Le dernier mot · Caroline Roy-Element et Mathilde Cinq-Mars

jeudi, novembre 30, 2017


Je suis de très près le travail de Mathilde Cinq-Mars depuis que je suis tombée par hasard sur ses illustrations. Un beau hasard qui m'a permis de mettre la main sur de jolies petites cartes et sur une magnifique illustration. Aussi, impossible de passer à côté de la parution du roman graphique Le dernier mot. Je suis sous le charme!

Quatre-vingt-deux ans, ça se fête. La famille au grand complet est réunie pour célébrer l’anniversaire du grand-père. Complices, le grand-père et la grand-mère font une révélation qui fait l’effet d’une douche froide: grand-papa ne sait ni lire ni écrire. Pendant plus de cinquante ans, l’homme a bien caché son jeu. Lettreur à la Iron Ore Company de Sept-Îles, il a été un travailleur acharné. Chaque jour, il «restait caché trois quarts d'heure derrière son journal». La Bible sur sa table de chevet n'était jamais poussiéreuse. Personne n'aurait pu se douter de ce secret bien camouflé. Une fois le choc passé, l'une aurait voulu savoir avant, l'autre lance qu'il n'est pas trop tard pour apprendre, une autre sanglote de pitié, un autre encore enrage que son père n'ait jamais voulu apprendre. La narratrice, l'une des petites-filles, est la seule «submergée d'une vague d'admiration».

«Caméléon, il avait certainement développé une prodigieuse capacité d'adaptation et un sens de l'écoute raffiné. Toutes ces années, il avait signé tous ses contrats d'un barbot fougueux, du contrat de mariage au contrat d'achat de son beau bungalow blanc. Toutes ces années, il n'avait jamais pu consulter les menus, les cartes routières, les annuaires, les panneaux d'avertissement.» 

Dissension au sein de la famille soudée serré. Chacun réagit comme il le peut, avec ses propres moyens: colère, stupéfaction, incompréhension, empathie. Le souper fini, chacun rentre chez soi, sauf la petite-fille qui décide de rester dormir chez ses grands-parents. Lorsque sa grand-mère lui remet un carnet de croquis, la jeune femme plonge dans le passé de sa mère. La nuit la nourrit de rêves vaporeux.  




Le dernier mot aborde l’analphabétisme avec originalité et délicatesse, sans jamais tomber dans le pathos. Le point de vue adopté (la première personne, incarnée par la petite-fille du grand-père) apporte une grande proximité, l'impression de regarder la vie des autres par un trou de serrure. Les illustrations feutrées de Mathilde Cinq-Mars s'attardent sur les détails des visages et des gestes pour brosser le portrait de cette famille ébranlée. Les mots de Caroline Roy-Element sont d'une justesse implacable pour aborder la famille et ses secrets déterrés. Une lecture émouvante, vibrante de tendresse, jamais larmoyante. Un must!

Le dernier mot, Caroline Roy-Element (texte) et Mathilde Cinq-Mars (illustrations), Mécanique générale, 172 pages, 2017.

Vous pourriez aussi aimer

16 commentaires

  1. Il ne peut que me plaire! J'ai travaillé dans l'alphabétisation et je trouve ces gens tellement courageux ! Ils acquièrent des techniques insoupçonnées pour ne pas se faire remarquer et essayer de vivre normalement.

    Les dessins sont sublimes, c'est une belle découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, de fait, il ne peut que te plaire.
      Tu as raison, c'est impressionnant comment ces gens sont courageux. La force qu'il faut pour camoufler le tout, passer inaperçu.
      Dis donc, tu en as, des cordes à ton arc!

      Supprimer
  2. Qu'est-ce qu'il a l'air beau ce roman illustré! J'adore l'idée d'associer les deux et mis en forme de cette façon. Et puis l'histoire a l'air toute mignonne. Je ne crois pas que je le trouverai par ici, sait-on jamais ;) Une bien belle découverte en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mise en forme m'a tout de suite attirée. Une mise en pages dynamique, qui donne la belle part aux sublimes illustrations. C'est tout beau, et c'est du Québécois pur laine!

      Supprimer
  3. Je suis aller voir la page Facebook de Mathilde Cinq-Mars. C'est tellement beau ce qu'elle dessine. Comment fais tu pour dénicher de telles perles ? Tu as un détecteur de talent ? : )
    Le sujet de ce roman graphique est original, en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais à un salon d'artistes, samedi. Mathilde Cinq-Mars y sera. Tu imagines bien que je vais lui demander une petite dédicace et faire le plein de cartes!

      Comment je fais? Je l'ignore. D'autant plus que mon odorat fonctionne très mal. Un sixième sens pour la beauté, peut-être?!

      Supprimer
    2. Chanceuse... :) Profites bien.
      Ses aquarelles iraient pas mal dans ta deco , non ?

      Supprimer
    3. Tu as tout à fait raison! Je me dois juste d'être raisonnable!

      Supprimer
  4. Que c'est beau!!!! C'est de chez toi? le sujet est très touchant aussi. Un film vient de sortir ici, sur le même sujet (M, de Sarah Forestier)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est de chez moi, et c'est de toute beauté!
      Ce sujet, en roman graphique, est très rarement abordé. Et ici, il l'est de façon sensible et... sublime pour les yeux.

      Supprimer
  5. J'avais commencé à commenter hier mais j'ai zappé d'appuyer sur PUBLIER, l'ouvrage est magnifique ! je le veux !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t'enlignes pour avoir une méchante liste d'envies, toi! Sans compter tes achats passés, puis les cadeaux. Ouf!

      Supprimer
  6. Ça me touche beaucoup. Je note et je vais le faire acheter pour la bibliothèque!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI! Il aura une belle vie en bibliothèque... Pour sa thématique et sa beauté, ce sera un incontournable.

      Supprimer
  7. il a l'air magnifique! je le note en espérant qu'il arrive jusque chez nous bientôt ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite son arrivée. Il te plairait... Difficile qu'il en soit autrement!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·