Rendez-vous bd

vendredi, novembre 25, 2016


Il y a longtemps que je navais pas publié de billet sur les bd/romans graphiques. Il était grand temps de remédier à la situation! Dernièrement, deux romans graphiques et une bd ont retenu mon attention.

Louis na pas la vie simple. Ses parents se sont séparés, son père boit du vin et ça le fait pleurer, sa mère fait son gros possible pour sourire. Louis marche sur des œufs. Il passe le temps avec son ami Boris, son frère Truffe et... il se languit pour la jolie Billie. Entre l'appartement en ville et les visites chez son père à la campagne, Louis tente de conjuguer le quotidien et les fantômes qui l'habitent. Par-dessus tout, il désespère de trouver le courage de déclarer sa flamme à Billie.

Après le sublime Jane, le renard et moi, Fanny Britt et Isabelle Arsenault récidivent et frappent encore une fois un grand coup. Impossible de rester de marbre devant tant de beauté et de sensibilité. Les mots de Fanny Britt dégagent une indicible poésie, ils sont des fleurs au milieu des ronces du quotidien. Isabelle Arsenault s'est surpassée, ses couleurs n'ont jamais autant parlé: le noir et blanc cohabite avec le bleu et le jaune selon les émotions véhiculées (jaune - bonheur, bleu - tristesse). J’ai eu un gros coup de cœur pour Billie, la sirène à lunettes, insatiable lectrice! Parfois drôle, souvent bouleversant, Louis parmi les spectres est un diamant brut dans un univers de pacotille. Du grand art!


Louis parmi les spectres, Fanny Britt (texte) et Isabelle Arsenault (illustrations), La Pastèque, 160 pages, 2016. À partir de 12 ans.


·             ·            ·            ·            ·            ·           ·            ·            ·            ·            · 


Le père de Sara vient de mourir. Après maintes hésitations, elle décide, comme prévu, de quitter l’Espagne pour aller suivre des cours dans un atelier de gravure à Karlsruhe, en Allemagne. Sara a le coeur lourd et l’adaptation ne se fait pas sans heurts - la langue est difficile à apprivoiser. La jeune étudiante loge chez Greta, une vieille dame mystérieuse. Si tout se passe bien pendant la journée, la nuit, c'est une autre paire de manches. Sara entend d'étranges bruits monter de la cave. L’angoisse grandit, la paranoïa aussi. Sara trouve des taches rouges (du sang?) sur le tablier de sa logeuse, puis deux corps de la faculté de médecine disparaissent. Sara fait des liens... Elle partage ses craintes avec ses nouveaux camarades, qui minimisent ses appréhensions. Greta terrorise Sara à un point tel qu'elle songe à déménager. Jusqu'au jour où la jeune étudiante affronte ses peurs et descend à la cave. Ce qu'elle y découvre change la donne.

Anapurna, de son vrai nom Ana Sainz, est une jeune auteure espagnole. Elle signe, avec Sara, son premier roman graphique largement inspiré de sa vie. Parfaitement bien construit, l'intrigue allie le mystère et le suspense, jusqu'à l'apogée final, des plus émouvant. Tout en bichromie, le dessin d'Anapurna joue habilement avec les ombres et les traitsUne histoire forte sur la quête d’identité et le pouvoir de création, sur l'abîme qui sépare la raison de la folie. Brillant!


Sara, Anapurna, Éditions çà et là, 140 pages, 2016.


·             ·            ·            ·            ·            ·           ·            ·            ·            ·            · 


L’histoire des Autochtones des Prairies – je dirais plutôt des Autochtones tout court – est injustement méconnue. Cette bd a pour but d'éclairer un pan de cette histoire et de le faire découvrir aux jeunes générations.  

7 générations présente quatre histoires avec, pour fil conducteur, Edwin, un jeune ado mal dans sa peau, en quête de repères. À travers l’histoire de sa famille et de ses ancêtres, Edwin parviendra à faire face au présent et à concevoir l'avenir avec confiance. Chaque histoire s’ouvre sur un moment de la vie d’Edwin, avant de glisser dans son passé ancestral.

Pierre Au début du XIXe siècle, un jeune Cris-des-Plaines venge la mort de son frère, tué par les Pieds-Noirs.

Cicatrices En 1870, la dernière grande épidémie de variole fait des ravages dans les Praires. Après avoir été témoin de la mort de sa famille, un jeune Cri-des-Plaines échappe à l'épidémie et tente de refaire sa vie.

Rupture raconte l’histoire de James, le père d’Edwin, et de sa jeunesse dans les pensionnats à la fin des années 1960. Il y a vécu avec son jeune frère Thomas, qui y a subit d'effroyables sévices.

Pacte retrace la rencontre des parents d’Edwin et de la naissance de ce dernier. L'accent est mis sur le père alcoolique et sur ses difficultés à faire face à son statut de père.

Cette saga familiale s’étend du début du XIXe siècle jusqu’en 2013. Si je me suis intéressée au contexte historique, les glissements entre le passé et le présent m’ont parfois déroutée. Les sujets abordés, d'une dureté sans nom (tentatives de suicide, pédophilie, alcoolisme, etc.), manquent parfois de nuances. Les illustrations de Scott B. Henderson sont d’un réalisme impressionnant. Malgré mes quelques réserves, cette bd, de par sa rareté, demeure indispensable pour amener les jeunes à s'intéresser à l’histoire des Autochtones des Prairies. Loin des manuels d’histoire, 7 générations a le mérite d'aborder de front les traumatismes du passé et ses répercussions sur le présent, d'ouvrir la voie vers un avenir plus lumineux. 



7 générations (2 tomes), David A. Robertson (texte) et Scott B. Henderson (illustrations), éditions des Plaines, 72 pages chaque tome, 2016. À partir de 13 ans.

laissez-vous tenter

16 commentaires

  1. De la BD, quelle bonne idée! J'adore ça et j'en lis de moins en moins, je me demande bien pourquoi. Moi qui rouspète que je cours après le temps, c'est un moyen de continuer à dévorer des livres sans stresser parce qu'il y a... 900 pages!!! ;-) Bref, le premier paraît très beau graphiquement, mais Sara m'intrigue davantage. Je je tombe dessus, je l'achèterai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les bd permettent de s'aérer l'esprit lorsqu'on est plongé dans un pavé. Pour ma part, j'en lis moins qu'avant, mais ce n'est pas l'envie qui manque. Entre les romans et les albums jeunesse, le temps de lecture m'échappe!
      Ce qui m'a le plus marquée, avec "Sara", c'est la maîtrise de sa construction. L'équilibre entre la narration et le dessin est vraiment remarquable. Si tu vois cette bd, saute dessus!

      Supprimer
  2. Un rdv BD pour les grands - je note les deux derniers mais j'ignore s'ils vont arriver par chez nous ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Sara" vient de par chez vous. Pour le dernier, n'y pense même pas!

      Supprimer
  3. J'avais déjà noté "Louis parmi les spectres" grâce à "Jane, le renard et moi" bien sûr ! Impossible de passer à côté. À ma dernière visite à la bibliothèque, j'avais remarqué "Sara". Je n'en avais jamais entendu parler. Tu viens de me donner le goût, je regrette de ne pas l'avoir pris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait, impossible de passer à côté de "Louis parmi les spectres". J'ai même trouvé qu'il surpassait d'une coche "Jane, le renard et moi". Que j'aime cet univers graphique où la douceur et la dureté (des thèmes) s'entremêlent. Un vrai joyau.
      Pour "Sara", si tu as la chance de l'emprunter à la bibliothèque, n'hésite pas. L'univers de cette jeune auteur est très intéressant. Une belle découverte.

      Supprimer
  4. Louis parmi les spectres... Je le veux ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il te le faut, en effet! D'autant plus que les livres des éditions de La Pastèque se trouvent maintenant beaucoup plus facilement qu'avant par chez vous. Ce serait bête de s'en priver!

      Supprimer
  5. L'ai déjà écrit et je me répète: tu es une sacrée tentatrice littéraire!! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Louis parmi les spectres, je ne passerai pas à coté, c'est une certitude !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, Noukette dis la même chose. Je ne sais pas pourquoi, mais ça ne m'étonne même pas!
      J'espère que cette précieuse pépite te plaira autant qu'elle m'a plue.

      Supprimer
  7. "Louis et les spectres",il est sublime. Ce duo auteure-illustratrice est incroyable. Je note"Sara" que je ne connais pas et qui me plairait je pense. De belles tentations bd en tout cas, merci!Enfin quand je dis bd ça vaut aussi pour les romans. Eh oui, malgré l'hibernation de mon blog (temporaire j'espère !)je continue toujours à remplir mon p'tit carnet idées-lectures, alléchée par tes billets :-) Bravo pour ta constance et ton rythme qui ne faiblit pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fanny Britt et Isabelle Arsenault se complètent tellement bien. Après deux ouvrages parus, j'espère qu'il y en aura encore plusieurs autres.
      Ben oui, ton blogue hiberne et je m'en désole. Qu'est-ce qui se passe? Et dire que l'hiver n'est même pas encore arrivé pour de vrai.
      Merci pour le Bravo! Ce n'est pas sans efforts, j'te jure!

      Supprimer
  8. Dois-je répéter que Louis me tente?! Et maintenant Sara!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À choisir entre les deux... "Louis" est un incontournable. Tu n'as pas le choix! Pour "Sara", c'est une belle découverte, mais non essentielle. C'est dit!

      Supprimer

· archives ·

· visites ·