Avec toutes mes sympathies · Les riches heures de Jacominus et la société de consommation

mercredi, novembre 28, 2018


Malgré le tourbillon de travail dans lequel je suis emportée, il me faut mon heure de lecture pré-dodo, sans quoi ma journée ne saurait être satisfaisante. Cette semaine, l’essai d’Olivia de Lamberterie m’a empêché de fermer l’oeil à une heure décente. Je ne m’en plains pas, bien au contraire. J’ai aussi lu deux albums jeunesse, de ceux qui poussent à la réflexion. En somme, jai passé une semaine livresque hautement stimulante.


Le temps est venu de sortir le «tu». Si tu n’as pas déjà lu Avec toutes mes sympathies, c’est parce que tu n’as sans doute pas envie de le lire. Attends juste un peu avant de cliquer pour fermer ma fenêtre. Ne prends pas tes jambes à ton cou. Lis-moi encore rien quune petite minute et laisse tes a priori de côté. Pour une fois que la surexposition d’un livre est amplement justifiée...

J’ai pris un risque en décidant de lire cet essai, mais c’était un risque calculé. J’étais curieuse de découvrir comment la journaliste et critique littéraire reconnue s’en sortait en sautant la clôture et en chaussant les bottines d’auteure. 

Je ne m’épivarderai pas sur le résumé, répété ad nauseam. En gros, l’essai tourne autour du suicide d’Alexandre de Lamberterie, frère d’Olivia. Le jeune homme de quarante-six ans, père et mari comblé, directeur artistique chez Ubisoft , s’est jeté du pont Jacques-Cartier, à Montréal, le 14 octobre 2015. Il s’est écrasé dans la rue, mort sur le coup. Ce n’était pas un geste spontané, ni précipité. Cet homme magnétique a lutté toute sa vie contre une dysthymie tentaculaire. Constamment au bout du rouleau, la vie n’était juste pas faite pour lui.

Au risque d’en étonner plus d’un, cet essai m’a subjuguée de bout en bout. Trois raisons expliquent mon emballement, de la plus superficielle à la plus fondamentale.

Tout au long de l’ouvrage, Olivia de Lamberterie évoque son travail de critique avec une franchise déconcertante. Elle lève le voile sur les coulisses de son métier, sur les livres qui ont accompagné son parcours de soeur endeuillée, sur ses pannes de lecture, sur son trop-plein de la rentrée littéraire. Cet envers du miroir remet les pendules à l’heure et fait descendre de son piédestal ma vision romantique du métier. Son rapport à la lecture rejoint totalement le mien.

La lecture est l’endroit où je me sens à ma place. Lire répare les vivants et réveille les morts. Lire permet non de fuir la réalité, comme beaucoup le pensent, mais d’y puiser une vérité. L’essentiel pour moi est qu’un texte sonne juste, que je puisse y discerner une voix, une folie; je n’aime pas les histoires pour les histoires, encore moins les gens qui s’en racontent. Je n’ai pas besoin d’être divertie, mes proches s’en chargent, je me fiche d’apprendre. J’aime être déstabilisée, voir avec d’autres yeux.

Je suis toujours curieuse de voir comment le Québec est perçu par un non-Québécois. Le lien qui unit Olivia à Montréal, cette ville où son frère et sa famille ont élu domicile, est tissé avec une grande justesse. Même si elle égratigne, avec raison, certains de nos travers, elle évite de tomber dans le piège des généralisations et des lieux communs.

Là où cet essai est, à mon avis, le plus réussi, c’est dans la lucidité du regard dOlivia de Lamberterie. Elle se garde de donner des explications sur le suicide de son frère ou de condamner son geste. Toutes les phases du deuil sont exposées: lincompréhension, la colère, lacceptation. Aussi révoltant que cela puisse sembler, le suicide peut parfois apparaître comme l’unique lumière au bout du tunnel. Le suicide peut être une délivrance. Maintenant, à ceux qui reste de s’accommoder du vide laissé.

Est-ce une pathologie de juger la vie dégueulasse? Oui, certainement, quand on a une femme qu’on aime et qui vous aime, des enfants merveilleux qu’on aime et qui vous aiment, un boulot chouette et une belle maison, m’a un jour assuré un ami bien intentionné. Malade ou lucide? Je ne peux pas m’empêcher de le trouver clairvoyant. La société dans laquelle on vit mérite-t-elle tellement qu’on s’y attache? L’amour immense qui l’entourait ne lui a pas servi de parachute. Ce ne sont jamais sur les idiots que le couperet de la grande dépression s’abat, en silence, un matin, pour entamer son long travail de sabotage. Sylvia Plath, Romain Gary, Ernest Hemingway, pour ne parler que d’écrivains que j’aime, je ne les considère pas malades, ces blessés dotés d’une sensibilité trop exacerbée pour supporter de se lever un matin de plus.

C’est Anna Gavalda, croisée boulevard Saint-Germain au mois de novembre et me disant, comme ça, entre deux passants, avec son naturel: «Oui, c’est triste, mais c’est ce qu’il voulait, alors c’est bien.» J’en étais restée un peu sonnée, mais cette claque remettait les choses en leur juste perspective, car cette femme envisageait la mort non pas égoïstement de notre point de vue, mais de celui d’Alex. Ses mots étaient vrais. Cette mort m’oblige à me mettre à la place de mon frère.

Lucide, sincère et lumineux. Avec cet essai, Olivia de Lamberterie se met à nu sans faux-semblants. Elle rend un vibrant hommage à son frère et, par le fait même, livre une précieuse ode à la vie. Un livre généreux et précieux, comme il y en a trop peu.

Une seule petite écharde concernant le style. Mais, au final, je n’ai même pas envie d’en parler, tant elle ne pèse pas lourd dans la balance.

Tu as lu jusqu’au bout? Ça valait le coup, non?!

Avec toutes mes sympathies, Olivia de Lamberterie, Stock, 256 pages, 2018.



Le Jacominus de Rébecca Dautremer m’a conquise. Sa vie, du berceau jusqu’à la tombe, touche droit au coeur. Douze scènes majestueuses traversées par les saisons, une dizaine de portraits de Jacominus à différents âges et trois doubles pages remplies de «photos» pour raconter la vie, avec ses hauts et ses bas, ses embûches, ses doutes et ses tourments. Ses petites joies et ses grands bonheurs, aussi. Un album empreint de douceur sur l’acceptation de la différence et sur l’importance de l’ici maintenant. Un album dans lequel on a envie de vagabonder et de s’attarder très longtemps. Si les illustrations raviront les ptis loups, le texte, lui, résonnera plus fort chez les grands. 

Pour conclure, ces mots remplis de sagesse: «Celui qui n’a pas ce qu’il aime, doit aimer ce qu’il a.»
 Les riches heures de Jacominus Gainsborough, Rébecca Dautremer, Sarbacane, 56 pages, 2018.




La voiture de Jacques pourrait être la mienne. Elle a perdu de son panache, elle est un peu cabossée, mais elle roule très bien. Surtout, elle remplit encore merveilleusement bien son rôle de me conduire du point A au point B. Contrairement à Jacques qui prend sa voiture pour se rendre quotidiennement au travail, moi je travaille à la maison. Trêve de comparaisons.

Le jour où Jacques passe devant un immense panneau publicitaire qui présente la nouvelle Vénus, la plus rapide et la plus flamboyante des voitures, et celle qui plait le plus aux filles, son coeur fait trois tours. Jacques commence à s’imaginer assis à bord de cette nouvelle voiture dernier cri. Il en rêve... Le hic, c’est qu’elle coûte excessivement cher. Jacques imagine diverses solutions pour gagner plus dargent. Des bonnes et des moins bonnes. Jusquà trouver LA bonne! Oh, il finira bien par lavoir, sa belle Vénus. Mais à quel prix? Et sera-t-il plus heureux pour autant? 

Un bijou d’album qui dénonce à grands traits et avec une bonne dose de dérision les pièges de la surconsommation et les effets pernicieux de la publicité. Le coup de crayon riche et coloré de Sébastien Mourrain me plaît toujours autant. Comme dans Santa Fruta et Petits pois, jétais ravie de retrouver un ptit chat à chaque page, ou presque. Un album à consommer sans modération! 

Contrairement à Jacques, je préfère acheter des livres plutôt que de changer ma vaillante Volkswagen.



Top Car, Davide Cali (texte) et Sébastien Mourrain (illustrations), Éditions des Éléphants, 32 pages, 2018.

Vous pourriez aussi aimer

14 commentaires

  1. Alors là ! Alors là ! ... Je ne m'en remets pas : j'ai lu des dizaines de critiques du bouquin d'Olivia de Lamberterie, ad nauseam comme tu dis, mais tu es la première, que dis-je, la SEULE qui réussit à me donner (une furieuse envie de ) le lire. Genre, j'ai envie de courir l'acheter. Et j'adore la citation sur sa vision de la lecture. Chapeau, Marie-Claude, vraiment. Une superbe chronique, qui va en retourner plus d'un qui, comme moi, n'en pouvait tout simplement plus de voir ce livre sur Instagram et co. Maintenant il me le faut (un de plus, c'est malin ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu signes là le plus beau et gratifiant commentaire reçu sur ce blogue depuis sa création. Rien à ajouter, sinon MERCI!

      Supprimer
    2. Roooh je suis bêtement toute fière ;-) Merci à toi !

      Supprimer
  2. Les illustrations de Dautremer, c'est quand même quelque chose ! A chaque fois que je parcours un de ses livres je suis scotchée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ses illustrations sont envoûtantes. On a envie de s'y garocher pour des heures et des heures...

      Supprimer
  3. Je te crois sur parole concernant le "Avec toutes mes sympathies" mais c'est un sujet qui m'est sensible et je ne suis pas encore "prête".

    Rébecca Dautremer me plait toujours autant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le roman d'Olivia, chaque chose en son temps. Mais je te souhaite que ce temps vienne un jour. Il pourrait te faire grand bien, cet ouvrage...

      Pour le Rébecca Dautremer, elle est, une fois encore, égale à elle-même. C'est grandiose!

      Supprimer
  4. Le Dautremer est sur ma liste de Noël, croisons les doigts! Pas forcément attirée par le livre d'Olivia de Lamberterie au départ, tu es venue à bout de mes réticences je le note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Dautremer, je croise les doigts pour toi. Ce serait un superbe cadeau sous le sapin!

      Pour l'essai d'Olivia de Lamberterie, mon coup de coeur parle de lui-même. Je suis la première surprise d'avoir été à ce point chamboulé. Tu ne devrais pas hésiter!

      Supprimer
  5. beaucoup aimé le livre d'Olivia de Lamberterie (qui est dans la pile des livres sur lesquels je veux écrire un billet!) et j'ai eu la chance de la rencontrer en petit comité en Septembre, ce qui a donné encore plus de profondeur à son récit : elle est passionnée et passionnante, très sincère et lucide, et réussit à parler d'elle tout en s'intéressant aux autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réussir à parler de soi tout en s'intéressant aux autres est une très grande (et plutôt rare) qualité. À lire cet essai, j'ai trouvé sa lucidité et sa sincérité extrêmement touchantes. Sur ce, j'ai vu que tu avais publié ton billet. Je file te lire!

      Supprimer
  6. (J'ai lu ton billet juste après avoir posté sur instagram que j'allais le voir jeudi dernier, mais ensuite quand j'ai voulu poster un petit commentaire, je me suis battue avec acharnement sur mon téléphone ! Non je ne suis pas un robot ! Mais non voyons ! Si je veux commenter ! Non je ne vois plus d'autres voitures. De panneaux de signalisation, non plus ! Non, non ! Et puis flûte, j'ai fini par abandonner, attendant de passer sur PC pour commenter (parce que d'un PC on y voit un peu plus clair pour traquer les bornes d'incendie ou les vélos cachés dans la pénombre il faut avouer). Et puis j'ai oublié. Je vais réessayer avant que ton prochain billet ne soit publié ! Non mais. Il ne sera pas dit que le système anti-bot sera plus têtu que moi ! Tout ça pour un pauvre petit commentaire de rien du tout en plus, lol)

    J'étais comme beaucoup, en surdosage médiatique du livre d'Olivia de Lamberterie, et tu as réussi à me donner envie de lire Toutes nos sympathies, tu es douée.
    J'ai longuement feuilleté Jacominus au salon de Montreuil, quel bel ouvrage !
    C'est toujours un réel plaisir de découvrir tes billets éclectiques, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais, quel commentaire divertissant! Il a un grand mérite, celui de m'avoir fait rire aux larmes, surtout à la deuxième lecture! J'aime ton entêtement. Bravo, tu as vaincu le système anti-bot.

      J'espère que tu liras l'essai de Lamberterie. Sa sincérité est bouleversante, et au final, il procure un étrange apaisement (c'est du moins l'effet qu'il m'a fait en tournant la dernière page).

      J'aurais tant aimé découvrir "Jacominus" à Montreuil! Cet album est tout à fait envoûtant, surtout plus les images. Je continue à penser que ces mots rejoindront plus les grands que les petits.

      Merci à toi d'apprécier l'éclectisme de mes billets!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·