Le samedi, c'est jeunesse!

samedi, juin 10, 2017

Les animaux sont à l'honneur dans ce nouveau rendez-vous Le samedi, c'est jeunesse! Au programme, le quotidien d'un crocodile, la créativité d'un drôle d'oiseau, l'envie de tranquillité d'un ours (avec lequel j'ai beaucoup de ressemblances) et le besoin de sécurité d'un koala. C'est parti!


Sept heures du matin, le réveil sonne. Le train-train quotidien bien huilé de crocodile se met en branle. Il a ses habitudes: ouvrir les rideaux, faire pipi, s’habiller, prendre son petit déjeuner et partir travailler. En chemin, il fait un brin de lèche-vitrine et fait un peu de lecture dans le métro bondé. Tout près du travail, il fait un arrêt chez le fleuriste et chez la boulangère. Arrivé au travail (je ne dirais pas où!), il offre le bouquet et se dévêt pour commencer sa journée.

Il y a longtemps qu’un album sans texte ne m’avait pas autant emballée. L'absence de mots rend d’autant plus saisissantes les sublimes illustrations de Mariachiara di Giorgio. Son coup de crayon regorge de détails et de clins d’œil. Un regard poétique et attendrissant sur notre quotidien, trop souvent cloisonné dans le métro-boulot-dodo.


Profession crocodile, Giovanna Zoboli (texte) et Mariachiara di Giorgio (illustrations), Les fourmis rouges, 24 pages, 2017. À partir de 2 ans.


Bob est pourvu de deux pattes extra longues et extra maigres. Ça ne posait aucun problème jusqu’à ce qu’il sorte faire une promenade et que d’autres oiseaux se mettent à se moquer de lui. Attristé, Bob décide de faire de l’exercice pour muscler ses échasses. Rien n’y fait. Il se met à manger plus qu'à son habitude pour les engraisser. Toujours rien. Il décide alors de les camoufler sous d’amples vêtements. Mais là, il se sent complètement ridicule. En s’arrêtant dans une galerie d’art, Bob se sent soudain très inspiré. Et s’il trouvait un moyen de détourner l’attention des oiseaux de ses fichues pattes? Ben la voilà, la solution! Faire diversion, au point de recueillir maints compliments. Grâce aux œuvres de Matisse, Pollock, Calder et Mondrian, Bob devient un artiste.

Quel album génial! Les mots de Marion Deuchars vont droit au but. S'il est un peu question d’intimidation, c'est surtout la créativité, la confiance en soi et l’acceptation qui sont au coeur de l'album. Les illustrations minimalistes sont complètement éclatées: les empreintes de doigts côtoient les gros traits noirs et les fines lignes. Les éclats de couleurs font leur apparition à mesure que la créativité de Bob explose. Le message derrière l'album n'a pas de prix: ne pouvant jamais plaire à tout le monde, l’important est de rester soi-même!


Bob l’artiste, Marion Deuchars, Seuil jeunesse, 32 pages, 2017. À partir de 4 ans.



Monsieur Ours ne demande pas grand chose: un peu de tranquillité pour siroter son thé et lire un recueil de poésie en écoutant de la musique. Bien installé sur un banc, il s’apprête à passer une délicieuse journée. Jusqu’à ce qu’un drôle de lapin exténué se pointe. Monsieur Ours lui propose gentiment de se reposer un instant. Une triste lapine qui vient de perdre son travail se joint à eux. C’est l’amour fou entre les deux lapins. Ils se marient sur-le-champ. Un lapinou naît, puis un autre, et encore une dizaine d’autres. Tous se prennent d’affection pour Monsieur Ours, ne lui laissant aucun répit. Monsieur Ours n’arrive pas à dire aux lapins qu’il aimerait un peu de tranquillité. Il se creuse la caboche pour trouver un moyen de les éloigner. Mais rien n’y fait. À bout, il s’effondre. Une fois revenu à lui, Monsieur Ours trouve enfin la force et le courage de leur révéler qu’il a parfois besoin d’être seul.

Après Monsieur Papa et les 100 gouttes d’eau, la jeune Coréenne revient avec un album tout en délicatesse. Je trouve le sujet bien trouvé. Apprendre à exprimer ses besoins sans crainte de blesser. Le texte coule doucement, prenant son temps, sans accroc. Les illustrations de In-kyung Noh jouent du gris et du blanc pour exprimer le calme, et sont pimentées de rouge lorsque la marmaille se pointe. Un album subtil, malicieux, ponctué de touches d’humour irrésistibles.


 

Monsieur Ours veut qu’on le laisse tranquille, In-kyung Noh, Rue du monde, 72 pages, 2017. À partir de 5 ans.



Kévin est le roi des animaux immobiles. Pas question qu’il descende de son arbre. Pourquoi le ferait-il? Là-haut, il a tout ce dont il a besoin. Surtout, il est en sécurité. En bas, tout est si rapide, bruyant, effrayant… C’est l’inconnu. Et Kévin n’aime pas ce qui est nouveau. Lorsque les animaux viennent au pied de son arbre pour l’inviter à descendre, Kévin décline leurs offres, trouvant toujours une bonne excuse. Bon, Kévin jalouse un peu cette belle gang d’animaux chantant auprès du feu, mais pas de là à descendre de son arbre. Lorsqu’un pic bois vient menacer son habitat, Kévin n’a pas le choix: il lui faut lâcher prise.

Un sublime album pour encourager les p’tits craintifs à sortir de leur zone de confort, à lâcher prise et à s’ouvrir à la nouveauté. Les illustrations de Jim Field sont toujours aussi explosives et vitaminées. La forêt australienne se révèle luxuriante à souhait, et les animaux hyper attachants. La mise en page variée et les jeux typographiques dynamisent la lecture, sans compter les onomatopées qui envahissent la page. Un régal sur toute la ligne.

Publié en Europe chez Gautier Languereau, sous le titre Cap ou pas cap ?

Le koala qui ne voulait pas, Rachel Bright (texte) et Jim Field (illustrations), Scholastic, 32 pages, 2017. À partir de 4 ans.

Vous pourriez aussi aimer

14 commentaires

  1. Bob et le crocodile sont aussi deux de mes coups de <3!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bon goût. Mais ça, je le savais déjà!

      Supprimer
  2. Jolies présentations! Je note tout ça pour ma biblio ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de quoi rigoler, s'affirmer et être attendri. Pour tous les goûts, quoi!

      Supprimer
  3. Réponses
    1. J'te comprends! Et pour une fois qu'il est disponible par chez-vous...

      Supprimer
  4. j'adore Bob et le Koala ! je l'avais lu ton billet mais pas commenté. J'aime le dessin et le thème ! ah qu'on est bien là-haut dans son arbre !

    RépondreSupprimer
  5. Coup de coeur partagé pour Profession crocodile, un bijou ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, tu m'en vois ravie. D'ailleurs, comment serait-ce possible de rester de marbre devant ce charmant éléphant?

      Supprimer
  6. L'album avec le crocodile, je le trouve magnifique mais je le note plutôt pour moi! Par contre le koala, noté et souligné!! Merci encore pour ces pépites!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un plaisir! Le croco est à mettre en belle place sous les yeux. Un régal pour les yeux et l'esprit!

      Supprimer
  7. "Le koala" est splendide ! Je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus, il est publié en même temps par chez vous. Une rareté! D'ailleurs, j'ai une préférence pour le titre européen...

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·