Heather, par dessus tout · Matthew Weiner

jeudi, juin 07, 2018


Karen et Mark se sont rencontrés sur le tard. Après une brève histoire d’amour sans éclat ni feux d’artifice, ils se sont mariés. Peu de temps après, leur vie a pris un nouveau tournant lorsquest né le plus adorable bébé du monde: Heather. Mark travaille dans la finance, alors que Karen a abandonné les relations publiques pour se consacrer à sa vraie vocation: la maternité. Si le couple new-yorkais est riche et beige, Heather, elle, possède un charisme exceptionnel.

Les années passent, et vite. Heather se transforme en une sublime adolescente intelligente, empathique et aimée de tous. Elle est le ciment qui maintient en place les liens familiaux. Karen et Mark rivalisant pour gagner son affection, au péril de leur relation. Leur mariage ne fait que se désintégrer au compte-gouttes.

Loin du monde doré des appartements new-yorkais et des écoles délite, Bobby grandit dans le New Jersey auprès dune mère monoparentale accro à lhéroïne, qui change de petit ami comme elle change de bobettes. Fraîchement sorti de prison, Bobby file à New York pour se trouver un job. Les rénovations au-dessus de l’appartement des Breakstone lamènent à espionner Heather. À partir de là, les événements s’enchaînent et prennent une tournure machiavélique.

·  ·  ·         ·  ·  ·         ·  ·  ·

Bâillement. Serais-je en train de devenir une matrone qui fait la fine gueule? L’intrigue de Heather, par dessus tout est d’une simplicité affligeante. Je pensais bien qu’en racontant lhistoire de Bobby en parallèle avec celle des Breakstone, cela allait amener un peu de mordant. Eh ben non! Les aller-retour entre les deux récits créent un manichéisme peu édifiant, voire horripilant: la jeunesse pauvre de Bobby opposée à la vie ouatée des Breakstone. Matthew Weiner y est allé un peu trop fort à mon goût sur le trait de crayon en juxtaposant la richesse et la pauvreté, le tout pimenté de clichés gros comme le bras. Même les touches d’ironie, disséminées ici et là, passent aussi mal qu’un pépin coincé dans la gorge. Si au moins le style mavait plu... Rien de distinctif; on reste dans le conventionnel sans apparat.

Les personnages, plus esquissés qu’approfondis, sont d’une affligeante banalité. Le seul personnage qui, à mes yeux, a un peu de chair autour de l’os est Heather, «si belle qu’elle devenait automatiquement le centre d’attention dans un parc ou un magasin». Je me disais que, comme elle «éprouve un dégoût grandissant pour ce qu’étaient ses parents et ce qu’ils possédaient», cela pimenterait un peu le récit. Mais non, cest un simple constat qui napporte rien de plus.

Heather, par dessus tout se lit comme le squelette dune œuvre qui aurait pu être davantage étoffée. Matthew Weiner fait avancer son intrigues à coups de clichés et de banalités creuses, comme cette «machine à expresso italienne artisanale à mille deux cents dollars, accompagnée d’un impressionnant mode d’emploi sur DVD, l’engin ne marchant jamais deux fois de la même manière.» Et je ne parle pas de la fin! Quoiquelle ma un peu surprise, elle ajoute une couche de manichéisme de plus (comme s’il n’y en avait pas déjà assez).

Un roman divertissant, qui manque cruellement doriginalité. Parfait pour une salle dattente! Le créateur de Mad Men signe ici son premier roman. Si deuxième il y a, ce sera sans moi !

Heather, par dessus tout, Matthew Weiner, trad. Céline Leroy, Gallimard, 144 pages, 2017.

Vous pourriez aussi aimer

18 commentaires

  1. Eh bien ... tu n'y vas pas avec le dos de la cuillère...! lol
    Ben moi je l'ai lu comme on regarde un petit épisode de série... Oui pour patienter c'est pas mal...
    Je te l'accorde , c'est tres manichéen !
    Je ne savais pas trop si il allait te plaire... maintenant, je sais .
    Au suivant... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas mis de gants blancs, je te l'accorde. Oui, au suivant!

      Supprimer
  2. Ah dommage ! Avec tous les excellents romans nord-américains, il faut parfois plus qu'un roman divertissant pour nous embarquer. J'ai le cas en ce moment avec La Saison des Feux de Celeste Ng, je baille, je baille... deux semaines que je suis dessus, vivement de passer à autre chose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le divertissement, mais pas gratuit à ce point! Il y a tant et mieux à lire.

      Deux semaines passées sur le Celeste Ng? Tu as plus de patience que moi!

      J'avais lu son premier roman, "Tout ce qu’on ne s’est jamais dit", sans grande conviction. Ça m'a suffit.

      Supprimer
  3. Désolée ! J'étais étonnée que tu veuilles le lire. J'en avais pas entendu du bien. Reste que j'ai adore Mad Men du début à la fin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un cadeau reçu. J'étais curieuse. Ça m'apprendra!
      Ça n'a rien à voir avec Mad Men!

      Supprimer
  4. Aïe ! J'avais louché dessus à sa sortie... Clichés, manichéisme, banalité... N'en jetez plus, je trace ma route :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autres ont apprécié. Plusieurs, même. Mais chez moi, rien à faire, ça a passé de travers!

      Supprimer
  5. Mouahahahan j'adore quand tu prends ce ton pour faire ton billet! J'en redemande (mais je suppose que toi non!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en redemande pas, non! Il y aura un billet sur le même ton très bientôt. Je sens qu'il te fera sourire...

      Supprimer
    2. Ce que je peux t'en dire, pour l'instant, c'est qu'il est question de loups!

      Supprimer
    3. J'ai deviné :-D
      C'est Electra qui ne sera pas contente !

      Supprimer
    4. MDR! C'est vrai! Je vais en entendre parler longtemps!

      Supprimer
  6. lu aussi...sans grand intérêt...je ne l'ai même pas chroniqué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! C'en est un qui est tombé dans les craques?!

      Supprimer
  7. Entièrement d'accord, ce livre ne m'a pas intéressée du tout, simpliste et même pas étonnant, presque affligeant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aurais pas été jusqu'à dire affligeant, quoique je n'en pense pas moins.
      Je me demande si le roman aurait vu le jour si l'auteur était un pur inconnu...

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·