Darlène · Noémie D. Leclerc

mercredi, mars 07, 2018


L’histoire est toute simple: Darlène vit à Montmorency, en banlieue de Québec. À vingt ans, elle ne fait pas grand chose de sa vie, se cherche un peu, se questionne beaucoup. Létriqué de sa vie la serre de partout. Pour passer le temps, elle marche et mange des pains dorés au Normandin, y côtoie sa faune: un veuf attachant, des serveuses au bout du rouleau... Darlène vit avec sa mère et son frère. Les dimanches soirs se passent chez les grands-parents à manger des clubs sandwichs. Ça chiale et ça sastine fort. Darlène gagne un concours: trois nuits gratis dans une suites de l’Hôtel Normandin. La belle vie lattend. Elle y rencontre un Américain venu se suicider en sautant dans la chute Montmorency. Darlène ne jouera pas les sauveuses... Elle fera mieux!

Le premier roman de Noémie D. Leclerc m’a totalement enivrée. J’ai adoré la fraîcheur qui s’en dégage. Surtout, ce roman contraste avec tous ceux qui mettent de l’avant une jeunesse qui se noie dans la complaisance, qui se gratte le nombril jusqu’à ce quil saigne, qui fuit lennui et le désoeuvrement dans les pilules et la poudre. Ici, la légèreté flotte sur une grande profondeur. Lécume des jours, version québécoise, nest pas loin...

Ce long extrait parle de lui-même:

Elle avait choisi le Normandin sans le choisir vraiment. C’est le seul restaurant pas trop loin de Montmorency qui fait des pains dorés à toute heure du jour, du soir et de la nuit. L’éventualité lui était alors apparue comme une fatalité. C’est tant mieux parce que Darlène aime pas choisir. Elle laisse ça aux autres et quand les autres veulent rien savoir, elle laisse ça au hasard et quand le hasard veut rien savoir, elle trouve toujours le moyen de lui forcer la main. Quand elle avait dix ans, le frère de son grand-père est décédé. Il s’appelait Jean-Pierre. Elle connaissait son existence, pouvait mettre sur les lettres de son nom un visage et un bronzage Fort Lauderdale, une bague en or à son annulaire, et des cheveux blancs sur sa tête, mais pouvait pas dire à quel point il aimait les fraises ou dormir du côté droit. Un soir ordinaire où elle est revenue à pied de l’école primaire, sa mère lui a dit mononcle Jean-Pierre est mort. Figée dans le cadre de porte, sa boîte à lunch dans une main et son devoir de mathématiques dans l’autre, elle a pensé si je réussis à rester en équilibre sur une jambe pendant dix secondes, je pleure pas. Si je tombe, je pleure. Et elle est tombée. Darlène a fait sécher ses yeux grands ouverts jusqu’à ce que les larmes coulent toutes seules. Sa mère, qui en même temps qu’elle découvrait sa grande sensibilité, l’avait réconfortée d’un baiser, de paroles douces et d’une soupe Lipton avec des biscuits soda beurrés. Mononcle Jean-Pierre est mort d’un cancer du poumon à l’âge de cinquante-huit ans, et il fumait même pas.

Le style de la primo-romancière a de quoi faire pâlir de jalousie plusieurs auteurs établis. La voix unique et chantante de Noémie D. Leclerc a su menchanter. Empreint d’une couche de culture populaire, Darlène a les deux pieds bien ancrés dans son temps. 

Je ne verrais plus jamais le Normandin de la même manière, ni la chute Montmorency. Et je retiens qu’il est toujours pratique de savoir nager! À déguster comme une tranche de pain doré noyée sous une bonne couche de sirop d’érable. Ne passer pas devant ce roman sans vous arrêter.

Darlène, Noémie D. Leclerc, Québec Amérique, 232 pages, 2018.

En parallèle au roman paraît un album réalisé par Hubert Lenoir, le chum de Noémie. À quoi s’ajouterait un film. C’est ce que j’appelle un couple effervescent!

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  1. Pour une fois que j'entends parler de ce livre de vive voix avant de lire le billet à ce sujet .. En tout cas, une bonne lecture ça fait du bien ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Définitivement! Une excellente surprise. Je la suivrai de près...

      Supprimer
  2. Une curiosité pour moi ;) C'est noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est en train de passer trop inaperçu, ce roman... Pourtant, il est vraiment à découvrir!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·