell et James) vogue du souvenir à l'oubli. Un roman lumineux sur la mémoire, l'amour et la poésie des mots.


VOUS PARLER DE ÇA – LAURIE HALSE ANDERSON – J'AI LU
En 1998, Laurie Halse Anderson, jusque-là auteur pour enfants, est réveillée par les sanglots d'une jeune fille. Dans la maison, ses enfants dorment à poings fermés; c'est un cauchemar qui a réussi à la tirer du sommeil. Répondant au besoin de se vider l'esprit des pensées sombres qui s'y agitent, Laurie attrape un carnet et y couche le brouillon d'une histoire, celle d'une jeune fille qui ne parle plus depuis un terrible crépuscule d'été.  Une fois sa mission accomplie, elle retourne se coucher. Laurie Anderson ne fit plus jamais ce mauvais rêve qui allait pourtant changer sa vie l'année suivante quand les notes seraient devenues un roman vendu à plusieurs millions d'exemplaires, un film hollywoodien (avec Kristen Stewart en 2004), Vous parler de ça n'est pas simplement un premier roman bouleversant. C'est un phénomène de société, c'est un sujet de conversation, c'est un étendard, c'est un livre capable de changer la vie de celles qui le lisent, et il est pour la première fois traduit en français.

dans la catégorie le grand format m’attend
LES LOUPS À LEUR PORTE – JÉRÉMY FEL – RIVAGES
Une maison qui brûle à l'horizon; un homme, Duane, qui se met en danger pour venir en aide à un petit garçon qu'il connaît à peine; une femme, Mary Beth, serveuse dans un« diner» perdu en plein milieu de l'Indiana, forcée de faire à nouveau face à un passé qu'elle avait tenté de fuir; et un couple, Paul et Martha, pourtant sans histoires, qui laisseront un soir de tempête, entrer chez eux un mal bien plus dévastateur.  Qu'est-ce ce qui unit tous ces personnages? Quel secret inavoué les lie? Jérémy Fel nous livre ici un grand puzzle feuilletonesque à l’atmosphère énigmatique et troublante entre «Twin Peaks», Stephen King et Joyce Carol Oates. Un premier roman magistral qui mène, de rebondissement en rebondissement, à explorer le mal sous toutes ses facettes.


LES HÉRITIERS DE LA MINE – JOCELYNE SAUCIER – FOLIO
Une famille de 21 enfants gravite autour d'une mine à l'abandon. En soi, ce n'est pas banal. Surtout que le groupe sème la terreur partout. Mais il y a plus: un drame est survenu qui les concerne tous. Quelqu'un est mort dont on veut taire l'identité. Un secret insupportable. 






dans la catégorie un jour, sans doute, ce sera ton tour
LE GANG DE LA CLEF À MOLETTE – EDWARD ABBEY – GALLMEISTER
Révoltés de voir le somptueux désert de l’Ouest défiguré par les industriels, quatre insoumis décident d’entrer en lutte contre la «Machine». Un vétéran du Vietnam accro à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette – et de quelques bâtons de dynamite –, ils doivent affronter les représentants de l’ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.



REQUIN – BERTRAND BELIN – FOLIO
Requin est le premier roman de Bertrand Belin. C'est depuis le milieu d'un lac artificiel près de Dijon, durant le temps que prendra sa noyade et avec le souffle que lui laisse la dure entreprise de se maintenir en vie, que le narrateur et personnage principal élève, au prix d'efforts de plus en plus pénibles à produire, son chant d'adieu. Une oraison fragmentée, épique, drôle, qui le présente comme l'unique occupant d'un édifice s'affaissant jour après jour.




MARTIN EDEN – JACK LONDON – FOLIO
Martin Eden, un marin de vingt ans issu des quartiers pauvres d'Oakland, décide de se cultiver pour faire la conquête d’une jeune bourgeoise. Il se met à écrire, et devient un auteur à succès. Mais l’embourgeoisement ne lui réussit pas… Désabusé, il part pour les îles du Pacifique. Ce magnifique roman paru en 1909, le plus riche et le plus personnel de l’auteur, raconte la découverte d’une vocation, entre exaltation et mélancolie. Car la réussite de l’œuvre met en péril l’identité de l’écrivain. Comment survivre à la gloire, et l’unir à l’amour, sans se perdre soi-même? Telle est la quête de Martin Eden, le marin qui désire éperdument la littérature.




LES LUMINARIES – ELEANOR CATTON – FOLIO
Nouvelle-Zélande, 1866. En pleine ruée vers l'or, l'île voit débarquer sur ses côtes tout ce que la vieille Europe compte d'ambitieux et de désespérés. Parmi eux, Walter Moody, un jeune britannique ruiné bien décidé à trouver fortune accoste au port d'Hokitika, sur la côte Ouest, après un éprouvant voyage. Mais une étrange assemblée l'attend dans le petit hôtel où il a trouvé refuge. Là, dans une atmosphère des plus tendues, douze hommes du cru tiennent une réunion secrète pour tenter d'élucider des faits étranges qui agitent la communauté depuis plusieurs semaines. Un riche notable a disparu, une prostituée a tenté de mettre fin à ses jours, et on a découvert une immense fortune dans la maison d'un pauvre ivrogne, mort lui aussi. Moody succombe bientôt à l'irrésistible attrait du mystère et se retrouve plongé dans un entrelacs d'intrigues et de destins vertigineux. Formidable restitution des grands romans anglo-saxons du XIXe siècle, Les Luminaires est une narration ambitieuse dont la structure emprunte à l'astrologie pour livrer un inoubliable roman d'amour, une histoire de fantômes, de pouvoirs et d'énigmes insolubles campés dans une Nouvelle-Zélande ou la fièvre de l'or est reine. Eleanor Catton est née en 1985 au Canada et a grandi à Chistchurch, en Nouvelle-Zélande. Après des études d'anglais elle rédige La Répétition (Denoël, 2011), son premier roman, qui lui permet d'obtenir une reconnaissance éditoriale dans le monde anglo-saxon et au-delà. La consécration viendra avec Les Luminaires, lauréat, entre autres prix, du prestigieux Man Booker Prize for fiction et publié dans plus de douze pays à ce jour.

UN APPARTEMENT À NEW YORK – JANE SMILEY – RIVAGES
Un des best-sellers du catalogue, avec plus de 100 000 exemplaires vendus en Rivages poche. Un appartement à New York commence comme un polar mais rapidement le livre devient une variation magnifique sur l'amitié, les ravages du temps et les désillusions. Au coeur du roman, un groupe d'amis venus du Midwest, installés à New York dans les années 80. Ils pensaient que rien ne viendrait détruire leur relation. Le crime terrible qui frappe deux membres de la bande va tout remettre en cause, prouvant la fragilité de l'existence et des liens qui nous unissent à ceux que nous aimons. Véritable tour de force, le roman conjugue suspense et puissance émotionnelle. 

Vous pourriez aussi aimer

24 commentaires

  1. Que de titres alléchants ! J'en ai lu certains à leur parution et il y a du très bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Russel Banks (bcp aimé), Emma Hooper et Jeremy Fel (un peu longuet à mon goût), et j'ai celui de Jane Smiley quelque part sur mes étagères !

      Supprimer
    2. C'est vrai que le roman d'Emma Hooper est un tantinet longuet. Ça me fait craindre le pire pour celui de Jeremy Fel. Ce n'est peut-être pas pour rien que je repousse sa lecture!
      Le roman de Jane Smiley a été maintes fois réédité. Signe de qualité?!

      Supprimer
  2. Wawawaw, ça ne va pas plaire à mon portefeuille ces bonnes nouvelles!!! Pour rester raisonnable, je note le roman de Jeremy Fel (déjà repéré avant) et celui de Jocelyne Saucier! J'ai lu il y a un petit temps les nouvelles de Russel Banks et il ne m'en reste pas un souvenir très marquant finalement..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai le Jeremy Fel en grand format, ainsi que le Jocelyne Saucier. Je vais y venir...
      J'espère que tu as lu "Il pleuvait des oiseaux"? Avant de plonger dans "Les héritiers de la mine", ce serait bien de le lire!

      Supprimer
  3. Bon ! ouf ! à part le dernier - j'ai déjà pratiquement tous les autres (Gallmeister) et Martin Eden est dans mon programme hivernal tu le sais. J'ai lu et beaucoup le recueil de Banks et tu sais que les Lumanaries en anglais chez toi !

    Je note le dernier, curieuse et Etta et Otto ! J'adore toujours autant cet article ! et le Fel, mais bon déjà dans mes envies depuis si longtemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais à quel point tu apprécies ces billets mensuels!
      "Etta et Otto..." n'est pas pour toi! Tiens-toi le pour dit! Il y a un peu de Tony là-dedans...

      Supprimer
  4. J'ai lu Un appartement à New-York il y a quelques années et j'en garde un bon souvenir. Si ma mémoire est bonne, il y avait une histoire de clés infernale. Après, je regardais mon trousseau avec circonspection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, ça m'intrigue. À lire Jane Smiley, je vais commencer par celui-là!

      Supprimer
  5. (beuh où est passé mon commentaire!?) Allez je recommence!

    Le grand format de Jérémy Fel m'attend aussi!

    Le Vann m'attire et en même temps,...vu l'expérience un peu traumatisante de "Sukkwan Island" j'aurai peur de me lancer!
    Par contre y en un qui me tente beaucoup c'est "vous parler de ça"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire disparu? Hop! de retour.
      Si "Sukkwan Island" t'as traumatisée, ne touche surtout pas à "Impurs". Il est aussi traumatisant, sinon pire. Moi, j'adore! Mais j'avoue que celui-là m'a vraiment déconcertée. Et il en faut beaucoup!
      "Vous parlez de ça" est un beau roman d'ado, riche et profond, pour les ados et pour les grands. Il devrait bien te plaire...

      Supprimer
  6. Très envie de relire Martin Eden. Et comme je n'ai pas d'exemplaire à la maison, ce serait l'occasion d'en mettre enfin un sur mes étagères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera aussi l'occasion pour moi de mettre la main dessus!

      Supprimer
  7. je note de suite le Eleanor Catton.
    Au fait j'ai acheté Carthage de Joyce Carol Oates (sur tes conseils) sorti récemment en poche :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que "Carthage" te plaira. J'ai mis la main dessus, mais je ne l'ai pas encore lu. Ce sera mon prochain Oates.

      Supprimer
  8. Pour ma part je n'ai lu et approuvé que le David Vann, mais je découvre "Un appartement à New York" dans ton billet et je suis assez tentée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Impurs" m'a autant bouleversée que "Sukkwan Island". Et je vais me jeter sur "Aquarium" dès qu'il arrivera. Je suis aussi assez tentée par le roman de Jane Smiley. Mais ça devra attendre que ma PAL ait un peu maigri!

      Supprimer
  9. Abbey, Smiley : du bon, du sûr, du solide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, je sens que ma bonne résolution de ne pas craquer ne fera pas long feu... Merci, là!

      Supprimer
  10. J'ai lu: Etta et Otto..., Un membre permanent de la famille, Les héritiers de la mine (Coup de coeur) ainsi que Martin Eden que je veux relire.
    Sur ma liste à lire depuis un sacré bout: Un appartement à New York et je note Les loups à leur porte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons enfilé les lectures communes sans le savoir?! On note et on note... Je fais pareil quand je passe chez toi! Il y a tant, mais tant à lire...

      Supprimer
  11. Les héritiers de la mine m'attend dans ma PAL depuis un certain moment, huum je devrais peut-être l'en sortir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem pour moi! Mais après mon coup de coeur pour "Il pleuvait des oiseaux" et ma déception pour "La vie comme une image", j'attends de ne plus avoir d'attente pour plonger dans "Les héritiers de la mine".

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·