Bilan livresque · juin et juillet 2020

samedi, août 01, 2020


Ça fait un méchant bout que je n’ai rien publié et que je suis invisible sur les Internet. Plus d’un mois que je n’ai rien écrit ici. Je suis en mode very slow blogging. Heureusement, je ne lis pas moins pour autant. Tu te demandes peut-être ce qui occupe tant mon temps au point de te négliger? Beaucoup (trop) de travail, d’abord. Puis un gros projet qui est sur le point daboutir. En fait, je quitte mon petit nid dans deux semaines pour un autre, avec foyer en prime. Un nouveau nid dans lequel je vais devoir mettre beaucoup de temps et d’amour. Le défi va en valoir la chandelle. (À ce propos, je mettrai sur IG des photos avant-après.)

Pour revenir à mes moutons, voici un bilan très succinct de mes lectures de juin et de juillet.


Juin a plutôt mal commencé: j’ai raté ma lecture commune avec Ingannmic. J’ai dévoré À l’est d’Éden de Steinbeck, mais n’ai pas eu une minute pour échanger avec elle et rédiger mon billet. Partie remise... Les romans de Steinbeck ont le don de me happer et de laisser une empreinte marquante chez la lectrice que je suis. Je serai bien en peine, d’ailleurs, de parler de ses romans à leur juste hauteur…

J’ai ensuite lu… blanc de mémoire! Pourtant, j’ai lu pas mal en parvenant à grappiller des heures ici et là. Comme lecture marquante, j’ai lu Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu. Franchement, je ne m’attendais pas à autant d’emballement. J’ai embarqué à pieds joints dans cette histoire fourmillante de vies et de destins. J’ai adoré suivre ces personnages, les voir grandir, vieillir. Jai aimé être témoin de leur désoeuvrement, de leur manque de repères. Le tableau n’est certes pas reluisant mais, à mon avis, il donne justement le pouls d’une génération.

J’ai tenté de lire Nous tombons d’Anna Platt. J’ai lâché le morceau à la moitié, plus ennuyée qu’emballée. Rebelote avec Létourdissement de Joël Egloff. Sur l’ordre de ma libraire, j’ai lu Formica: une tragédie en trois actes de Fabcaro. Ma première incursion dans son univers s’est soldée par un retentissant coup de cœur. C’est à la fois hilarant et malaisant. Je déguste encore à petites doses Mars de Fritz Zorn. Malgré quelques lourdeurs dans le ton, le côté lapidaire et sans pitié me plaît beaucoup.

Là, je vais retourner vider mes bibliothèques. Une trentaine de boîtes de livres, ça commence à faire beaucoup. Gageons qu’une fois que tout sera déménagé et installé, j’aurai des biceps d’enfer!

J’espère que tout se passe bien de ton côté et que nous aurons la chance de nous retrouver et d’échanger plus assidûment cet automne. Prends bien soin de toi dici là.

Vous pourriez aussi aimer

16 commentaires

  1. Il y a dans ton billet matière à m réjouir à plus d'un titre. D'abord, tu vas bien et ton silence n'est que la conséquence de choses positives. Car même l'excès de charge de travail est presque devenu un luxe de nos jours... Et un déménagement, ça occupe son petit monde, c'est clair.
    Ensuite, non seulement tu lis toujours (et ça aussi, c'est un bon signe), mais en plus tu partages deux de mes derniers "chouchous" en date, à sa voir N. Matthieu et Fabcaro.
    Je te souhaite donc un très bon été, chargé certes, mais serein et agréable. Bon déménagement et bonne installation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait, il est de bon ton de se réjouir. Il est vrai que je ne me plains pas de l'excès de travail; il y en a tant qui en manque... Je serais bien partante pour partager un brin de mes tâches, par contre!

      C'est toi qui m'a convaincu de lire le Matthieu et je t'en remercie grandement. Ça été une lecture en apnée comme je les aime. Une ambiance forte, envahissante et des personnages marquants.

      Pour le Fabcaro, je n'étais pas très enthousiaste par rapport au dessin. Ma libraire m'a dit de passer outre... J'ai bien fait de l'écouter. C'était jouissif. Je me suis retrouvée, hier, dans une situation digne de "Formica", avec meurtres d'enfants en moins. Je trépignais de joie et de soulagement, à la salle de bains, en sentant poindre un sujet de conversation à amener à la table. Ouf!

      Merci pour tes bons mots. Mon automne sera sans doute plus apaisant. Je compte bien trouver le temps d'aller te lire. Bon été à toi aussi. En espérant que tout se passe bien de ton côté...

      Supprimer
  2. Un bilan mensuel de ta part, même bref, ça fait toujours plaisir!
    J’ai lu Mars il y a deux ou trois ans et il m’a beaucoup marquée. Même si je n’adhère pas à la thèse de l’auteur qui rejette toute la faute de son état physique et mental sur ses parents et l’éducation qu’il a reçue, ses réflexions m’ont beaucoup rejointe. J’ai adoré son cynisme.
    Comme beaucoup de monde, j’ai découvert Fabcaro avec sa BD Zaï zaï zaï zaï. Trop drôle et intelligent !
    À l’est d’Eden m’attend dans ma bibliothèque.
    Bon courage avec ton dérangement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi, ce sont tes mots qui me font plaisir!

      Je patauge un peu dans "Mars". Le côté essai (plutôt que roman) m'a pris au dépourvu. Comme toi, j'adore le cynisme qui transpire de ces pages. C'est impitoyable. Pour la thèse, par contre, c'est plutôt réducteur. Je suis curieuse d'arriver jusqu'à la fin.

      C'était ma première rencontre avec Fabcaro. Maintenant, tu te doutes bien que je compte, moi aussi, lire "Zaï zaï zaï zaï"!

      Pour "À l'est d'Eden", je suis sans mots. Steinbeck et moi, ça colle fort!

      Supprimer
  3. Oh comme ça fait du bien de te lire ici. Et puis, comme The autist reading, je suis ravie parce que tu as beaucoup aimé les mêmes deux livres que moi aussi j'ai beaucoup aimés.
    Et je suis contente de pouvoir te parler parce que, grâce à toi j'ai eu des beaux moments de lecture depuis début juillet : Le blues de la Harpie de Meno (ouah ouh ! quelle claque !), Love Medicine de Erdrich (comme je n'y sentais bien dans ce roman), Aires de Malte dont je parlerai fin août sur mon blog, La route sauvage de Vlautin (j'ai adoré et j'ai même regardé le film mais il m'a bien moins plu que le livre) et je crois aussi que c'est toi qui m'avais convaincue de lire le Collette... (mais là je suis plus très sûre.
    Tout ça pour te dire que ton blog m'est indispensable, genre valeur sûre !
    Bon déménagement et bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes bons mots, Krol. Ça me fait chaud au coeur et me fait réaliser que mes passages ici et chez vous me manquent plus que je ne le pensais.

      Décidément, tu as pigé dans mes coups de coeur pour ton début juillet. Je suis ravie que, toi aussi, tu aies apprécié "Le blues de la Harpie" et "Love Medicine" (tu n'étais pas trop perdue, au début?). Sans parler du dernier roman de «mon» Willy (pas son meilleur, par contre).

      Je vais rester à l'affût de ton billet sur "Aires", dont on a bien peu parlé.

      Merci d'être là. Vraiment. Nos affinités littéraires me sont très précieuses.

      Supprimer
  4. Heureuse de te lire gentille dame. Je te souhaite que du beau et du bon à venir. À bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareillement pour toi. Que ton été soit à la hauteur (et pas trop trop chaud!). À très bientôt.

      Supprimer
  5. Un beau bilan tout de même ! Comme The Autist, je suis ravie de voir que le Mathieu t'a emballée, j'avais beaucoup aimé ce roman. Et ravie aussi de voir que tu lis Mars, que l'on voit très peu sur les blogs, une expérience de lecture singulière.. bonne continuation pour les boîtes et l'aménagement du nouveau nid !

    RépondreSupprimer
  6. Mes échappées livresques3 août 2020 à 03:16

    Ravie aussi de le lire de nouveau! :)
    J'ai lu de très bons retours et d'autres beaucoup moins sur le Goncourt, je pensais faire l'impasse mais ton ressenti pourrait me faire changer d'avis d'autant plus qu'il sort en poche ce mois-ci.
    En ce qui concerne Fabcaro j'avais adoré Et si l'amour c'était aimer mais je n'avais pas été emballée par Zaï Zaï Zaï Zaï, je tenterai d'emprunter Formica à ma biblio.
    Bon courage à toi pour ces prochaines semaines qui risquent d'être intensives et bonne installation!

    RépondreSupprimer
  7. Bon bilan ! J’ai lu au moins 4 livres de Fabcaro c’est trop drôle 😁 pour ceux que tu as lâchés en cours de route leurs noms ne me disent rien du tout. Je te rejoins sur le boulot. Cette année c’est non stop. Et remplacer collègues partis en vacances. Bref je lis mais vas voir mon bilan il est rikiki ! Bon courage pour ton autre projet. Hâte de venir tester le foyer !!!

    RépondreSupprimer
  8. Que voila de bonnes nouvelles !!! ça me réjouit pour toi !!
    (et toi, au moins, tu maintiens ton blog, même en "slow"...j'en suis arrivée à ne même plus commenter chez les copines !)

    RépondreSupprimer
  9. On dirait que je suis la seule à ne pas adhérer tant que ça à Fabcaro... un jour, je tomberai sur le bon album!

    RépondreSupprimer
  10. Un déménagement ? Chouette !
    Un nouveau nid à décorer, à remplir de livres !


    Je n'ai nu aucun des 4 livres que tu présentes, même si le Steinbeck me plairait à coup sûr.
    De mon côté, j'ai fait le plein de belles lectures !

    Beau mois d'août à toi, Madame Couette.

    RépondreSupprimer
  11. Heureuse que tu aimes Fabcaro. Il a un don pour l'humour corrosif. (Et en plus, il n'habite pas loin de chez moi!^^)

    RépondreSupprimer
  12. Bon courage pour tes cartons :)
    De tes lectures, j'ai eu un big coup de coeur pour A l'Est d'Eden par contre un gros flop pour les enfants après eux dans lequel je me suis royalement ennuyée !

    RépondreSupprimer

· visites ·