Manikanetish · Naomi Fontaine

jeudi, octobre 26, 2017


Naomi Fontaine est une jeune innue de la réserve de Uashat sur la Côte-Nord. Après Kuessipan (dont le tournage de l’adaptation filmique est en cours), qui avait frappé fort dans l’imaginaire littéraire québécois et des Premières Nations, l’enseignante et écrivaine retourne une autre fois aux sources, mais avec un bagage de vie différent.

Kuessipan décrivait la vie sur la réserve de Uashat et, de façon plus prononcée, l’on sentait son intérêt pour la condition féminine. Manikanetish s’inspire de son expérience alors que, après avoir quitté à l’enfance la réserve qui l’a vu naître, elle y retourne des années plus tard pour enseigner à des jeunes du secondaire. Bien que la narratrice ne soit pas présentée comme l’auteure, Naomi Fontaine s’efface subtilement derrière son personnage pour donner une place, une voix à ses étudiants.

C’est donc tout un choc qui l’attend à l’école Manikanetish, ou Petite Marguerite. Réapprivoiser les codes de la réserve, se réapproprier la nature et ses grands espaces, reprendre contact avec les membres de sa famille élargie, et par-dessus tout, réaliser que peu de choses, malheureusement, ont changé depuis son départ. Face à une classe dont la plupart des étudiants ne sont pas motivés, s’absentent, ont des obligations parentales diverses et qui vivent des difficultés de toutes sortes, l’enseignante s’investit dans la mise en scène d’une pièce de théâtre, avec l’espoir d’entraîner ses élèves dans son élan. Derrière l’amour qu’elle donne à ses élèves, il y a aussi un peu la fuite d’un amoureux québécois, qui n’a pas sût la suivre jusqu’au bout dans sa passion et son engagement envers sa communauté. Un projet rassembleur, donc, qui redonne un peu d’espoir à tous envers l’esprit de communauté qui les unit, un projet qui sort ses étudiants de leurs routines complexes et de leurs obligations diverses pour leur redonner ultimement un peu de fierté.


Maud est émue...                                      

Le premier roman de Noami Fontaine avait été un coup de poing pour moi. Je crois qu’il s’agissait d’un ou du premier roman autochtone sur la réalité dans les réserves que je lisais, et l’écriture et la sensibilité m’étaient allés droit au cœur. C’est la même finesse que j’ai retrouvée dans Manikanetish.

Le portrait que nous propose Naomi Fontaine est senti, vrai et sans fards, dans ce qu’il a de plus rude et de plus beau. J’ai aimé sentir la solidarité entre les personnages et surtout, avoir accès au point de vue d’une Autochtone qui retourne dans sa réserve après s’être émancipée. Alors que la pièce de théâtre m’a semblée, au premier abord, comme du déjà-vu en littérature (je pensais notamment à L’orangeraie de Larry Tremblay), je me suis bien rendue compte que la valeur de ce récit ne réside pas dans l’originalité ou dans la part de fiction, mais plutôt dans l’hommage qui y est rendu. Une belle lecture, émouvante.

Madame Couette aussi...                      

Contrairement à Maud, je n'ai pas lu Kuessipan. Étant plutôt familière et très friande de romans canadiens autochtones (Thomas King, Richard Wagamese, Joseph Boyden, Marie-Christine Bernard, James Bartleman, Waubgeshig Rice), il n'était pas question que je passe à côté du nouveau roman de Naomi Fontaine.

J’ai aimé le ton intimiste de Manikanetish, la sincérité qui s’en dégage. La compassion avec laquelle l'auteure innue dépeint ses personnages rend compte de l’amour profond qu’elle voue à cette jeunesse cabossée. Elle traque la vie sur la réserve sans aucun atermoiement ni misérabilisme.

La jeune enseignante débarque à Uashat remplie de bonnes intentions.

Confrontée à la dure réalité de la réserve (suicide, grossesse précoce, fille-mère, alcoolisme, ennui), elle déchante vite, mais s’adapte, ne baisse pas les bras. La détermination et la résilience dont font preuve les jeunes de la réserve m’ont profondément émue. De monter Le Cid, projet ambitieux et rassembleur, les amène à se dépasser et à repousser leurs limites. Le retour aux sources de la jeune femme se révélera éprouvant, mais salutaire.

Porté par de courts chapitres, un style concis et harmonieux, Manikanetish jette un regard authentique sur la réalité autochtone d'aujourd'huiUne autofiction lumineuse et bien sentie. Une ode à la vie. 

Manikanetish, Naomi Fontaine, Mémoire d'encrier, 150 pages, 2017.

Le premier roman de Naomi Fontaine, Kuessipan, est paru en France en 2015 aux Serpent à plumes.  

Vous pourriez aussi aimer

18 commentaires

  1. "Madame Couette"...j'adore !
    Jamais lu de romans sur les populations autochtones d'Amérique. Il faudrait que je teste un jour. Un roman en particulier pour commencer ? Celui ci me paraît intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aimes mon p'tit surnom? Il me convient plutôt bien!

      Pour découvrir les populations autochtones du Canada, je te conseille pour débuter n'importe quel roman de Joseph Boyden. Ou encore "Kuessipan" de Naomi Fontaine (autochtones du Québec). Tu m'en donneras des nouvelles!

      Dis, tu as un blogue, toi?

      Supprimer
    2. Oui oui...très classe Le "Madame".
      Commandé Kuessipan en occasion car plus édité chez mon libraire. Je te tient au courant .
      Non pas de blog. Déjà IG pas capable de publier grand chose. Alors que je lis beaucoup en ce moment...peut être un jour. Pour l'instant parcourir les blogs des "fêlés" de livres me suffit.

      Supprimer
    3. Oh! J'aimerais bien te suivre, moi. Sur un blogue ou sur IG. Tes goûts m'intriguent...


      Dommage... tu aurais pu me demander "Kuessipan". Il vient de sortir en poche ici et à petit prix. Je te l'aurais envoyé avec plaisir. Quoiqu'il en soit, tu me diras ce que tu en as pensé. Et si tu lorgnes du côté de "Manikanetish", on peut s'arranger!

      Supprimer
    4. Merci c'est gentil. D'occaz Le roman était moins cher qu'un poche français ��. Je l'ai reçu en fin de semaine. Je viens de finir "l'ordre du jour" de Eric Vuillard (avis mitigé) , je peux donc aller découvrir ce récit de femmes indiennes.
      Quand à "manikanerish" je crois qu'il sort à la fin du mois en France.
      Je vais essayer de plus publier sur IG... tu pourras voir que mes goûts n'ont rien de spécial ��

      Supprimer
    5. Oui, vivement plus de post sur IG! Et quelques mots, aussi - dont ceux sur Eric Vuillard!
      Pour info, la forme de "Manikanetish" est moins éclatée et déroutante que celle de "Kuessipan". Si j'avais tu aimes et que tu veux lire "Manikanetish", fais-moi signe!

      Supprimer
  2. Romans autochtones canadiens... j'aime cette appellation. Ici, on a des romans régionaux, polars pour la plupart, et souvent assez navrants (j'ai le souvenir désastreux d'un "scalpées dans la Baie" - du Mont-Saint-Michel). Bref, du roman autochtone canadien, ça invite tout de suite à penser aux grands espaces, aux indiens, et ça donne drôlement envie! Je note ce titre, merci pour la découverte, Madame Couette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un "scalpées dans la Baie" - du Mont-Saint-Michel? Morte de rire.

      Note, mais ne commande rien. Qui sait, une petite innue rejoindra peut-être ta pàl!

      Supprimer
  3. Tu m'as offert son premier roman Kuessipan que je compte lire prochainement. Évidemment il faudra que j'aille avec toi acheter celui-ci quand je viens te voir ! Je suis sous le charme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait, il devrait bien te plaire. À se procurer lors d'une de nos virées en librairies-bouquineries! Hâte!

      Supprimer
  4. Merci pour la découverte ! Je vais essayer de trouver celui paru au Serpent à plumes, c'est un éditeur que j'adore en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle initiative, mon Jérôme. Il sera plus que temps que tu lorgnes davantage du côté de notre «belle province»!

      Supprimer
  5. J'ai adooooré Kuessipan. Du coup, je me pencherai sur celui-ci, c'est officiel. Et je me joins à toi pour chicaner Jérôme! Qu'il profite de novembre, tiens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends donc qu'il est impératif que je lise "Kuessipan"?!

      Jérôme aurait tout avantage à profiter de novembre pour découvrir la richesse de notre littérature!

      Supprimer
  6. Ravie de découvrir qu'un nouveau Naomi Fontaine est sorti. J'avais été très touchée par la rencontre avec elle au FEstival America (en 2010 je crois) et par Kuessipan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wow! Elle était au Festival America? Et dire qu'elle habite tout près et que je ne l'ai encore jamais rencontrée...
      Vu le succès remporté par "Kuessipan", je ne doute pas un instant que "Manikanetish" traversera l'océan et sera publié chez vous. Il te plairait, j'en suis certaine.

      Supprimer
  7. J'ai beaucoup aimé aussi. Je ne connaissais pas l'auteure mais j'ai envie de lire Kuessipan maintenant. Question hors sujet : est-ce que les photos que tu utilises dans les en-têtes de tes articles sont les tiennes ? Elles sont magnifiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après deux romans, on peut dire qu'une auteure est née! J'aime son univers et le point de vue qu'elle adopte pour parler d'une réalité souvent très sombre.

      Pour les photos, certaines sont de moi, mais la plupart proviennent de banque d'images (gratuites et payantes). Dans ce cas, il n'y a pas d'obligation de mettre de mention ©. Lorsque je reprends des photos d'un(e) photographe, je mets la mention © en bas du billet.

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·