Suiza · Bénédicte Belpois

jeudi, janvier 23, 2020


Tu dois commencer à le savoir? Quand je suis emballée, j’ai tendance à beurrer épais. Ben là, je ne suis pas juste emballée un peu. Je le suis beaucoup!

Tout commence par le billet lu chez Krol et un commentaire que je laisse. Extrait: «Le voilà, le fameux billet du roman qui t’a tant chamboulée. Tu es parvenue à me contaminer pour Cora*. Mais là, faut pas charrier! Cette histoire d’amour me laisse d’avance perplexe. Je dis ça, mais j’ai beaucoup aimé Feel good et il y a de l’amour là-dessous. Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais. Je resterai aux aguets pour sa parution en poche.»

*Rappel: c’est à la suite du billet de Krol que j’ai eu envie de lire Cora dans la spirale.

À quoi Krol répond: «Quoi? Tu lis Feel good et tu refuses de lire celui-ci qui n’a pas une once de feel good dans les mots!!! Je suis outrée, déçue, et fâchée! Donne-moi ton adresse postale et je te l’envoie!»

Rendue là, j’étais pas grosse dans mes culottes et je me suis dit qu’il ne fallait ni décevoir ni fâcher Krol. 

«Y’a bien juste toi qui est capable de me faire changer d’idée sur ce coup! Je vais le lire, l’esprit ouvert, toute réceptive. Je viens de le commander!»

Aussitôt reçu, aussitôt lu. Et ce fut un cataclysme littéraire!

Pensais-tu que la quatrième de couverture avait de quoi m’attirer?

La tranquillité d’un village de Galice est perturbée par l’arrivée d’une jeune femme à la sensualité renversante, d’autant plus attirante qu’elle est l’innocence même. Comme tous les hommes qui la croisent, Tomás est immédiatement fou d’elle. Ce qui n’est au départ qu’un simple désir charnel va se transformer peu à peu en véritable amour.

Tout pour me faire fuir, oui! Et pourtant…

Plus j’apprécie un roman, plus j’arrive difficilement à en parler. Je ne dirais donc pas grand-chose. 

Dès les premières phrases, les mots de Thomas m’ont harponnée. Cette «brute épaisse» rongée par le cancer est venue titiller mon humanité. La rugosité de Thomas qui rencontre la simplicité de la magnétique Suiza m’ont touché droit au coeur. 

Les manques lui ont fait une fragilité d’oeufs, alors qu’ils t’ont donné une carapace de tortue. Elle seule sait te lenlever sans t’arracher la peau, toi seul sait la protéger comme elle le souhaite, sans la casser. Vos deux faiblesses mises ensemble, ça fait quelque chose de solide, une petite paire d’inséparables. C’est pas souvent, mais des fois, quand tu mélanges bien deux malheurs, ça monte en crème de bonheur.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, chacun apportant son eau au moulin. J’ai trouvé que les lieux - une vie rude, loin de tout, une autarcie presque complète -, appelaient ce genre de personnages. 

Aucun billet lu ne fait état de l’humour présent entre ces pages. Et pourtant, il y a plusieurs passages où je n’ai pas pu m’empêcher déclater de rire. 

Les infirmières ont vite compris que le grand type baraqué était un petit peu délicat, elle m’ont allongé sur sur un lit à côté d’un vieil homme sec et jaune comme un haricot beurre qui m’a expliqué qu’il ne fallait pas que je m’angoisse. Qu’il y avait deux ans, il avait eu un cancer du poumon, comme moi, mais que ça allait bien, maintenant, c’était les os.

Quant à la fin, qui fait une boucle avec les premiers mots du roman, je n’en suis pas encore revenue. 

Comme un château de cartes... Enlever une carte de ce roman et tout s’effondre. Un premier roman redoutablement maîtrisé. Et dire, oui, qu’il s’agit d’un premier roman...

J’ai entendu de tout sur ce roman. Des avis diamétralement opposés. Il y aurait place à débat. Mais pour le moment, je préfère reste sur mon nuage. Je plane tellement haut que depuis, trois romans me sont tombés des mains après une vingtaine de pages.

Un coup de cœur aussi pour Virginie. Céline a beaucoup aimé et horizon des mots est très perplexe. À ce sujet, va lire son billet et les commentaires qui suivent. Tu verras en quoi ce roman peut déranger.

Suiza, Bénédicte Belpois, Gallimard, 256 pages, 2019.
★★★★

Vous pourriez aussi aimer

16 commentaires

  1. Cette 4ème de couverture m'aurait fait fuir aussi! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comment! Ça me donne une sacré leçon, en tout cas. Faire encore plus confiance aux avis des blogueurs auxquels je suis fidèle plutôt qu'un petit coup de marketing accrocheur. Dire que j'aurais pu passer à côté de ce fabuleux et bouleversant roman...

      Supprimer
  2. Ah comme j'ai ri à la relecture de nos échanges ! Si tu savais comme j'ai eu peur quand tu m'as dit que tu l'avais commandé, une sueur froide a coulé dans mon cou, puis mon dos. "Et si elle n'aimait pas..." me répétais-je en boucle des nuits durant. Mais heureusement, tu m'as très vite rassurée ! Ouf ! Je pouvais reprendre le cours normal de mes nuits !
    Et comme toi, plusieurs livres me sont tombés des mains après cette lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, bien joué. Jamais deux sans trois? À quand le prochain livre redoutable qui nous en fera abandonner plusieurs après?

      Heureuse que tu aies retrouvé tes nuits apaisées!

      Supprimer
  3. Après Céline, Krol et maintenant toi... aarrgh.... et dire que j'ai comme résolution de ne pas acheter de livres en février... :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bonne nouvelle, c'est que nous ne sommes que le 25 janvier! Il te reste donc quelques jours pour mettre la main dessus!

      Supprimer
  4. histoire d'amour + roman français = on a perdu le Caribou en 2020 ! euh non pas pour moi et même les extraits ne m'ont absolument pas donné envie ! mon dieu, et en plus elle a reposé sans doute 3 superbes lectures après !!! help !! sos !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais! Je m'épivarde, m'éparpille... et ça porte fruit! Si tu savais... J'ai reposé une superbe lecture (que nous avions prévu de lire ensemble), mais les deux autres, tu ne seras pas fâchée de mes abandons!

      Là, je repars en Amérique pour au moins trois romans. Le naturel revient au galop!

      Supprimer
    2. ouf !! manquait plus que tu lises un roman français feel-good de développement personnel

      Supprimer
  5. Mes échappées livresques24 janvier 2020 à 03:07

    Comme je suis contente de voir que Suiza a su te conquérir, bien joué Krol!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi, donc! Comme quoi ça porte fruit de faire confiance à ceux qui commencent à bien connaître mes goûts et affinités!

      Supprimer
  6. pareil que pour toi, la 4e de couverture n'avait rien pour m'attirer, et c'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas lu ce livre... mais voir que tu l'as tellement aimé va très certainement me faire revenir sur ma décision !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, reviens sur ta décision! J'ai adoré... Tu imagines?!

      Supprimer
  7. Ok, ok, je suis convaincue.. vais voir s'il y a ça à ma bibliothèque!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je souhaite vivement que tu le trouves. Il est excellent!

      Supprimer

· visites ·