Des poches dans la poche · août 2018

mercredi, août 08, 2018


Si juillet a été plutôt tranquille côté parutions en format poche, août sort de gros canons. Plusieurs titres attendus et autres curiosités arrivent ce mois-ci.

LUS ET APPROUVÉS
Sobriété et élégance du style. Puissance émotionnelle de personnages aux vies apparemment ordinaires: un père de famille dont le petit garçon fait des cauchemars en trouve la cause dans son propre passé; un homme tout juste veuf tente désespérément de déchiffrer des mots quil imagine lui être destinés; un jeune homme réalise que la maison dont il a hérité à la mort de ses parents est habitée par une force obscure; une femme divorcée se retrouve face à une existence quelle navait pas imaginée... De la réalité, Dan Chaon fait surgir létrangeté. Une étrangeté obsédante et intranquille qui donne à ses nouvelles une profondeur et une tension dramatique inattendues.

À Jeanette, en Louisiane, on survit grâce à la pêche, de génération en génération. Mais depuis le passage de louragan Katrina, rien nest plus pareil. Et quand la marée noire vient polluer les côtes, les habitants sont de nouveau confrontés au pire. Parmi eux, Gus Lindquist, qui rêve de trouver un trésor caché et parcourt le bayou armé de son détecteur de métaux, ou encore Wes Trench, un adolescent en conflit avec son père, et les frères Toup, cultivateurs de marijuana. Leurs chemins croiseront ceux de losers prêts à tout pour s’enrichir, et celui de Brady Grimes, mandaté par la compagnie pétrolière pour inciter les familles sinistrées à renoncer aux poursuites en échange dun chèque. Chacun lutte, mais tous nen sortiront pas indemnes...

«Venge-nous de la mine, avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis. À sa mort, mes poings menaçant le ciel. Je n’ai jamais cessé de le lui promettre. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, mort en paysan. Venger ma mère, morte en esseulée. J’allais tous nous venger de la mine. Nous laver des Houillères, des crapules qui n’avaient jamais payé leurs crimes. » Suite au décès de son frère Joseph, mineur, à cause du grisou dans la fosse Saint-Amé à Liévin en décembre 1974, Michel Flavent se promet de le venger un jour et quitte le nord de la France. Quarante ans après, veuf et sans attache, il rentre au pays pour punir le dernier survivant, un vieux contremaître, et enfin tourner la page.


LE GRAND FORMAT M’ATTEND
PARMI LES LOUPS ET LES BANDITS – ATTICUS LISH – LIVRE DE POCHE
Cest dans un New York spectral, encore en proie aux secousses de laprès-11 septembre, que samorce l’histoire de Zou Lei, une clandestine chinoise qui cumule petits boulots et séjours en prison, et de Brad Skinner, un vétéran de la guerre dIrak meurtri par les vicissitudes des combats. Ensemble, ils arpentent le quartier du Queens, cherchant un refuge. Lamour fou de ses outlaws modernes les mènera au pire. Dans ce texte puissant et sombre, Atticus Lish décrit l’Amérique des bas-fonds, nous raconte la vie de ces femmes et de ces hommes qui font le corps organique de la grande ville — clandestins, main-d’œuvre sous-payée, chair à canon —, achevant sous nos yeux les derniers vestiges du rêve américain.


ILS ARRIVENT ENFIN!
LÀ OÙ LES RIVIÈRES SE SÉPARENT – MARK SPRAGG – TOTEM GALLMEISTER
«Jai grandi au sein dune entreprise familiale. Jai grandi a Holm Lodge. Cest le plus vieux ranch-hôtel du Wyoming. Quand jétais petit garçon, je savais que le ranch se trouvait à dix kilomètres de lentrée est du parc de Yellowstone, mais je ne savais pas que je vivais dans le plus grand espace vierge de toute clôture aux États-Unis, Alaska excepté. Ça, cest ce que je sais aujourdhui. À l’époque, je savais seulement que j’étais libre sur cette terre.» Dans la tradition des grands récits de lOuest, Mark Spragg ranime ici la mémoire de ceux qui avaient alors conquis un monde qui nest plus. Entre rivières tumultueuses, chevaux impétueux et dans lombre d'un père austère, cette autobiographie saisissante raconte le temps qui passe et qui transforme à jamais le paysage intérieur de chacun. 


LE GARÇON – MARCUS MALTE – POINTS
Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct. Il rencontre alors les habitants d’un hameau perdu, puis Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, et découvre l’amour charnel avec Emma, mélomane lumineuse. Viendra ensuite la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de la civilisation. À sa façon singulière, radicale, drôle, grave, Le garçon est l’immense roman de l’épreuve du monde.



LES FANTÔMES DU VIEUX PAYS – NATHAN HILL – FOLIO
Scandale aux États-Unis: le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle, a été agressé en public par une femme de soixante et un ans qui devient une sensation médiatique. Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’Université de Chicago, reconnaît alors à la télévision sa mère, qui l’a abandonné à l’âge de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui avait versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en justice. En désespoir de cause, le jeune homme promet un livre révélation sur cette mère dont il ne sait presque rien et se lance ainsi dans la reconstitution minutieuse de sa vie, à la découverte des secrets qui hantent sa famille depuis des décennies.


ILS ME FONT DE L’ŒIL

SI UN INCONNU VOUS ABORDE – LAURA KASISCHKE – LIVRE DE POCHE
«C’est pour ça que Mona était à présent agenouillée devant le tiroir du bas en train de retourner les soutiens-gorge et les culottes de sa fille. À cet instant, elle palpait les différents articles sans penser y trouver quoi que ce soit, mais pour autant, ne fut pas si surprise quand elle mit la main sur la chose.» Laura Kasischke explore un nouveau genre avec ces nouvelles étranges, dérangeantes, ironiques, qui sont autant duppercuts à nos aliénations quotidiennes.




À LA MESURE DE L’UNIVERS – JON KALMAN STEFANSSON – FOLIO
«Et maintenant, il est trop tard, répond Ari, pétri de remords. Anna esquisse un sourire, elle lui caresse à nouveau la main et lui dit, quelle sottise, il n’est jamais trop tard tant qu’on est en vie. Aussi longtemps que quelqu’un est vivant.»  Après plusieurs années d'absence, Ari rentre en Islande. Il est devenu éditeur et a récemment quitté sa femme. À Keflavík, la neige recouvre tout mais les souvenirs affleurent. Dans ce village de pêcheurs interdits d’océan, marqué par la présence d’une base militaire américaine, Ari retrouve de vieilles connaissances. Lâchetés, trahisons et amours du passé resurgissent alors que le père d’Ari se meurt. Poursuivant le diptyque commencé avec D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds, Jón Kalman Stefánsson entremêle les destins singuliers des habitants de cette île immuable et mélancolique.


C’EST LE CŒUR QUI LÂCHE EN DERNIER – MARGARET ATWOOD – 10-18
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Réduits à vivre dans leur voiture, ils sont au bord du désespoir. Charmaine trouve alors la solution à tous leurs problèmes dans une étonnante publicité pour la ville de Consilience. Promesse d’une vie de rêve, Consilience leur assure un toit, à manger et du travail…un mois sur deux. L’autre mois, les habitants le passent en prison, nourris et blanchis, pendant que d’autres s’installent chez eux. Une règle absolue régit cette étrange utopie: ne jamais entrer en contact avec les «alternants». Mais Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas: «Je suis affamée de toi.»


CE N’EST PAS PARCE QUE JE NE LES AI PAS AIMÉS QU’ILS NE VOUS PLAIRONT PAS!

PAR LE VENT PLEURÉ – RON RASH – POINTS

Et si les ossements découverts près de la rivière appartenaient à celle qui a bouleversé leur vie? Quand Ligeia a débarqué de Floride, avide de liberté, véritable sirène enjôleuse, elle a séduit Bill et Eugene. Pour lui plaire, les deux frères ont bravé les interdits. Le temps d’un été, la jeune nymphe les a entraînés dans un tourbillon de tentations, avant de disparaître brutalement.




LA MAISON DES TURNER – ANGELA FLOURNOY – 10-18
Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d’un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d’une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père. Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n’a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là. Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l’avant? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s’il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l’avenir des Turner et de leur maison?


NULLE PART SUR TERRE – MICHAEL FARRIS SMITH – 10-18
Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe. Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l’attendent depuis des années. Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil.




Un titre te tente plus que les autres? Si oui, lequel?

Vous pourriez aussi aimer

37 commentaires

  1. Je prends l'Islandais bien sûr! Un auteur merveilleux.

    Pas d'autres tentations. J'ai lu et aimé follement Le Garçon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ton affection pour cet Irlandais. Il faudrait bien que je le découvre, hein?!

      Une de plus qui a adoré "Le garçon"! Ça commence à faire plusieurs personnes... Je compte bien m'y mettre, maintenant qu'il arrive en poche.

      Supprimer
    2. D'ailleurs je suis en train de lire son nouveau roman qui sortira fin août. Encore une pure merveille.

      Supprimer
    3. Décidément, il est temps que je découvre cet auteur!

      Supprimer
  2. oh la la ! il y a du "lourd" ! J'en ai déjà lu quelques uns lors de leur parution en format broché, mais là, je note surtout le Spragg que j'attendais avec impatience !
    J'avais tellement aimé "Une vie inachevée" ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi: gros coup de coeur pour "Une vie inachevée". Je vais craquer pour ce Totem, et j'ai dans ma pal "De flammes et d'argile" qui m'attend. Bref, y'a de quoi faire!

      Supprimer
  3. Le garçon, un grand souvenir!
    Et j'ai apprécié aussi Le jour d'avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais finir par craquer pour ce "Garçon". Avec tout le bien que j'ai entendu...

      Supprimer
  4. Si je devais n'en choisir qu'un ce serai Maraudeur que j'ai bien failli acheter en grand format...
    Mais Le Garçon aussi me tente aussi beaucoup ...
    Merci pour ces petites News.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les maraudeurs" est extra !! je l'ai adoré !

      Supprimer
    2. Cool ! Un prochain achat, sur !

      Supprimer
    3. Ah! Comme Virginie, j'ai adoré "Les maraudeurs". Il est génial, ce roman. Il était temps qu'il arrive en poche, d'ailleurs.

      "Le garçon" me tente, mais me fait un peu peur. J'ai souvent feuilleté le grand format en librairie, puis je le reposais. Un petit quelque chose me disait que ce n'était pas le bon moment. Mais là, en poche, ça risque de changer la donne...

      Supprimer
  5. oh tu as changé ta bannière !! LOL
    sinon, je souris car j'ai déjà presque tous ces livres chez moi donc et les autres ne me font pas envie du coup je peux (ouf!) passer mon chemin :-) tu as fini le Chaon ? je dois encore le lire, je suis dans le bleu ... chez Maggie Nelson :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais bien aussi pour la bannière, mais j'étais pas sûre :-)
      C'est chouette je trouve.

      Supprimer
    2. Chère bannière! Pas trop à mon goût, celle-là. Mais je suis coincée avec la police de caractère. Le choix est plus que limité.
      Je vais faire avec pour un temps.

      J'ai terminé le Chaon. Je me demande ce que tu en penseras... Très dense, original, mais...

      Pour le Maggie Nelson, j'ai hâte de savoir si tu l'as préféré ou non à "Une partie rouge".

      Supprimer
  6. Intriguée par le Dan Chaon dont tu me parles tant. Pas d'autres tentations. J'ai beaucoup beaucoup aimé Le garçon ! De toute façon, ma pile de poches pour les vacances craque sous les zippers de la valise !!:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Dan Chaon... pas pour toi! Pas celui-là, en tout cas. Je te recommande ce recueil de nouvelles, par contre.

      Il y a toujours de la place pour des livres dans une valise!!!

      Supprimer
  7. Je note naturellement le Mark Spagg (comment faire autrement!)
    Le Stefansson me tente bien, mais je dois déjà lire l'autre avant qui est dans ma PAL. Et naturellement le Michael Farris Smith! Lui je l'attends depuis un moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles quel(s) roman(s) de Mark Spragg tu as déjà lu(s)?

      Je suis complètement passée à côté du Michael Farris Smith! J'en ai presque des regrets!

      Supprimer
    2. Aucun! Haha! J'ai vu le film Une vie inachevée, et j'ai le livre dans ma PAL. J'ai un bon pressentiment, je crois que je vais aimer cet auteur.

      Supprimer
    3. J'ai vu le film après avoir lu le roman. Le roman était, à mon goût, nettement supérieur, quoique j'ai passé un bon moment à visionner le film.

      Bonne découverte!

      Supprimer
  8. Le Chalandon ne m'a pas plu mais le Nathan Hill, beaucoup. Je mets le Ron Rash au milieu. J'ai repéré le prochain Dan Chaon (en grand format).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Chalandon, c'était mon premier et il m'a plu, mais pas au point d'avoir envie de remettre ça. J'avais abandonné "Le quatrième mur"...

      Le Nathan Hill... Méchant pavé! Ce sera sans doute l'un de mes prochains!

      Pour ma part, ce Ron Rash m'a irritée. Je ne l'ai pas trouvé à la hauteur de ses autres romans. Il avait, je trouve, un côté mièvre que je n'ai pas digéré!

      Le Dan Chaon est... énigmatique. Je l'ai terminé il y a près d'une semaine et j'en suis encore sonnée (pas seulement dans le bon sens du terme). Dense, touffu...

      Supprimer
  9. Que de tentations! Ce sera le Nathan Hill et le Malte pour moi sans aucun doute! J'avais adoré le Chalandon et le Farris Smith contrairement à toi ;) Pour La maison des Turner, je ne le recommanderai pas non plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux gros pavés à l'horizon avec le Nathan Hill et le Malte... Je suis vraiment tentée moi aussi.

      J'ai aussi beaucoup aimé le Chalandon. Mon premier!

      Pour le Farris Smith, de toute évidence, je suis complètement passée à côté!

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Je trouve aussi. Et j'en ai entendu que du bien (ou presque)...

      Supprimer
  11. Le Spagg en un ! Le Rash en deux, et peut-être le Malte, finalement aussi. Le Chalandon, c'est non, définitivement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après mon coup de coeur pour "Une vie inachevée" de Spragg, il va de soi que je compte remettre ça.

      Pour Rash, celui-là m'a irritée. Pas son meilleur, selon moi.

      Après tout le bien que j'ai entendu, le Malte m'intrigue aussi.

      T'as un problème avec Chalandon?!

      Supprimer
  12. Comme beaucoup j'ai également repéré le Nathan Hill et mon second achat indispensable sera Le Jour d'Avant. J'adore Sorj Chalandon, Profession du père est un excellent roman qui m'a beaucoup touché. L'histoire d'un père mythomane qui emmène son fils dans des histoires abracadabrantes mais dangereuses. Alors en plus quand on sait que c'est un récit autobiographique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me tentes avec cette "Profession du père". Je ne m'étais jamais attardée sur ce titre. Ce que tu en dis me parle bien!

      Supprimer
  13. Ah tiens, Le garçon ne sort que maintenant en poche?! Quel merveilleux roman! Je note Nulle part sur la terre, qui me faisait déjà de l’œil en grand format et éventuellement le Ron Rash, même si je pense que ses titres plus anciens doivent être lus avant. Ah oui et bien sûr le merveilleux Le jour d'avant!! Quel souvenir ce roman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Rash, je confirme: ses «vieux» titres devraient être lus d'abord, au moins deux ou trois!

      J'attendais la parution de ce "Garçon". Enfin!

      Je suis passée complètement à côté de "Nulle part sur la terre". Une question de mauvais timing, je crois.

      Supprimer
    2. Tu n'as pas lu Le garçon? je pensais...

      Quels titres me conseilles-tu de Ron Rash??

      Supprimer
    3. Pas encore. Je compte y venir!

      Je n'ai pas encore tout lu de Rash. Je l'ai découvert avec son recueil de nouvelles (gros coup de coeur). Pour le roman, parmi ceux que j'ai lu, je te conseille de goûter à "Une terre d'ombre". Bien noir, mais sublime!

      Supprimer
  14. Tins, je viens de laisser un commentaire sur le blog de Krol suite à son billet surles fantômes du vieux pays, espérant sa prochaine sortie en poche, tu viens de réaliser mon souhait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'appelle un bon et heureux hasard! Il sort seulement le 23 août, ici. J'attends!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·