Coeur-Naufrage · Delphine Bertholon

vendredi, mai 26, 2017


Je lis peu de romans français. J’ai quelques auteurs de prédilection et me limite souvent à eux. Il arrive toutefois, de plus en plus souvent même, que je note un auteur ou un titre après un passage sur les blogues et sur Instagram. C’est ce qui est arrivé avec Dephine Bertholon. J’ai vu certains titres ici et là: souvent Les corps inutiles, souvent aussi Grâce, ou encore Twist et L’effet Larsen. Puis, en passant chez Virginie, je me suis dit: «Tentons le coup!»

J’ai plongé dans Cœur-Naufrage sans trop savoir à quoi m’attendre.

Ces premiers mots….
Rien de tout cela n’était prévu, ni même prévisible. Je n’étais pas épanouie, encore moins comblée. Mais j’étais, disons, tranquillement malheureuse et avec le recul, ce n’était pas si mal. Je vivais à la manière d’un chat d’appartement, dans la sécurité confortable d’un périmètre contrôlé, toute pleine d’habitudes, lovée dans la croûte dorée d’une délicieuse routine. La routine, je m’en rends compte aujourd’hui, est ce qui nous reste lorsqu’on a tout perdu.

Lyla Manille, la petite trentaine, vit seule à Paris. Traductrice de l’anglais au français, elle «emprunte les mots des autres pour se cacher derrière». Casanière et sauvage, elle limite les contacts au minimum. Il y a N*, son amant marié. Il y a Zoé, sa meilleure amie, la joie de vivre sur deux pattes. Et il y a l’éditrice pour qui elle travaille, tant admirée par Lyla. Sa mère, elle n’y parle plus, et son père n’est plus de ce monde.

Lyla se sent comme une coquille vide, en marge de sa vie. Désincarnée. Une «marionnette malléable, sans cesse conformée au désir des autres». Sa vie ordonnée, sans vagues, est chamboulée lorsqu’elle reçoit sur son répondeur un message qui la ramène dix-sept ans en arrière. Cet été-là, sur la côte landaise, sa vie prenait un virage majeur…

C’était en 1998. L’adolescence. Lyla tombait amoureuse pour la première fois. De Joris, «un gamin sans mère, élevé par un marin fantôme et dont la planche de surf était l’unique salut.» Joris a bien changé, depuis. Marié et amoureux, père d’une fillette, il soigne les gens. Contrairement à Lyla, il a trouvé sa voie. Mais la mort de son père le tire en arrière.

Lyla et Joris déterreront le passé pour libérer ses fantômes.


Il n’est pas simple de parler de ce roman sans en dévoiler le nœud et ses ramifications. Je marche sur des œufs! C’est une histoire qui pourrait ressembler à mille autres, mais sous la plume de Dephine Bertholon, elle devient unique, singulière. La construction du récit et la profondeur des personnages en font un roman d’une extrême sensibilité. Les voix de Lyla et de Joris alternent, racontant chacun leur vie. À ces deux voix s’ajoutent celle d’un narrateur externe qui raconte leur rencontre, dix-sept ans plus tôt. Le présent et le passé s’entrecroisent sans jamais dérouter.

L’adolescence, sa légèreté et son insouciance, mais aussi les cicatrices qu’elle laisse sont abordées avec une impressionnante justesse. L’âge adulte aussi, avec ses choix, ses errements, ses interrogations. Les personnages sont complexes et nuancés, comme j’aime. Mis à part le personnage de l’amant, un peu trop caricatural à mon goût. Heureusement, il passe en coup de vent!

J’ai craint un instant que les névroses de Lyla finissent par me taper sur le nerfs, tombent dans la complaisance. Mais non, loin de là. Plus le roman avançait et plus l’empathie m’habitait. J’y ai lu de beaux passages sur la paternité, comme j’en ai rarement lus. Le style de Delphine Bertholon, sobre, alerte et dépouillé, m’a enchantée.

Un roman sombre dont les éclats de lumière mettent un baume sur le coeur. 

Si les autres romans de Dephine Bertholon renferment la même richesse, c’est bien simple, je vais devoir l’ajouter à ma liste d’auteurs français de prédilection!

Cœur-Naufrage, Dephine Bertholon, JC Lattès, 304 pages, 2017.

laissez-vous tenter

31 commentaires

  1. Je suis en train de le lire! J'adore! Pour moi aussi c'est mon premier de Bertholon! De source sûre, "Les corps inutiles" est très beau! ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et attend de lire la fin... Un pur bonheur sur toute la ligne. Si je m'attendais à ça!
      "Les corps inutiles" sera mon prochain Bertholon!

      Supprimer
  2. Prières phrases terribles et accrocheuses, en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi qui lis peu de littérature française, là, j'ai été comblée et je vais remettre ça!

      Supprimer
    2. il ne te reste plus qu'à enchaîner tes découvertes françaises avec Mathieu Menegaux ;)

      Supprimer
    3. Mathieu Menegaux? Justement, "Je me suis tue" sera mon prochain roman français à lire, d'ailleurs noté grâce à toi!

      Supprimer
  3. Je n'ai lu que L'effet Larsen, aimant l'écriture, mais c'était tellement sombre que j'ai eu du mal à respirer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dois commencer à te douter que moi, le sombre, j'adore! Effet maso?! Ma vie étant lumineuse, j'ai souvent besoin de «sombritude» dans mes lectures!

      Supprimer
    2. oui je confirme mais je me souviens que tu as laissé tomber cet énorme livre sombre que tu m'avais montré avant que je parte! mais sinon, oui si j'aime les romans noirs, toi tu aimes même le "tordu" !

      Supprimer
  4. Terminé hier, j'ai adoré! Mon premier Bertholon également et j'ai Les corps inutiles qui m'attend ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adoré aussi. Franchement, c'est une belle surprise. Je veux aussi lire "Les corps inutiles". J'ai réussi à mettre la main en usagé sur "Grâce". Bref, une auteure à découvrir!

      Supprimer
  5. Ajoute ! J'adore ce que fait Delphine Bertholon, sa voix singulière, ses thèmes...il y a toujours du bon dans ses romans (je les ai tous lus, quelques unes de mes chroniques sur mon blog, et je te conseille Les corps inutiles ou encore Grâce qui m'avait beaucoup touchée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux "Les corps inutiles" et "Grâce" est déjà dans ma pal!
      Sa voix est très intéressante et la façon dont elle explore ses thèmes me fascine.

      Supprimer
  6. Tu donnes très envie de le lire et je pense que c'est ce que je vais faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ces auteurs qui parviennent à tricoter, à partir de sujets mille fois lus, une intrigue forte et originale. Ici, c'est tout à fair réussi!

      Supprimer
  7. Le nom de l'auteure m'est tout à fait inconnu. Il est vrai que je lis peu de littérature française aussi mais tu donnes le goût. Dire après un seul roman que l'auteure figurera dans ta liste d'auteurs de prédilection, c'est quelque chose!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas après un seul roman. Quand même, ce serait prématuré! Je dis plutôt que si les autres romans de Dephine Bertholon renferment la même richesse, elle figurera dans ma liste d’auteurs français de prédilection!
      Il faut dire que mes dernières découvertes côté littérature française ont été bien guidé par IG et les blogues.

      Supprimer
  8. une auteure que je ne connais pas du tout, mais tu donnes vraiment envie de la découvrir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très très agréable surprise. Tu n'as que des avantages à la découvrir!

      Supprimer
  9. J'ai lu deux livres de Delphine Bertholon, d'ailleurs le dernier livre que j'ai lu c'est Twist que j'ai beaucoup aimé, c'est de l'émotion en phrase et j'ai été émue jusqu'à la fin. Les corps inutiles j'ai bien aimé mais j'ai trouvé qu'elle aurait du pousser le propos un peu plus loin, il y avait un léger déséquilibre. Ce que tu dis de Coeur Naufrage me donne terriblement envie de le lire, la première phrase me chamboule à telle point que je l'ai noté dans mon carnet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas encore noté "Twist", mais je rectifie drette-là!
      Ce qui m'a tant accrochée, c'est sa manière de traiter des thèmes pourtant si éculés.
      Curieuse de voir ce léger déséquilibre dans "Les corps inutiles". Bref, une auteure définitivement à suivre!

      Supprimer
  10. A force de lire des billets semblables au tien, je vais moi aussi finir par aller découvrir cette auteure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis embêtée, Delphine... Je me demande si ce roman pourrait te plaire. J'ai comme un doute. Ce n'est pas le type de romans que j'ai l'habitude de voir chez toi. Mais rien n'empêche d'emprunter de nouveaux sentiers, non?!

      Supprimer
  11. Bizarrement, même si j'adore toujours ton billet, cette histoire ne me tente pas trop (sauf si ça cache un thriller) - les histoires de couples m'ennuient donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas pour toi, celui-là! C'est clair, non?!

      Supprimer
  12. ta chronique est vraiment épatante ! Bon et bien, y'a plus qu'à trouver ce roman qui ne devrait pas me décevoir tant j'apprécie le style Bertholon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu connais déjà Bertholon, pas doute, ce roman te plaira. Selon ce que j'entends, ça serait un de ses meilleurs romans.

      Supprimer
  13. C'est mon auteure préférée et en plus elle est super sympa et accessible! J'ai adoré ce roman, que j'ai trouvé encore plus abouti par rapport aux autres. Plus doux aussi.. Les corps inutiles est fabuleux. J'ai beaucoup aimé Le soleil à mes pieds, une histoire compliquée entre deux soeurs... Grâce est très bien aussi!! Tu savais qu'elle faisait du jeunesse aussi? Ma vie en noir et blanc est sont dernier roman pour plus jeunes. Moi, fan?? :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai d'autant plus hâte de lire ses romans moins doux! "Grâce" est dans ma pal et je suis à la recherche des "corps inutiles". Ce seront mes prochains Bertholon!
      Du coup, j'ai très envie d'aller explorer du côté de sa production jeunesse. Tu as un titre en particulier à me suggérer?

      Supprimer
  14. Je n'ai jamais lu cette auteure tu me donnes envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était la première fois que je lisais un de ses romans. En tout cas, elle est assez prolifique. Suite à cette belle découverte, je vais poursuivre dans la découverte de son oeuvre. Bonne découverte, si tu y viens. (J'espère que oui!)

      Supprimer

· archives ·

· visites ·