Des poches dans la poche · mars 2017

mercredi, mars 08, 2017


Le printemps se pointe à petits pas et amène avec lui son lot de parutions en poche. De grosses pointures enfin éditées et maintes tentations, encore...


dans la catégorie Lu et approuvé


Si ce n'avait été de ses trois cents pages en trop, j'aurais eu un gros coup de coeur pour ce premier roman. N'empêche, c'est un époustouflant tour de force.

31 décembre 1976. New York se prépare pour le réveillon. Chez les Hamilton-Sweeney, Felicia accueille financiers et mondains tandis qu’à l’autre bout de la ville, dans le Lower East Side, Charlie attend Samantha pour assister à un concert punk. À quelques encablures de là, dans Hell’s Kitchen, Mercer Goodman tourne et retourne un délicat carton d’invitation. Et s’il se rendait à la réception des Hamilton-Sweeney pour retrouver Regan, cette sœur que William, son amant, lui a toujours cachée ? Bientôt, des coups de feu retentissent dans Central Park. Une ombre s’écroule dans la neige. Comment ces personnages sont-ils tous reliés à ce drame? Alors que rien ne les prédestinait à se rencontrer, leurs histoires ne vont cesser de se croiser jusqu’au blackout du 13 juillet 1977 à New York.




Un roman d'une grande beauté sur le courage et l'humanité.

Varsovie, 1942. Aron, huit ans, tente de survivre dans l’enfer du ghetto en faisant de la contrebande avec ses amis. Cela ne suffit pas à sauver sa famille, rapidement emportée par les rafles et le typhus. Alors qu’il perd espoir, le généreux docteur Janusz Korczak l’accueille à l’orphelinat. Cette protection inespérée lui suffira-t-elle pour échapper à une répression de plus en plus féroce?




Un roman corrosif, qui s'amuse des codes du roman américain. J'ai beaucoup aimé le personnage de Tom Elliot. Rafraîchissant!

Tom Elliott tient une supérette dans un trou perdu du Midwest. Malgré les rayons désespérément dégarnis, les clients défilent du matin au soir. Ce succès, Tom le doit au fauteuil, devant la caisse, où chacun s'assoit pour livrer ses secrets... Jusqu'au jour où jaillit du trottoir d'en face un fabuleux hypermarché climatisé. Comment combattre un concurrent si déloyal? Tom n'a que deux armes: sa folie douce et son amour de la poésie. Au cœur des terres ardentes des Indiens des Plaines, Popcorn Melody porte un regard fantasque sur la quête de plénitude dans nos sociétés d'abondance.



WALDEN – HENRY DAVID THOREAU  TOTEM GALLMEISTER



Grand classique du nature writing, dans une toute nouvelle traduction.

En 1845, Henry David Thoreau  part vivre dans une cabane construite de ses propres mains, au bord de l’étang de Walden, dans le Massachusetts. Là, au fond des bois, il mène pendant deux ans une vie frugale et autarcique, qui lui laisse tout le loisir de méditer sur le sens de l’existence, la société et le rapport des êtres humains à la Nature. Une réflexion sereine qui montre qu’il faut s’abstraire du monde et de ses désirs pour devenir réellement soi-même. Walden est un monument de l’histoire littéraire américaine à l’immense postérité. Édition augmentée d’une chronologie et d’un hommage du grand philosophe R. W. Emerson, inédit en français.



dans la catégorie Le grand format m'attend


DODGERS – BILL BEVERLY – POINTS SEUIL

Si ce roman se trouve dans ma pal, c'est grâce au billet tentateur d'Electra. Ma rencontre avec East est pour bientôt!

À quinze ans, East est déjà un petit caïd : devant la taule où on vend et consomme de la dope, il est le chef de l’équipe de guet. Le jour où les flics débarquent, c’en est fini de son job. Pour conserver sa place dans le gang, East doit se racheter. Quitter L.A., récupérer des armes et éliminer un juge à l’autre bout du pays, là où il neige. Le tout dans un monospace pourri et avec une équipe de bras cassés. Une équipée sauvage…




LES PORTES DU NÉANT – SAMAR YAZBEK – LIVRE DE POCHE

Figure de l'opposition au régime de Bachar al-Assad, Samar Yazbek a dû quitter son pays tant aimé en juin 2011. Depuis son exil, elle ressent l'urgence de témoigner. Au mépris du danger, elle est retournée trois fois dans son pays, clandestinement, où elle a connu de l'intérieur l'horreur de la guerre civile, aux côtés des activistes. Des premières manifestations pacifiques pour la démocratie jusqu'à l'émergence de l'État islamique, elle décrit le quotidien des combattants, des enfants, des hommes et des femmes ordinaire qui luttent pour survivre à l'une des plus grandes tragédies du 21e siècle.





PLATEAU – FRANCK BOUYSSE – LIVRE DE POCHE

J'avais adoré Grossir le ciel, habitée par l'impression de découvrir tout un auteur. Je compte bien remettre ça. 

Plateau de Millevaches. Judith et Virgile tiennent une petite ferme dans un hameau. Le couple a élevé Georges, un neveu dont les parents sont morts dans un accident de la route quand il avait cinq ans. Il vit dans une caravane tout près de chez son oncle et sa tante. Lorsqu'une jeune femme vient s'installer chez lui, lorsque Karl, ancien boxeur tiraillé entre pulsions sexuelles et croyance en Dieu, emménage dans une maison du même village, et lorsqu'un mystérieux chasseur sans visage rôde alentour, les masques s'effritent et des coups de feu résonnent sur le Plateau. Une écriture ciselée pour exprimer la rudesse du paysage et la profondeur des caractères. Comme Grossir le ciel, noir et bouleversant.



TOUT CE QUI EST SOLIDE SE DISSOUT DANS L’AIR – DARRAGH MCKEON – 10-18

Dans ce roman d’un réalisme incroyable, McKeon relate la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, qui marquera le début de la chute de l’empire soviétique. Dans un minuscule appartement de Moscou, un petit prodige de neuf ans joue silencieusement du piano pour ne pas déranger les voisins. Dans une usine de banlieue, sa tante travaille à la chaîne sur des pièces de voiture et tente de faire oublier son passé de dissidente. Dans un hôpital non loin de là, un chirurgien s’étourdit dans le travail pour ne pas penser à son mariage brisé. Dans la campagne biélorusse, un jeune garçon observe les premières lueurs de l’aube. Du ciel cramoisi, inquiétant, les oies tombent. Nous sommes le 26 avril 1986. Il s’est passé quelque chose à Tchernobyl…




dans la catégorie Ils me font de l'oeil

TOUT CE QU’ON NE S’EST JAMAIS DIT – CELESTE NG – POCKET

Vos billets tentateurs m'ont convaincue. J'attendais impatiemment la parution en poche de ce roman. Et j'aime bien sa couverture – même si j'ai une peur bleue de l'eau!

1977, Ohio. Lydia Lee, seize ans, est une élève et une fille modèle. Elle est le grand espoir de son père, d’origine chinoise, qui projette sur elle ses rêves d’intégration, et de sa mère qui espère à travers elle accomplir ses ambitions professionnelles déçues. Mais à quoi rêve Lydia en secret? Lorsque la police découvre son corps au fond d’un lac, la famille Lee, en apparence si soudée, va affronter ses secrets les mieux gardés, car plus rien ne sera pareil. La disparition de Lydia vire soudainement à l’autopsie familiale. Connaît-on jamais vraiment ses proches?


FAIS-MOI DANSER, BEAU GOSSE – TIM GAUTREAUX – POINTS SEUIL


Cet auteur, j'ai de plus en plus envie de le découvrir... Et je pense bien commencer par ce Beau Gosse!

Beau Gosse a épousé la plus belle fille de Tiger Island: quand le couple danse le jitterbug, il attire tous les regards. Mais les talents de mécanicien de Paul ne suffisent pas à Colette. Elle rêve de quitter cette ville de rustres. Lorsqu’elle fuit la Louisiane, Beau Gosse doit choisir: son bayou natal, ravagé par la crise pétrolière, ou Los Angeles et ses lumières pour tenter de la reconquérir.




RUBY – CYNTHIA BOND – LIVRE DE POCHE

Ephram Jennings n'a jamais oublié la petite fille aux longues nattes avec qui il jouait, enfant, dans la bourgade de Liberty, à l'est du Texas. Mais Ruby Bell, malgré l'amour de ses grands-parents, a souffert plus qu'on ne saurait l'imaginer. Aussi s'est-elle échappée dès qu'elle a pu, vers les lumières du New York des années 1950. Beauté à la peau noire, elle se fait une place au cœur même de la ville, tout en ne cessant d'espérer y retrouver sa mère. Lorsqu'un télégramme de sa cousine la rappelle chez elle, Ruby va de nouveau, des décennies plus tard, être confrontée à l'extrême violence raciale. Ephram décide de tout tenter pour l'arracher à la spirale de malheur qui la guette.




CORPS ET ÂME – FRANK CONROY  FOLIO

À New York, dans les années quarante, un enfant regarde, à travers les barreaux du soupirail où il est enfermé, les chaussures des passants qui marchent sur le trottoir. Pauvre, sans autre protection que celle d'une mère excentrique, Claude Rawlings semble destiné à demeurer spectateur d'un monde inaccessible. Mais dans la chambre du fond, enseveli sous une montagne de vieux papiers, se trouve un petit piano désaccordé. En déchiffrant les secrets de son clavier, Claude, comme par magie, va se découvrir lui-même: il est musicien. Ce livre est l'histoire d'un homme dont la vie est transfigurée par un don. Son voyage, à l'extrémité d'une route jalonnée de mille rencontres, amitiés, amours romantiques, le conduira dans les salons des riches et des puissants, et jusqu'à Carnegie Hall.



L’AUTRE MOITIÉ DU SOLEIL – CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE  FOLIO

Ayant beaucoup aimé Americanahj'ai bien envie d'aller plus loin.
   
Lagos, début des années soixante. L'avenir paraît sourire aux sœurs jumelles: la ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d'Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s'étalant sur les drapeaux: c'est le symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes. Évoquant tour à tour ces deux époques, l'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié; elle nous montre comment l'Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L'autre moitié du soleil est leur chant d'amour, de mort, d'espoir.


ENCORE – HAKAN GÜNDAY – LIVRE DE POCHE

Gazâ a neuf ans et vit sur les bords de la mer Egée. Il travaille avec son père Ahad, passeur de clandestins. Ils entreposent dans un dépôt les individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Un jour, Gazâ cause la mort d'un jeune Afghan. Dès lors, le garçon ne cesse de penser à lui et conserve précieusement la grenouille en papier qu'il lui avait donnée – ce qui ne l'empêche pas de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Un soir, tout bascule, et c'est désormais à Gazâ de trouver comment survivre... On retrouve dans ce roman coup de poing le regard sans concession sur le monde contemporain et l'insolence de ton de l’auteur de D'un extrême l'autre.


Vous pourriez aussi aimer

24 commentaires

  1. Je ne peux que t'encourager, que dis-je t'exhorter à acheter le Celeste Ng : Pour ma part, le Tim Gautreaux est d'ores et déjà dans ma liste :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suivrai ton ordre, ma chère. Dès que je vois le Celeste Ng, je mets la main dessus!
      Un autre titre de Tim Gautreaux me fait de l'oeil aussi. Je verrai pas lequel je commence.

      Supprimer
    2. tu m'en diras des nouvelles ! ;)

      Supprimer
  2. Beaucoup de tentations sauf ... Dodgers. J'étais passé complètement à côté,sonnait creux pour moi, pas crédible du tout.On a tous nos moments faibles ou nuls.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi avec "Dans la forêt", alors que presque tout le monde a aimé! Passé complètement à côté!
      Pour "Dodgers", ça pique d'autant plus ma curiosité!

      Supprimer
  3. Que de belles sorties!
    Tout ce qu'on ne s'est jamais dit avait été un coup de coeur à sa sortie, Corps et Ame également (mais ça fait longtemps, du coup il faudrait que je le relise - il ne sort que maintenant en poche?!)
    j'ai également repéré Dodgers chez Electra, et Walden est un grand classique qu'il faut absolument que je lise!
    Je n'avais par contre pas accroché au Livre d'Aron, qui avait été une déception...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais d'ailleurs noté "Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" après avoir lu ton billet!
      Pour le Frank Conroy, j'ose imaginer qu'il s'agit d'une réimpression.
      Lecture assez mitigé pour "Livre d'Aron". Je l'ai plus apprécié après lecture que pendant!

      Supprimer
  4. Très intéressée par Le livre d'Aron qui m'est passé sous le nez apparemment!

    Je te conseille effectivement le roman de Céleste Ng mais je n'aime pas cette couverture en poche! Celle chez Sonatine est plus subtile, discrète et douce. Mais ça n'enlève rien à la qualité de ce très beau roman évidemment :)

    Pour les sorties en avril, je viens d'apprendre celle du dernier roman d'Olivier Adam, La renverse : youpiiee!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour "Le livre d'Aron", le sujet est passionnant (inspiré d'une histoire vraie). Le traitement qui en est fait est couci-couça. Mais il vaut le coup, surtout en poche.
      Pour le Céleste Ng, j'avoue préférer aussi la couverture chez Sonatine.
      Olivier Adam... Un autre qu'il me tarde de découvrir. Depuis que je suis certains blogues, je m'ouvre beaucoup plus à la littérature française. Et, ma foi, je fais de fabuleuses découvertes.

      Supprimer
  5. Il y en a au moins que je ne ferais pas, Corps et Ame de Frank Conroy; puisque je l'ai déjà lu... Puissant, d'ailleurs...

    j'aime bien aussi ce genre de billet, ça me fait un peu rêver. Je me vois devant chaque bouquin, chaque histoire et je me demande toujours vers lesquels j'aurais envie d'aller en ce moment.

    Alors ce midi, je prendrais bien mon billet pour Céleste Ng et Tim Gautreaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai? Le Frank Conroy est puissant? Mmm, il remonte dans mes envies, celui-là...
      Ce genre de billet est toujours plaisant à rédiger. Ce sont des choix si subjectifs... Je sélectionne seulement les titres qui me correspondent le plus. Qui m'aime me suive!
      Le Céleste Ng fait vraiment l'unanimité...

      Supprimer
  6. Tim Gautreaux, j'ai un autre de lui qui m'attend (dans mon craquage de slip) trop contente pour Dodgers ! Je l'ai prêté à ma mère, ah East, j'y pense toujours à ce gosse ;-)
    C'est amusant car soit je les ai déjà (parfois en anglais) soit je les avais aussi en tête, je me souvenais qu'Eva n'avait pas accroché à Aron - moi aussi je veux lire depuis longtemps le roman de MCKEON sur Tchernobyl !! bref, ma pàl, déjà vertigineuse va encore souffrir. Mais bon, j'ai repris mon programme donc je vais creuser un peu ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me souviens avoir vu le Tim Gautreaux dans ton craquage!
      "Dodgers" ne saurait tarder. Si les sp peuvent cesser d'entrer! (Ils sont toujours en priorité.)

      Supprimer
  7. Le livre d'Aron, que j'attendais avec impatience, m'a laissé une impression mitigée. Je suis restée en dehors de l'histoire, ce qui, vu le sujet, n'est absolument pas normal... Mes futures lectures: l'autre moitié du soleil et plateau, à cause des auteurs dont j'ai follement aimé les livres précédents. Et sans doute Les portes du néant. Besoin de savoir ce qui se passe là-bas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le livre d'Aron" en a déçu plus d'un, malheureusement. Je suis aussi mitigée. C'est étrange, mais je me sens parfois coupable de ne pas aimer un roman portant sur un sujet aussi tragique...
      Pour "Les portes du néant", j'ai feuilleté le roman et ça augure très très bien. Sur le même sujet, je suis toujours autant marqué par le dernier Manoukian. Je laisse la poussière retomber un peu.
      De belles futures lectures, en tout cas!

      Supprimer
  8. J'adore des chroniques pareilles. Elles me mettent dans une sorte de transe : je suis heureuse de pouvoir me plonger dans tous ces magnifiques romans et paniquée en même temps devant ma pile à lire qui grossit sans cesse grâce au travail des amis bloggeurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou comme l'enthousiasme pour un roman aimé sur un blogue peut être contagieux. Et c'est ce que j'aime toujours autant avec les blogues.
      Depuis que je lis vos blogues, je n'ai jamais eu d'aussi grosse pal. Que de bonheur à lire en perspective!

      Supprimer
  9. Je relirai bien Walden dans cette nouvelle traduction !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tentant, hein! Mon édition Tel-Gallimard a pris quelques rides.
      Cette édition nouvellement traduite, avec l'hommage d'Emerson, c'est un beau plus.

      Supprimer
  10. Il y a du beau monde dis donc ! Tu sais que j'ai City on fire en grand format depuis l'été! Et je ne l'ai toujours pas sorti!
    "Le livre d'Aron" m'était inconnu mais après lecture de ton billet et même avec les bémols il me tente!
    Céleste Ng me fait aussi de l'oeil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne me souvenais pas que tu avais sous la main "City on fire". Gros gros pavé, et tu sais ce que j'en pense!
      Bémols ou non, "Le livre d'Aron" mérite d'être lu. Pour l'histoire et pour la part vécue. Une belle et touchante leçon d'humanité.

      Supprimer
  11. Corps et âme est juste magnifique !!
    J'ai trouvé Popcorn Mélody très sympathique.
    Et "Plateau" attend sur l'étagère que je veuille bien me décider à le lire... Bonnes lectures !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ben, tu enfonces le clou avec "Corps et âme".
      "Popcorn Mélody" m'a agréablement surprise. Je n'attendais rien de ce roman et le charme a opéré.
      Parant le "Plateau", tu avais lu "Grossir le ciel"?

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·