Des poches dans la poche · Octobre 2018

mercredi, octobre 03, 2018


De gros morceaux paraissent ce mois-ci en format poche. Deux valeurs sûres, des tentations et... deux romans qui mont déçue, mais qui pourraient bien te tenter.

Lus et approuvés
Au tournant du XXe siècle, John Bernard Books est lun des derniers survivants de la conquête de lOuest. Après des années passées à affronter les plus grandes gâchettes du Far West, il apprend quil est atteint dun cancer incurable: il ne lui reste que quelques semaines à vivre. Les vautours se rassemblent pour assister au spectacle de sa mort, parmi lesquels un joueur, un voleur de bétail, un pasteur, un croque-mort, une de ses anciennes maîtresses, et même un jeune admirateur. Mais Books refuse de disparaître sans un dernier coup déclat et décide décrire lui-même lultime chapitre de sa propre légende.


En septembre 2005, l’ouragan Katrina s’abat sur la Nouvelle-Orléans, semant le chaos, emportant des milliers de vies. Émue par le sort des survivants, Rose, à peine âgée de dix-huit ans, s’apprête à rejoindre la ville meurtrie avec sa mère pour leur porter secours. Mais leur voiture percute une jeune fille. La victime n’a rien sur elle qui confirme son identité – seulement une page d’annuaire avec les coordonnées de la famille de Rose. Obsédée par cette étrange coïncidence, Rose entreprend de retracer pas à pas le parcours de l’inconnue à travers une ville en ruine, sans se douter que sa propre histoire est parsemée de secrets.



Tout semble brisé dans la vie d’Erica. Seule dans sa maison de Brooklyn, elle prend soin de son père tyrannique et malade, sans autre soutien qu’une amie fidèle. Elle espère des nouvelles de son fils Jimmy, jeune homme fragile parti errer à travers le pays sans avoir terminé ses études. Mais voilà que Jimmy revient à l’improviste, en piteux état. Dans leur quartier peuplé de souvenirs, il s’efforce de soigner son mal de vivre dans l’alcool et les rencontres nocturnes. Erica, elle, ne veut pas baisser les bras et fera tout pour renouer avec son fils.



Ils me font de l’oeil

LA SERPE – PHILIPPE JAENADA – POINTS SEUIL

Un matin de 1941, au château d’Escoire, Henri Girard appelle à l’aide: son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à la serpe. Unique survivant et unique héritier, il est le suspect numéro un. Au terme d’un procès retentissant il sera pourtant acquitté. Il deviendra un écrivain célèbre et mènera une vie d’aventurier. L’énigme restera irrésolue. Jusqu’à ce que Jaenada se penche sur la question…






POINT CARDINAL – LÉONOR DE RÉCONDO – POINTS SEUIL

Sur le parking d’un supermarché, dans une petite ville de province, une femme se démaquille méticuleusement, tristement. Enlever sa perruque, sa robe de soie, rouler ses bas sur ses chevilles: ses gestes ressemblent à un arrachement. Bientôt, celle qui, à peine une heure auparavant, volait quelques instants de joie et dansait à corps perdu sera devenue méconnaissable. Laurent, en tenue de sport, a remis de l’ordre dans sa voiture et dissimulé dans le coffre la mallette contenant ses habits de fête. Il s’apprête à retrouver femme et enfants pour le dîner. Léonor de Récondo va suivre ses personnages sur le chemin d’une transformation radicale. Car la découverte de Solange conforte Laurent dans sa certitude: il lui faut laisser exister la femme qu’il a toujours été. Et convaincre son entourage de l’accepter. La détermination de Laurent, le désarroi de Solange, les réactions contrastées des enfants – Claire a treize ans, Thomas seize –, l’incrédulité des collègues de travail: l’écrivain accompagne au plus près de leurs émotions ceux dont la vie est bouleversée. Avec des phrases limpides, des mots simples et d’une poignante justesse, elle trace le difficile chemin d’un être dont toute l’énergie est tendue vers la lumière. Par-delà le sujet singulier du changement de sexe, Léonor de Récondo écrit un grand roman sur le courage d’être soi.


L’AUTRE CÔTÉ DU PONT – MARY LAWSON – 10-18

À Struan, Ontario, dans les années trente. La famille Dunn mène la vie rude des fermiers du Nord. Les deux fils, Arthur et Jake, sont aussi différents que possible. Le premier est effacé, taciturne: tout le portrait de son père. Le plus jeune, Jake, est brillant, rusé et choyé par sa mère. Tyrannique et insolent, il ne cesse de provoquer Arthur, qui cède, immanquablement. Jusqu’au jour où la situation dérape… Années cinquante. La guerre est finie. Arthur a repris la ferme familiale et a épousé la fille du pasteur, Laura. Il s’est pris d’affection pour Ian, le fils du médecin. Ce dernier travaille à la ferme pour être près de Laura, dont il est amoureux. Jake, lui, a quitté la région quinze ans plus tôt. Un jour, Ian découvre Laura dans les bras d’un autre homme: Jake. Le retour du frère honni et redouté va faire éclater le drame qui couvait depuis longtemps déjà… Dans le décor grandiose du Grand Nord canadien, un roman d’une grande finesse, dont la construction subtile mêle intimement deux époques. Une œuvre sobre et sensible sur l’ambiguïté des rapports fraternels, la rivalité, l’obsession amoureuse et la confusion des sentiments.


Déceptions
Lorsque Madame Pike rentre du travail, elle trouve devant chez elle une estafette de police. Guidés par son mari, deux agents sont en train de constater les dégâts perpétrés dans la maison familiale. Cambriolée. Saccagée. Souillée. Le vieux couple est sous le choc. Leur fille, enceinte de neuf mois, demande à son grand frère Billy de leur venir en aide. Quadragénaire à la vie en miettes qui n’a pas vu ses parents depuis plusieurs années, Billy revient donc en ville. Sans trop savoir pourquoi. Lui, l’ancien délinquant qui a braqué tant de maisons, se retrouve à devoir veiller sur son père et sa mère, traumatisés. Et à retourner dans la ville qui l’a vu basculer. Partant de cette simple histoire de cambriolage, Richard Krawiec met le doigt où ça fait mal, et décompose méticuleusement les secrets troubles et les terreurs enfouies d’une famille moyenne américaine. Une plongée dans les entrailles sombres d’un pays renfermé sur lui-même, gangrené par la paranoïa et rongé par le malaise.


Après le suicide de sa mère, Lane, 16 ans, est confiée à la garde de grands-parents dont elle ignorait l’existence. À son arrivée au domaine des Roanoke sous la chaleur étouffante du Kansas, au milieu des champs de blés, elle est à la fois fascinée et troublée. Car il plane sur le royaume des Roanoke une atmosphère morbide: toutes les filles de la lignée ont connu des fins tragiques. Quand la cousine de Lane disparaît dix ans plus tard, la jeune femme se lance à sa recherche, sans se douter un seul instant qu’elle va déterrer le plus terrible des secrets de famille. Dans ce roman d’une noirceur magistrale, Amy Engel distille avec talent le poison des non-dits.


Un titre te tente plus que les autres? Lequel?

Vous pourriez aussi aimer

32 commentaires

  1. Pas grand chose ne me tente dans ta sélection. J'ai déjà lu et beaucoup aime Landfall!
    Par contre, je n'ai pas apprécié Point Cardinal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça te donne un break!

      J'ai tellement hâte de lire autre chose d'Ellen Urbani. La couverture du Totem est magnifique!

      Pour "Point Cardinal", je suis curieuse, mais sans plus. Et comme j'ai une pal monstrueuse et une liste d'envies extra longue...

      Supprimer
  2. Tu as déjà lu du Jaenada ? Le style risque fort de te surprendre !! toutes ses digressions me tapent sur le système..
    Plein de chouettes parutions chez Gallmeister ! Je n'ai lu que le Boyle pour l'instant..je l'avais trouvé bien triste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais lu Jaenada. Son style m'intrigue, mais je crains la (mauvaise) surprise! Et là, si tu parles de digressions infinies... Ça ne m'inspire pas trop!

      Pour le Boyle, j'ai trouvé son premier roman est nettement meilleur à son deuxième. Mais moins triste, mais moins larmoyant! Hâte de lire son troisième, qui paraîtra sous peu...

      Supprimer
  3. J'avais noté lors de leur sortie Vulnérables et Les filles de Roanoke, puis des avis négatifs ont coupé mon envie ! En revanche, j'ai lu La serpe (je lis tout ce que fait Jaenada...), j'espère qu'il te plaira, ce n'est pas à mon avis le meilleur titre de l'auteur, mais je l'ai aimé tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense donc pas découvrir Jaenada avec ce titre...

      Pour Krawiec, je t'encourage fort à lire "Dandy". Une lecture qui m'a profondément marquée. Incomparable avec le larmoyant "Vulnérables".

      Pour "Les filles de Roanoke", j'ai déjà tout oublié!

      Supprimer
    2. Bon, cela confirme ce que j'avais lu, et j'avais déjà noté Dandy !

      Supprimer
  4. Je suis d'accord, Le tireur est excellent et Vulnérables une vrai déception !

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Et tu fais bien! Il est très très bien. Et t'as vu cette magnifique couverture? J'ai quasiment le goût de vendre mon grand format pour me procurer le Totem!

      Supprimer
    2. Retiens-toi! Les poches vieillissent moins bien, hélas...

      Supprimer
    3. C'est vrai! Je n'y avais pas pensé sous cet angle! Merci pour l'économie!

      Supprimer
  6. Pfiou, rien ne me tente ... je fais ma difficile ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien, parfois, de faire la fine bouche. Sans quoi, on ne s'en sortirait jamais!!!

      Supprimer
  7. la police a changé ? ou c'est Chrome ? bref, oui le Tireur et oui pour tous les Glendon Swarthout !!!
    Je n'ai pas lu Landfall (triste souvenir de ma trop courte participation à ce fameux club de lecture... ahhaha)
    sinon, tes envies ne me font pas envie ! J'ai entendu parler des nombreuses digressions de Jaenada du coup je passe mon chemin très très vite !

    et puis je suis morte de rire en te lisant : " Et comme j'ai une pal monstrueuse et une liste d'envies extra longue...".. c'est également moi ! du coup, pas de Poche, pas d'achat ...

    et j'ai fini le Lea Carpenter :-)

    enfin, je t'ai pas reconnu quand tu demandes si un titre nous fait envie, ça sonne pas québécois .... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as l'oeil! Oui, la police a changé!

      MDR Je me souviens, du coup, pour "Landfall". Dommage, car tu as manqué un sacré bon roman!

      Le Lea Carpenter... Aurais-je envie de craquer?

      Supprimer
  8. J'ai essayé La serpe de Jaenada et j'ai abandonné, exaspérée par ses digressions pas passionnantes du tout. J'adore les couvertures des poches gallmeister. J'ai beaucoup aimé Landfall.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, ce Jaenada est loin de faire l'unanimité. Du coup, je vais rayer son nom de ma liste de curiosité. J'hésite beaucoup trop. Je vais me fier à vos bons conseils!

      Gallmeister a frappé un grand coup avec ses couvertures Totem. Entre la première maquette et celle-ci, il n'y a pas de commune mesure. Elles sont magnifiques et très évocatrices du contenu. Une réussite!

      Supprimer
  9. Je note Landfall alors. Et moi, je suis gaga des digressions de Jeanada, après avoir pendant des années, penser que cet auteur n'étais vraiment pas pour moi (j'avais lu quatre pages de son premier titre, Le chameau sauvage. Depuis, je me rattrape, avec délectation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bon choix pour "Landfall".

      Pour ce qui est de Jeanada, décidément, cet auteur plait ou déplait. Pas d'entre deux, on dirait. Je vais sans doute y jeter un oeil, histoire de me faire ma propre idée!

      Supprimer
  10. Je craquerais bien pour Léonor de Recondo, car j'ai adoré "Amours". Bonne soirée,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis de plus en plus curieuse de cette auteure, dont j'entends grand bien...

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Et c'est tout à ton honneur! Ce n'est pas comme si tu cherchais quoi lire!

      Supprimer
  12. j'avais beaucoup aimé Point cardinal même si j'ai préféré Amours de cette auteure, pour le Boyle je n'en garde pas un souvenir mémorable mais je me suis notée son précédent roman ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte bien découvrir Léonor de Recondo, histoire de me changer de mes lectures nord-américaine!

      Pour Boyle, j'avoue que celui-ci était assez décevant, comparativement à son premier roman, que j'avais adoré. Hâte de voir ce que donnera son troisième!

      Supprimer
  13. Justement on m'a conseillé "Point cardinal" après ma lecture appréciée d'"Amours" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus j'y pense, plus je songe à découvrir Léonor de Recondo avec "Amours".

      Supprimer
  14. Je lis enfin ton billet...
    Beaucoup aimé "Landfall", on se rejoins sur "Vulnérables" que j'ai trouvé vraiment "trop, c'est trop"...
    Pas accroché sur le "Amour" de Recondo, "Cardinal" me tente bien..
    Quand à "la serpe" j'ai adoré , mais Oui les disgressions font une bonne partie du roman et c'est un pavé...le premier que je lis de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très hâte de voir ce que l'auteure de "Landfall" nous réserveras pour la suite!

      Du coup, je pourrais me réserver l'expérience-pavé "La serpe" pour les vacances!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·