Le samedi, c'est jeunesse!

samedi, août 19, 2017


Ça faisait un p'tit bout que je n’avais pas concocté de rendez-vous jeunesse. Les derniers albums lus ne m’avaient pas assez emballée pour en parler. J’attendais donc d’avoir quatre coups de cœur à partager avant de m’y mettre. Les voici.


J’ai découvert le travail de Marianne Ferrer l’automne dernier avec Racines, un premier album dont la beauté et la délicatesse m’avaient jetée par terre. J’étais impatiente de voir ce que ses doigts de fée élaboreraient pour la suite. Le plaisir est renouvelé avec Le jardin invisible.

Arianne et ses parents quittent la ville. La route est longue pour arriver à la campagne où vit grand-maman. Toute la famille est réunie pour fêter. Arianne, haute comme trois pommes, est entourée d’adultes. Le temps se fait long. Son père la pousse à aller jouer dans le jardin. Elle s’y retrouve seule, sans rien à faire. C'est l’ennui. Lorsqu’elle aperçoit un petit caillou, son imagination s’emballe. Le jardin de grand-maman ouvre sur un espace magique dans lequel Arianne court avec des sauterelles, chevauche des dinosaures et file à la conquête des étoiles. Le jardin invisible prend vie pour ceux qui prennent le temps de s’y attarder.

Difficile d’être objective: j’adore le travail de Marianne Ferrer. Avec ce deuxième album, le charme opère de nouveau. La richesse des illustrations et leur douce naïveté caressent l'oeil. L’économie des mots de Valérie Picard laisse toute la place à l’imaginaire. Un voyage onirique unique et indispensable, pour prendre une pause de notre monde endiablé.

Le jardin invisible, Valérie Picard (texte) et Marianne Ferrer (illustrations), Monsieur Ed éditions, 64 pages, 2017. À partir de 4 ans.


♦                  ♦                  


Dès que j’ai vu sur la couverture le mythique tram 28, j’ai craqué. J'adore Lisbonne!

Tous les matins, Amadeo se lève tôt, plonge dans son petit train-train et câline son chat Bolivar avant de partir. Il prend son petit déjeuner au café d’Eugenia avant d'aller conduire son tram. Pas n’importe lequel: l'Eléctrico 28. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est de former des couples. Pour ce faire, ses manœuvres sont infaillibles: virage en accélération, petit coup de frein… tous les moyens sont bons pour pousser les timides à déclarer leur flamme. À son dernier jour de travail, Amadeo compte bien arriver à réunir le seul couple à avoir résisté à ses manœuvres. La journée se termine et c’en est fini pour lui de jouer les Cupidons. Durant toute sa vie, Amadeo s’est voué à l’amour des autres, mais lui? Son remplaçant lui réserve une surprise. Disons que la relève du tram 28 est assurée!

Davide Cali et Magali Le Huche forment un duo parfait. Une belle représentation de Lisbonne, à travers une histoire originale et attendrissante aux illustrations débordantes de fraîcheur. Un album pétillant au charme fou.

Eléctrico 28, Davide Cali (texte) et Magali Le Huche (illustrations), abc Melody, 40 pages, 2017. À partir de 4 ans.

♦                  ♦                  


Des histoires de loups, il y en a à toutes les sauces: du méchant aux grandes dents au loup repentant, en passant par le loup peureux. Encore une histoire de loup, donc? Oui, et une bien bonne, comme Philippe Jalbert sait si bien en concocter.

Dans un camp militaire, un chien autoritaire donne une leçon aux trois petits cochons. Le sujet? Comment se débarrasser du loup. Les solutions ne manquent pas, mais pour leur mise en oeuvre, c'est une autre paire de manches. Les cochons n’ont ni avion pour bombarder, ni sous pour embaucher des mercenaires. Pas le choix, ils devront se rabattre sur la troisième et la plus périlleuse tactique: tendre un piège au loup en l’invitant chez eux. Un problème de dents sales compromettra leur plan. 

L’aventure est pleine d’esprit, les dialogues à se tordre de rire et la chute particulièrement bien trouvée. J’ai adoré cette mise en pages dynamique où les illustrations alternent avec les cases de bd. Le trait fin, les couleurs vibrantes sur fond blanc rendent bien le caractère pataud et naïf des trois petits cochons. Une savoureuse satire sur la force tenace des préjugés.


Mort au loup!, Philippe Jalbert, Seuil jeunesse, 56 pages, 2017. À partir de 6 ans.


♦                  ♦                  


«J’adore être une licorne. C’est super d’être une licorne. Tout le monde aimerait être une licorne, n’est-ce pas? […] Alors, qu’est-ce qui est embêtant quand on est une licorne?» Se retrouver avec une table coincée sur sa corne quand on s’apprête à dévorer le plus appétissant gâteau. Le Sasquatch viendra porter secours à la licorne, mais il manquera son coup à cause de ses grands pieds. Ce sera au tour du robot de venir les aider à se sortir du pétrin. Mais la pluie vient le freiner. Une maman-fée-ballerine viendra leur prêter main-forte, mais un vilain pirate-alligator-volant lui volera sa baguette magique. Finalement, qui d'autre, sinon le papa, viendra à bout de tous ces problèmes?

Pour l’originalité des situations, pour l’éloge de l'entraide et des jeux imaginaires, pour la diversité culturelle mise de l’avant, cet album est un régal. Les illustrations et les couleurs vibrantes hyper saturées font mouche. Un bel hommage aux papas débrouillards! Deux petits bémols: j’ai dû m’y prendre à deux fois pour comprendre la finale un peu énigmatique. J’ai trouvé la transition entre le réel et l’imaginaire trop abrupte. La traduction de Sasquatch! Bigfoot ou Yéti m'auraient semblé plus accessible.

J’adore être papa, Dan Bar-el (texte) et Gina Perry (illustrations), Scholastic, 32 pages, 2017. À partir de 4 ans.

Vous pourriez aussi aimer

12 commentaires

  1. Toujours aussi joli ! Mon neveu va fêter ses 4 ans, il n'est toujours pas intéressé par les livres (il va mûrir), je note le premier - le dessin est magnifique - j'ai pensé à toi jeudi en cherchant dans les livres pour enfants (finalement je lui ai pris un jeu pour apprendre l'alphabet), il y en a de magnifiques ! Mais moi je ne craque pas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut jamais désespérer... De mon côté, j'espère toujours que le déclic se fera un jour avec ma sauterelle!
      L'idée du jeu éducatif est pas mal non plus.

      Supprimer
  2. Je craque sur les illustrations d'Electrico !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te plairais assurément dans l'univers éclaté de Magali Le Huche! Et l'histoire est sublime...

      Supprimer
  3. Très chouette Mort au loup, ici on adore ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel humour ravageur! Philippe Jalbert n'a pas son pareil avec les loups et les cochons!

      Supprimer
  4. Dommage que "Mort au loup" soit à destination des 6 ans et + car mon petit garçon raffole de ce genre d'histoire. On a découvert l'histoire des 3 petits cochons et du chaperon rouge, il est fan! Davide Cali! Je l'ai lu tout cet été, il était accompagné de Benjamin Chaud aux illustrations, c'était notamment "Pourquoi je suis en retard à l'école"... tu connais? Tu me fais penser que je devrais rédiger mon billet sur les derniers coups de coeur de mon fils!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, il est destiné à des plus jeunes, mais compte tenu le niveau (vocabulaire, humour, type de mise en pages), j'ai attribué 6 et +. Maintenant, si ton p'tit-loup est fan de loups, rien n'empêche de s'y mettre! Tu veux mon exemplaire?
      Je ne connais pas "Pourquoi je suis en retard à l'école". Mais je suis fan de Cali ET de Benjamin Chaud. Je risque fort de craquer. Je vais juste attendre de lire ton billet avant!

      Supprimer
  5. J'ai très très envie de découvri "Electrico 28"" :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est sublime à tous les points de vue. Un album qui fait un bien fou, destiné autant aux grands qu'aux petits!

      Supprimer
  6. "Racines" m'avait déjà tapée dans l'oeil! Là je dois dire que c'est une tentation en plus!

    "Electrico 28" aurait tout pour me plaire, j'adore Lisbonne et j'ai de magnifiques souvenirs avec cette ville !

    ( Oui tes albums jeunesse c'est pour moi... �� Ou alors pour mes neveux et nièces mais je les garde chez moi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Racines" est définitivement pour toi, encore plus que "Le jardin invisible". Mais tant qu'à faire, les deux sont renversants!
      Et... comment résister au charme de "Electrico 28" lorsqu'on aime Lisbonne?
      On n'a tous de bonne raisons de conserver nos albums pas trop loin de nous!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·