Faire mouche · Vincent Almendros

mercredi, juin 20, 2018


Ce n’est pas de gaieté de cœur que Laurent Malvère prend la route pour Saint-Fourneau, un trou perdu où il n’a pas mis les pieds depuis plusieurs années. S’il revient sur les lieux de son enfance, ce n’est pas tant pour assister au mariage de sa cousine Lucie, ni pour revoir sa mère (surtout pas), mais plutôt pour voir une dernière fois son oncle Roland, dont les jours sont comptés. Claire, enceinte de trois mois, l’accompagne. Claire n’est pas la fiancée de Laurent. Elle a accepté d’endosser le rôle de fiancée à la place de Constance, la vraie fiancée, avec qui Laurent s’est récemment disputé. D’ailleurs, où se trouve Constance? Tout ça n’est pas net. Sous les non-dits et les silences, il y a forcément anguille sous roche.

J’ai pris un malin plaisir à plonger dans ce huis clos rural-familial. Les chapitres courts, les dialogues musclés, le style concis et grinçant fait monter la tension. 

Avec une incroyable économie de mots, Vincent Almendros crée une atmosphère poisseuse où les mouches se meurent et les couteaux volent bas. Jusquaux silences qui en disent long. Même les odeurs, entêtantes, donnent envie de fuir.

Je ne pouvais dire si les meubles ou la couleur des murs étaient les mêmes qu'autrefois, mais l'odeur oui, une odeur indistincte de poireaux cuits, de chou ou de soupe, qui avait toujours envahi cette vaste pièce, ou l'imprégnait plutôt, car le four était éteint et rien ne traînait sur la gazinière ni sur le plan de travail 

Les personnages aimantent malgré soi: la mère empoisonneuse, la cousine pas nette, et cet oncle gangrené par le cancer, qui fume comme une cheminée et pisse aux dix minutes.

Avec son ventre gonflé, sa veste de survêtement enfilé à la va-vite sur une chemise limée aux plis, mon oncle ressemblait à un vieil entraîneur de foot à la retraite.

Vincent Almendros parsème son roman de détails inquiétants: le plancher qui craque à létage, le lapin dépiauté, la cueillette de champignons, les mouches qui agonisent sous la fenêtre. Le drame couve, c’est certain. Mais il n’arrive jamais là où on l’attend. La chute, imprévisible, m’a cloué le bec.

Il fait fort, Vincent Almendros. Un roman aussi addictif qu’oppressant. Savoureux!

Faire mouche, Vincent Almendros, Minuit, 128 pages, 2018.

Faire mouche a aussi plu à Virginie, Valérie, Sonia et From the avenue.

Vous pourriez aussi aimer

20 commentaires

  1. Tu as fait mouche avec cet article: je suis curieuse de découvrir ce roman, à présent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon côté, la surprise a été excellente. Tu le sais, je lis peu de romans français. Mais lorsque ça clique, comme ici, ça me donne envie d'investiguer de côté français!

      Supprimer
  2. Je sens qu'il va falloir que je m'intéresse de plus près à ce livre car il semblerait que V. Almendros ait gommé dans celui-ci les petits défauts que je reprochais à son premier roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autant les avis sur son précédant roman était majoritairement mitigés, autant sur ce roman-ci, ils sont plutôt unanimement positifs. Une excellente surprise pour moi. Je t'encourage fortement à le lire. C'est vraiment bien ficelé!

      Supprimer
  3. "Coup de génie" carrément! C'est un premier roman? il a l'air sympa et ton billet donne envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a fait fort, oui. Un petit roman retors et très habilement tourné. J'ai beaucoup aimé.

      C'est son troisième roman et c'est le seul que j'ai eu envie de lire. Les deux précédents ("Ma chère Lise" et "Un été") semblent faits d'une toute autre matière!

      Supprimer
  4. Autant je n'avais pas aimé le précédent, autant celui-ci m'a beaucoup plu ! même si j'avais deviné la fin très tôt et que je l'ai trouvé un peu court, c'est un excellent roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, personne n'a aimé "Un été"! En tout cas, je n'ai pas envie de le lire!

      Moi, toute naïve que je suis, je n'ai pas deviné la fin avant... la fin! Je l'ai trouvé trop court aussi, mais il n'a pas étirer inutilement la sauce et c'est à son honneur. Un excellent moment de lecture!

      Supprimer
  5. Son roman "Un été" ne m'avait pas convaincu du tout, celui-ci me plairait davantage j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Un été" semble avoir été un flop!
      De ce que j'en sais, "Faire mouche" est d'un tout autre ordre. Il te plairait, ce roman. J'en suis persuadée!

      Supprimer
  6. jamais lu cet auteur encore et j'avoue être très tentée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était mon premier de l'auteur et la surprise a été excellente. Je te le recommande!

      Supprimer
  7. pas entendu parler de ce roman (je n'ose pas aller voir ton avis sur une histoire des loups vu ton smiley triste... et pas envie de me faire du mal car j'ai tellement aimé ce roman) bref, je reviens à celui-ci, il date de quand ? car l'histoire ressemble un peu à celle d'Ali Smith, où le fils retourne chez sa mère (pour les fêtes du coup) sa mère vit seule, sa soeur est là et elles se détestent et le fils amène avec lui sa copine.. sauf que ce n'est pas sa copine, avec qui il s'est fâché mais une fille qui la remplace ... bizarre, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vas surtout pas lire mon billet sur "Une histoire des loups"! Désolée, mais sur ce coup, un océan nous sépare vraiment!

      Très étrange, cette similitude entre les deux romans. Et c'est quoi, le titre du Ali Smith?

      Supprimer
    2. ouf ! je n'irai pas - j'ai fait pareil pour le roman de Jesmyn Ward (le dernier) que Jennifer n'a pas aimé, j'ai zappé ! Moi j'ai adoré. Oui, j'ai pensé à toi en voyant de la pub pour les auteurs de la Balade d'Hester Day et de Tony Hogan ... Je me suis dit que là aussi, un océan nous sépare !!!
      Pour revenir à ce roman, oui la similitude m'a frappée ! Il s'agit de Winter. Je crois qu'ils sont en train de traduire sa quadralogie en français (du coup je réalise que Summer devrait sortir bientôt ?) tu pourras lire Autumn à la rentrée (ils doivent faire pareil et suivre les saisons). C'est étrange qu'il fasse pareil en amenant une autre personne ....

      Supprimer
    3. Je vois difficilement comment je ne pourrait pas aimer le dernier de Jesmyn Ward! J'ai encore "Bois sauvage" à l'esprit et de savoir que j'en ai d'autres en réserve me réjouit au plus haut point!

      On ne peut pas se rejoindre sur tout, heureusement!

      Je compte bien lire ces quatre saisons, tu t'en doutes bien! Si elles peuvent être enfin traduites!

      Supprimer
  8. J'avais aimé le billet de Moka le concernant et tu en rajoutes une couche! Ces histoires de famille pourraient me plaire.

    RépondreSupprimer
  9. Il me semble un tout petit peu en dessous d'Un été mais j'adore ce qu'écrit Vincent Almendros, il a un don pour créer des ambiances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la première à me dire avoir préféré "Un été".

      L'univers et le style d'Almendros m'ont ravie. Je vais remettre ça. Aucun doute!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·