Charge mentale et PAL

mercredi, mars 04, 2020


Le passage aux aveux d’Electra m’a replongé dans les affres de ma dépendance pas si lointaine: laccumulation de livres gonflant comme un pain au four. En ex-junkie que je suis, j’ai lu son billet avec compassion et fierté. Elle sur la bonne voie!

Je ne suis pas là pour prodiguer une quelconque recette de gestion saine de la PAL. Il n’y a pas de gestion saine. Seul le sentiment de bien-être importe. Pour plusieurs, la PAL, aussi gigantesque soit-elle, ne sera jamais source d’anxiété. Bien au contraire, plus ils ont de livres non lus, plus ils sont heureux. Aussi, la réflexion qui suit doit leur sembler bien oiseuse. Mais pour les autres... Quand notre PAL commence à nous dépasser, il est temps dagir.


À partir de quel moment ma PAL est-elle devenue une source d’anxiété? 

Ça ma frappée comme un coup de massue, le jour où je me suis retrouvée devant mes trois cents et quelques livres non lus, que je tentais de me trouver une nouvelle lecture et que celle qui me tentait le plus était le livre que j’avais commandé trois jours plus tôt à la librairie. Là, je me suis dit qu’il y avait un problème.

C’est à ce moment-là que mes trois cents et quelques livres non lus sont devenus un boulet. Parce que je mettrai au moins cinq ans à les lire, et parce que je ne cesse d’acheter des livres. J’ai pris le caribou par les bois et j’ai fait un tri. C’était en mars 2017. Trois livres étaient alors sortis de ma PAL. Un bien mince soulagement, mais quand même un début.

Parenthèse: je nai pas de liseuse et je n'ai jamais mélangé les livres lus avec les livres à lire, ce qui me permet de ne jamais perdre le fil du nombre grandissant.

L’avant-dernier gros tri s’est passé au début de 2019. J’ai pris tous les livres de ma PAL. J’ai remisé sur la tablette les livres des auteurs que j’apprécie et dont je veux lire tous les livres (Faulkner, Steinbeck, Larry Brown, Jean-Paul Dubois, etc.). Ensuite, j’ai lu les quatrièmes de couverture (chose que je ne fais jamais à l’achat) et j’ai élagué grassement, passant à un peu plus de cent livres. Plusieurs livres ne me parlaient plus, d’autres m’avaient été offerts. Tant pis pour la culpabilité et la perte d’argent. Il en allait de ma santé mentale.

Le dernier tri, le tri rédempteur, est venu à la fin de 2019. Là, je m’étais fixée l’objectif de baisser ma PAL à cinquante livres. Je me suis vue, devant déménager sur une île déserte avec tous mes livres lus et seulement une grosse valise de nouveaux livres à lire. Je me suis dit que cette valise pouvait contenir une petite cinquantaine de bouquins. Lesquels jaurais envie damener avec moi? Ça m’a pris plus d’une semaine, avec quelques heures glanées ici et là. J’ai lu le premier chapitre entier de tous les livres restants. Au-delà d’un sujet porteur ou d’une bonne histoire, il est essentiel que le style m’interpelle. C’est là que la coupe à blanc a eu lieu. Il y avait cinquante-trois livres dont j’avais envie de poursuivre la lecture, de dépasser le premier chapitre. Résultat: ces cinquante-trois livres, je les lirais et, encore mieux, j’ai déjà hâte de les lire.

L’attrait de la nouveauté est dans mes gênes. Je déteste magasiner, mais j’adore acheter des livres: accueillir des p’tits nouveaux – qu’ils soient frais sortis de l’imprimerie ou âgés de quelques mois à plusieurs années –, est un des grands plaisirs de ma vie. Aussi, je trouve embêtant d’avoir souvent plus envie de lire le nouveau venu plutôt que les livres de ma PAL. Avec ma PAL raisonnable, je me sens en meilleur équilibre et je n’ai aucun mal à lire un nouveau livre et un plus ancien en alternance. Aussi, malgré les multiples tentations que je déniche sur les blogues et sur Instagram, je gère mieux mon impulsivité et je pèse le pour et le contre avant de courir à ma librairie.

Si tu veux confier tes angoisses palesques au Dr Caribou, il est à l’écoute!

Vous pourriez aussi aimer

32 commentaires

  1. Dc Caribou, est-ce que c'est grave d'acheter et de lire immédiatement des livres aimés par certaines blogueuses, au mépris de sa PAL, même réduite à 53 livres ? A ce propos, cette nuit j'ai eu une petite insomnie (non, non, je ne raconte pas ma vie) et j'ai commencé la lecture de... de... Dandy ! Et yes ! Ca le fait !
    Peut-être un jour, quand j'aurai le temps, je trierai mes livres entre lus et pas lus, ainsi, je me rendrais compte de l'ampleur (ou pas) du désastre. Là où tu as raison, c'est sur tous ces livres qu'on possède depuis des années et qu'on ne lira jamais... Je devrais moi aussi essayer la technique du "jelislepremierchapitrepourvoir". D'autant plus que j'ai récupéré beaucoup de livres à la mort de mon père (grand accumulateur de livres dont il n'a sûrement pas lu le tiers) et que, dans le lot, il doit bien y en avoir qui ne me plairont pas.
    Oui, je sais, la technique du premier chapitre...
    Bon allez, c'est pas le tout, mais j'ai un, non deux ! livres en cours ! J'y retourne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas grave! Le plaisir doit toujours l'emporter. Sinon, pourquoi continuerions-nous à nous visiter les uns les autres?

      Qu'une insomnie te pousse dans les bras de "Dandy", ça me ragaillardis. Depuis, j'ai su que tu avais tourné la dernière page et que tu avais apprécié le roman à sa juste valeur!

      Je reste persuadée que le fait de mélanger livres lus et livres à lire ne permet pas de mesurer la hauteur de la PAL. Tu les classes comment, tes livres?

      Récupérer les livres d'un être décédé... Joie ou non? Et nous, qui va récupérer nos livres lorsque nous passerons l'arme à gauche? Avec le temps qui passe, j'y pense! Y aura-t-il un être bienveillant qui saura chérir nos chéris?

      Supprimer
  2. Moi aussi, je le connais, ce moment où tu cherches ton nouveau livre et qu'aucun de ceux de ta PAL ne t'interpelle… Grand moment de solitude et de désarroi.
    J'ai fait dernièrement un tri drastique et j'en suis soulagée, car je me suis aperçue que mes goûts avaient changé: les livres qui attendaient depuis très longtemps d'être lus ne correspondaient plus pour certains à mes critères actuels en matière littéraire…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bête à dire, mais c'est exactement ça: un grand moment de solitude et de désarroi qu'aucun livre de notre PAL ne nous tente.

      C'est ça, aussi, le hic: nos goûts et attentes changent. Les livres les plus anciens de notre PAL ne résonnent plus de la même façon...

      Supprimer
  3. Perso je ne m'angoisse pas pour ma pal, je réserve le stress à des problèmes bien plus importants malheureusement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, il y a des sources d'angoisse et des problèmes beaucoup plus importants, malheureusement. S'il n'y avait que ce type d'angoisse, la vie serait d'une telle légèreté...

      Supprimer
  4. Mon angoisse surgit quand je me balade en librairie, et que je me rends compte que j'ai déjà dans ma bibliothèque de nombreux livres présents sur les étals, que je n'ai -toujours- pas lu. Mais elle cesse le temps juste à temps pour me voir embarquer deux ou trois nouveaux ouvrages à la caisse !! J'ai bien tenté un tri, en début d'année, qui s'est lâchement arrêté à 5 titres (ridicules, quand on sait que ma PAL en compte une bonne troicentaine...). Mais bon, si je me retrouve confinée chez moi à cause du coronavirus, j'aurais au moins de quoi lire, faute d'avoir à manger, ma fréquentation des supermarchés étant inversement proportionnelle à celle des librairies et autres bouquineries !
    Et j'aime bien m'abreuver le regard des étagères surchargées de ma bibliothèque (ou, rusée que je suis, se mêlent indifféremment livres lu et non lus), qui me procure une grande fierté ! C'est grave, docteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne troicentaine de livres à lire? L'idée d'un confinement imposé donne à réfléchir. C'est vrai que dans un tel cas, une PAL monumentale fait envie.

      Cinq titres en moins? C'est déjà ça. Même un de moins, c'est déjà ça.

      Pour ce qui est des supermarchés... Je connais. Mon ado n'arrête pas: «Quand vas-tu faire l'épicerie? Le frigo est vide.» «Tu vas encore à la librairie? Ça ne te tenterait pas d'aller à l'épicerie à la place?!».

      Ce n'est pas grave, voyons! Je constate que ceux qui ont les plus grosses PAL sont invariablement ceux qui mêlent livres lus et livres à lire.

      Supprimer
  5. Pas grave si tu se sens bien chez toi ! C’est l’anxiété qui nous a poussé Le Caribou et moi a faire ce tri ! Être déprimée face à cette monstrueuse pile de livres - ce n’est pas normal. Si tu es bien dans tes baskets cool ! Je rejoins aussi Véronique sur l’évolution de mes goûts en relisant la 4C je réalise que le sujet ne m’intéresse plus .... merci au docteur Caribou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça: l'important est d'abord et avant tout de se sentir bien chez soi.

      Supprimer
  6. Ma PAL est... essentiellement virtuelle. J'ai naturellement plein d'envies, mais comme je sais que de nouvelles ne cessent constamment d'arriver et de reléguer les précédentes au second plan, eh bien je m'efforce de n'acheter mes livres qu'un par un. Parfois, exceptionnellement, j'ai une crise de boulimie et j'en achète... trois !
    Et quand, en librairie, je sens que je suis prise de frénésie et que je pourrais en acheter dix, ne sachant lequel choisir, alors je n'en prends aucun. Je rentre chez moi, je finis celui que j'ai en cours et je laisse décanter. Et quand je retourne à la librairie, j'ai les idées plus claires sur celui ou les deux livres qui me font le plus envie.
    Lire est, comme pour nous tous ici, un bonheur et une nécessité. Pas question que cela devienne un instrument d'angoisse ou de stress !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup l'idée d'une PAL virtuelle et de crise de boulimie épisodique.

      Tu as une force de caractère impressionnante. Réussir à sortir d'une librairie les mains vides, tout en étant prise de frénésie... Wow! C'est d'une sagesse admirable.

      Supprimer
    2. Bon, hier, j'avoue que j'en ai acheté... cinq. Mais là, c'est l'angoisse de manquer qui commandait. Après, j'en ai aussi récupéré quelques autres au boulot. Et si la crise devait se prolonger... j'ai ma liseuse ! Et là, on se dit que c'est une bénédiction !

      Supprimer
    3. Compte tenu des circonstances, il est permis de faire quelques provisions! Du coup, je vais attendre avant d'aller porter quelques sacs remplis dans les boîtes à livres.

      Supprimer
  7. Quand je veux faire le tri comme toi dans les livres que j'ai encore à lire, je lis aussi la 4e de couverture et si ça ne me parle plus, tant pis... et là dedans il y a parfois des cadeaux, je culpabilise et puis... j'oublie, je ne vais pas en faire un drame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exit le drame et l'angoisse. Les grands moyens et le sevrage ne sont à prendre que lorsque l'oppression se pointe. Sinon, empilons et lisons de façon épanouie et décomplexée!

      Supprimer
  8. J'aime être entourée de livres (c'est peut-être pour ça que j'ai choisi de travailler en bibliothèque ?). Mais ça ne m'angoisse pas, bien au contraire... Tel un écureuil, je fais des provisions. Et je participe à de nombreux challenges, qui, en m'obligeant à sortir de ma "zone de confort" me font souvent faire de magnifiques découvertes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le travail en bibliothèque ou en librairie doit être une source intarissable de bonheur pour les amoureux des livres comme nous.

      Je suis aussi un écureuil, mais j'accumule moins de noix dans ma cabane.

      La participation à des challenges est un excellent moyen de sortir des livres de la PAL et, comme tu le dis bien, de faire de magnifiques découvertes.

      Supprimer
  9. Tu connais un peu ma démarche actuelle... prochaine étape, il faudrait que je sépare les livres lus, de ceux de ma PAL. Et je pense que le sentiment de légèreté viendra à ce moment-là.

    Le constat m'est venu du fait que je voulais lire mes derniers achats, et qu'une fois lus, j'étais contente de l'avoir fait ! ça signifie dire que je les avais achetés et que ce n'était pas du gaspillage.

    Et puis, le temps est très compté, je lis déjà comme une tortue mais avec mon temps libre réduit à néant, pas évident de caser des moments lecture là-dedans. Du coup, je me suis donné un objectif : rationaliser ! Comme ça, le peu de livres que je sais lire, je suis contente de les avoir lus (normalement!). Cela va de pair, et tu le soulignes très justement, avec un changement de consommation aussi. je n'achète plus sur un coup de tête !

    Exemple : j'ai acheté quelques livres à Noël dans une librairie à Lille, même s'il y en a plein à la maison, et je les ai tous lus dernièrement. c'est un grand sentiment de satisfaction !

    En résumé, je veux réduire ma PAL et connaître les livres qui m'attendent, pour être certaine de les lire un jour. tout en continuant de profiter des nouveautés.

    En tout cas, merci pour tes conseils car ils me sont très utiles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je connais tes réflexions et ta démarche actuelles. L'idée de ce billet vient aussi de là.

      La séparation des livres lus et des livres à lire... Un défi en lui-même, mais oh combien révélateur, permettant de voir en un coup d'oeil l'ampleur de la PAL.

      Comme toi, ma démarche vient aussi d'un changement de cap vers un mode de consommation non pas tant plus responsable que plus conscient et moins impulsif.

      Supprimer
  10. Mes échappées livresques6 mars 2020 à 06:26

    Comme toi, je sépare les lus des non lus et ma pal doit bien atteindre une bonne centaine de romans mais pas de stress de mon côté tant que j'arrive à trouver un peu de place sur mes étagères. En ce qui concerne l'attrait des nouveautés, je suis faible aussi et j'essaie d'alterner tant bien que mal les nouveautés avec mon ancienne pal mais il y a parfois des loupés ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pourrais écrire exactement le même commentaires, sauf pour le nombre de livres dans la PAL, à diviser par deux.

      Supprimer
  11. J'ai une pile énorrrrme, j'ai une longe mais très longe liste de titres que j'aimerais lire, j'ai des billets tellement en retard tu ne peux savoir ;-) mais j'ai décidé, depuis un p'tit bout, que je ne me stresserais plus avec tout ça. Après tout, c'est ma passion et j'ai pas envie que ça devienne une obligation. J'y vais un par un, selon mon envie et sirop que ça va mieux. Belle journée gentille dame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois enlevée la pression, tout va mieux, en effet. Un livre à la fois, tu as raison.

      Bonne journée, chère Suzanne.

      Supprimer
  12. Et ben bravo! passer de 300 à 53 !! Je n'ai aucun pb existentiel avec mon immense Pàl, pour le moment on cohabite assez bien, mais j'avoue qu'un petit coup de ménage lui ferait surement du bien, par pour l’alléger elle, mais mes étagères, surtout qu'ici livres lus et non lus cohabitent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon problème existentiel est bien réglé. Pas de rechute à l'horizon!

      Pour le petit coup de ménage... une nouvelle bibliothèque pourrait faire l'affaire, non?

      Supprimer
    2. plus de place dispo hélas, je me fais déjà rouspéter car je squatte le salon et la mezzanine :)

      Supprimer
    3. Ah, les rouspéteurs... Ils ne connaissent pas leur chance!

      Supprimer
  13. Ça me stressait aussi... jusqu'il y a à peu près 6 ans, je pense. À ce moment, j'ai commencé à accumuler des sous pour mes différés, ce qui signifiait une diminution de salaire assez importante. J'ai donc décidé de cesser d'acheter des livres papier et d'utiliser soit ma bibliothèque, soit ma liseuse. Et je n'achète rien sur la liseuse que je ne lise pas immédiatement. Et bon, j'ai toujours 400 quelques livres, mais ça ne me dérange plus du tout! Ma dernière tentative de tri ressemble à ta toute première alors j'ai abandonné!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu, en vidéo, tes bibliothèques. Il faut dire que tu as la place pour les caser. Alors, ça élimine une grosse partie du problème.

      Supprimer
  14. J'ai l'intention de la dégraisser dans les semaines qui viennent. J'ai déménagé il y a 2 ans et j'ai encore des centaines de livres en cartons faute de bibliothèques. Ils ne me manquent pas, pire... je ne sais même plus ce que j'ai dans les cartons...! Et en 2 ans, forcément, j'en ai accumulé bien d'autres... Bref, va falloir que je mette le nez là-dedans fissa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ces livres dans les boîtes ne te manquent pas est plutôt révélateur. Reste qu'avant de les virer, tu pourrais peut-être y mettre les mains. Tu pourrais sans doute faire une ou deux belles prises! J'aimerais bien mettre le nez dedans, moi aussi!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·