La route sauvage · Willy Vlautin

mardi, avril 24, 2018


Cheyenne en automne est le troisième roman de Willy Vlautin. Devenu introuvable depuis la disparition des Éditions 13e note, Albin Michel a eu l’excellente idée de rééditer le roman sous le titre La route sauvage.

Charley Thompson, quinze ans, n’a pas la vie facile. Sa mère est partie lorsque Charley était encore un bébé. Il ignore où elle vit et ce qu’elle devient. Charley et son père Ray ont voyagé dune ville à lautre, allant là où Ray pouvait trouver du boulot. Dès que ça chauffait trop, ils levaient les voiles. Cette fois, ils viennent de quitter Spokane, à Washington, pour s’installer à Portland, en Oregon. 

Charley ne demande pas grand chose à la vie. Seulement de rester quelque part assez longtemps pour jouer dans une équipe de football pendant toute une saison scolaire. Mais ça semble trop demandé... Un malheur frappe, puis un autre. Charley se retrouve seul au monde. Enfin presque. Il a bien une tante perdue de vue depuis plusieurs années. Direction Wyoming, pour tenter de la retrouver. Un périple de près de deux mille kilomètres. La route sera longue, parsemée de rencontres, de bonnes et de moins bonnes.

Je n’ai pas envie d’en dire plus! Je l’avoue, j’ai un parti pris pour Willy Vlautin. Je suis assurément sa plus fervente admiratrice québécoise. Alors que d’autres ont tendance à beurrer épais, lui, il a le don de fouiller la misère humaine sans jamais tomber dans le pathos ou le misérabilisme. Charley, c’est le système D à lui tout seul. Il n’a pas le temps d’analyser ses gestes ni de s’apitoyer sur son sort; il est constamment en mode survie. Son histoire ma touchée droit au cœur. Chaque rencontre faite par Charley le confronte à la dureté et à la complexité du monde. Malgré tous les mauvais coups du sort, malgré les embûches, la bonté est omniprésente.

Si, à première vue, La route sauvage à des airs de mélo à la Disney, à deuxième vue, on en est bien loin. Comme dans Motel Life et Ballade pour Leroy, il n’y a aucune touche de rose, ici. Les hommes et les femmes font tout pour se sortir la tête hors de l’eau. Les personnages de Willy Vlautin se démènent, ils en bavent. La vie na jamais été tendre avec eux et pourtant, ils continuent à avancer, envers et contre tout.

L’écriture de Willy Vlautin est sobre, sans éclats inutiles ni poudre aux yeux. Ses mots sont ciselés, précis. Un roman bouleversant, habité par une grande humanité. Stoney m’habitera encore très longtemps.


Dans la postface du roman, Willy Vlautin explique d’où lui est venu l’inspiration pour écrire son roman.

La route sauvage est issu de ma relation ambivalente avec les courses hippiques, de l’amour que je leur porte et de la culpabilité que j’éprouve à les aimer à ce point. Portland Meadows est un hippodrome au bout du rouleau, où la tragédie qui se joue entre jockeys et chevaux est palpable. Je ne sais pas grand-chose des prestigieux hippodromes de la côté est, n’étant allé que quelques rares fois à Santa Anita, de sorte que je reste impénétrable à l’aspect glamour des grands prix. Moi, les courses, je les vis d’une manière plus terre à terre, avec des chevaux contraints de courir plus souvent qu’à leur tour, avec des jockeys à la petite semaine et des entraîneurs conscients de maintenir sous respirateur artificiel un sport qui a eu autrefois son heure de gloire dans l’Ouest américain.


Un petit plus de l’édition publiée chez 13e note? Un entretien dans lequel j’ai appris que Willy s’est passionné pour Fante et qu’il a entretenu un rapport toxique avec l’œuvre de Bukowski. Surtout, Carver a changé sa vie.

Je n’étais ni assez aventureux ni assez intelligent pour devenir Hemingway ou Steinbeck. Et Bukowski a trop brûlé la chandelle par les deux bouts pour me donner l’envie d’en faire autant. Carver appartenait à la classe moyenne, rien de spécial à part ce penchant pour la bouteille qui a tout fait pour avoir sa peau. Une vraie découverte! À partir de ce jour j’ai travaillé l’écriture comme un bûcheron. Les histoires se sont mises à couler de mon stylo. J’ai pris conscience que je portais toute cette tristesse, toute cette noirceur en moi en ignorant ce que c’était. Carver m’avait ouvert les vannes.

Le roman vient d’être adapté au cinéma par Andrew Haigh. J’espère que le film apportera à Willy Vlautin toute la reconnaissance qu’il mérite

La route sauvage, Willy Vlautin, trad. Luc Baranger, Albin Michel, «Terres d’Amérique», 320 pages, 2018 [éditions originale: 2010].

Vous pourriez aussi aimer

22 commentaires

  1. De lui je n'ai lu que "Motel Life" et "Cheyenne en automne" et j'avais beaucoup aimé. Pourquoi pas poursuivre ma découverte de son univers avec celui-ci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas besoin! "La route sauvage" est le même roman que ""Cheyenne en automne", avec un autre titre.
      Par contre, je te recommande fortement, mais alors TRÈS fortement "Ballade pour Leroy".

      Supprimer
  2. Décidément, il va falloir que je découvre cet auteur!

    RépondreSupprimer
  3. Ce que tu en dis ressemble beaucoup à ses autres romans que j'ai lus (Ballade pour Leroy mon préféré et Plein nord). Il devra sans aucun doute me plaire!! Celui-là je pense me l'offrir! Ainsi que Motel life, sorti en poche depuis.

    Il te reste Plein nord si je ne me trompe?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ballade pour Leroy" reste aussi mon préféré.

      Tu es à jour, miss! Il me reste, de fait, "Plein nord" à lire. Je me le garde sous le coude!

      Supprimer
  4. Ce n'est pas la première fois que je lis d'aussi belles choses sur Willy Vlautin et pourtant je ne pense jamais à lui quand je vais faire le plein en librairie... (Shame on me, je sais).
    M'est avis qu'il va falloir que je me décide rapidement au moins à lire ce roman-ci, car si l'adaptation ciné est un succès, j'en entendrai tellement à son sujet que je n'aurai plus envie de le lire ensuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Shame on you, oui!
      Mais tant qu'à découvrir l'oeuvre de Willy, je te recommande de commencer par "Ballade pour Leroy" ou "Motel Life". Ils ont un petit quelque chose de plus!

      Supprimer
    2. Merci pour les recommandations. J'oublie donc "La route sauvage" pour le moment et je vais me concentrer sur "Ballade pour Leroy", titre que je trouve plus "prometteur" que "Motel life".

      Supprimer
    3. Excellent choix! "Ballade pour Leroy" reste à ce jour mon roman préféré de Willy.

      Supprimer
  5. je l'ai lu la semaine dernière! gros coup de coeur aussi, comme tu dis beaucoup d'humanité dans cette histoire pas très gaie au départ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un coup de coeur aussi? Tu m'en vois ravie.
      C'est ce que j'apprécie le plus, avec Vlautin: une telle humanité dans tant de dureté.
      Vivement le prochain!

      Supprimer
  6. Comme je t'envie !! Je ne l'ai pas encore trouvé en librairie, je vais être obligée de le commander !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera une belle prise, tu verras. Du moins, je me croise les doigts qu'il te plaira autant qu'il m'a plu. À lire après ta période polars!

      Supprimer
  7. ton chouchou ! 5 étoiles ! C'est fou, j'ai emprunté Cheyenne en automne deux fois (la première il y a bien cinq ans) et jamais lu ... bon j'ai un autre roman de lui (en anglais) chez moi - je pense le lire en allant voir ma soeur à Reno ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de presse, hein. Je préfère le garder pour moi! On partage assez d'auteurs chouchous comme ça!

      Supprimer
  8. Toujours très envie de découvrir cet auteur dont tu parles si bien! Ballade pour Leroy est encore dans ma pal (j'espère vraiment pouvoir le sortir d'ici peu) et je tiens à commencer ma découverte par celui-ci, mais je me note celui-là pour plus tard ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert Willy avec "Ballade pour Leroy". Ça a été le coup de foudre!
      J'espère que tu le liras tout bientôt et qu'il te fera vibrer autant que moi...

      Supprimer
  9. Alala...tu donnes sacrément envie de découvrir ton auteur chouchou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande ce que tu attends pour le découvrir. Je suis persuadée qu'il serait aussi ton genre!

      Supprimer
  10. Je ne pense pas lire ce livre, mais quelle saveur a ton billet. "Alors que d'autres ont tendance à beurrer épais" : j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien sortir, une fois de temps en temps, mes petites expressions imagées!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·