Rentrée littéraire québécoise · hiver 2019 · repérage

vendredi, janvier 11, 2019


Je ne sais pas si c’est moi qui fait la petite bouche, mais parmi le lot de parutions qui sortira au Québec cet hiver, seul cinq romans m’intéressent et, là-dessus, un seul roman québécois pur laine. La traduction du roman de Lee Maracle, que j’attends depuis plus d’un an, paraît enfin. Et ceux deux romans publiés aux précieuses éditions La Peuplade, dont un roman de la Finlandaise Tove Jansson, m’attendent. Ils seront aussi disponibles de lautre côté de l’océan cet hiver.


LE CHANT DE CORBEAU – LEE MARACLE – MÉMOIRE D’ENCRIER

L’épidémie de grippe asiatique des années 1950 atteint la Colombie-Britannique et ravage la communauté. Les Autochtones sont livrés à eux-mêmes et les médecins blancs négligent de les soigner. La jeune Stacey, sa mère et les autres femmes du clan du loup se serrent les coudes, enterrent leurs morts, à l’ombre de la prophétie de Corbeau: «Les grandes tempêtes façonnent la terre, font éclore la vie, débarrassent le monde de tout ce qui est vieux pour faire place au neuf. Les humains appellent ça des catastrophes. Ce sont juste des naissances.»




FAIR-PLAY – TOVE JANSSON – LA PEUPLADE

Jonna et Mari partagent leur vie entre leur appartement situé non loin du port de Helsinki, où leurs deux ateliers sont séparés par un grenier commun, et leur maison sur l’île, difficilement accessible lorsque le brouillard se lève. Partenaires bienveillantes et bavardes, les femmes peignent, écrivent, sculptent, filment, se retrouvent pour les pauses-cafés et cigarettes; elles se disputent, se soutiennent, philosophent à propos de tout et de rien. Au crépuscule de sa pratique, Tove Jansson conjugue dans Fair-play trois passions indissociables – le travail, l’amour et la liberté – et offre une profonde leçon de jeunesse, celle de toujours faire de sa vie une œuvre d’art.



AU BORD DE LA SANDA – GYRDIR ELIASSON – LA PEUPLADE

Un homme vit et peint dans ses caravanes tout près de la Sandá, une rivière glaciaire aux confins de l’Islande. L’été s’achève, les tableaux s’entassent dans l’atelier, les visites sont rares et les nuits, de plus en plus froides et tranquilles. Avec en tête la biographie de Chagall ou les lettres de Van Gogh, l’artiste arpente la forêt, s’oubliant dans le courant du temps passé, que viennent interrompre les apparitions irréelles de la femme à l’imperméable rouge. Une seule chose lui importe : peindre la vérité des arbres qui l’entourent. Dans une langue vêtue de paysages, sensible aux tensions secrètes du silence, Au bord de la Sandá suit l’itinéraire d’une réflexion qui choisit l’au-revoir, laissant derrière « des années de sable, dénudées et balayées par le vent, comme un désert desséché par un hiver sans pluie ».


TERMINAL GRAND NORD – ISABELLE LAFORTUNE – XYZ

Avril 2012. Les corps de Natasha et de sa sœur Gina, deux jeunes innues de la réserve Maliotenam, sont retrouvés aux abords d’un sentier de motoneige de Schefferville. L’inspecteur Émile Morin, dépêché sur place depuis Montréal par un gouvernement qui craint le scandale, a beau fouiller, personne ne se rappelle avoir croisé les deux jeunes filles venues de Maliotenam, quelques centaines de kilomètres plus au sud. Il devra avoir recours aux enseignements de son ami Giovanni «Johnny» Celani, qui a vécu quelques années en ville, pour apprendre à naviguer dans le climat de tension de cet ancien eldorado minier, où l’emploi se fait aujourd’hui plus rare que les batailles autour d’une machine à sous.


MADEMOISELLE SAMEDI SOIR – HEATHER O’NEILL – ALTO

Les jumeaux Nouschka et Nicolas Tremblay vivent avec leur grand-père dans un minuscule appartement du boulevard Saint-Laurent. Seule descendance du légendaire Étienne Tremblay, célèbre pour ses truculentes chansons sur la classe ouvrière et sa réputation de bon vivant, frère et soeur sont désespérément immoraux et d’un charme irrésistible. Élevés sous les projecteurs, les inséparables n’ont jamais pu se résoudre à céder à l’ordinaire. À la veille de leur vingtième anniversaire, leurs pulsions autodestructrices finissent par les rattraper quand Nouschka accepte le rôle de reine de beauté au défilé de la Saint-Jean-Baptiste. L’attention des médias se braque de nouveau sur eux pour exposer leurs failles. Bien que Nouschka tente de s’émanciper et de s’éloigner de sa famille, elle demeure une Tremblay et, lorsque le malheur frappe, c’est vers les siens qu’elle revient. Avec sa baguette magique, Heather O’Neill, marraine des esseulés et des amoureux transis, enchante le récit de cette famille éclatée qui se déchire pour mieux se recoller, et qui s’aime fort sous le ciel de Montréal.

Bref, un p’tit hiver pour moi. Ce qui me donnera plus de temps pour faire du Ski-Doo (dans ma tête)!

Vous pourriez aussi aimer

24 commentaires

  1. J'ai aussi spotté le O'Neill et les deux romans de la peuplade. Depuis mon voyage en Finlande, je suis super intéressée à ce qu'a fait Tove Jansson.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne nouvelle qu'Alto ait décidé de publier tout O'Neill. Et que dire de la parution de Tove Jansson chez La Peuplade. Un excellent choix!

      Supprimer
  2. ça va mettre trois siècles à arriver en France, non ? mais que c'est tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non! Pour une fois, ça sera plutôt rapide!

      Supprimer
    2. Je viens d'en voir sur le site de la FNAC, y a espoir !

      Supprimer
    3. Tu as tout à fait raison. La Peuplade est maintenant distribuée en France et c'est une excellent nouvelle pour vous!

      Supprimer
  3. Je vais lire assurément Au bord de la Sanda et Fair-play. Je ne connaissais pas Le chant de corbeau que j'ajoute à ma liste. Il me tente vraiment beaucoup!
    Terminal grand nord est déjà sur ma liste! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Peuplade... Difficile de passer à côté!
      "Le chant du corbeau"... Depuis le temps que je l'attends. Il devait paraître à l'automne et sa traduction a été repoussée. C'est Electra qui m'avait fortement tentée. Elle le lisait en anglais sur mon sofa lors de son dernier passage au Québec. Elle m'en glissait des bribes traduites et j'en bavais! Elle en a parlé sur son blogue:
      http://www.lanuitjemens.com/2018/04/06/ravensong-%E2%88%B4-lee-maracle/
      Par ailleurs, je pense que "Terminal Grand nord" sera une bien belle découverte.

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas Le chant de corbeau mais le pitch est très tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très tentant, de fait. Electra l'a lu en VO et en avait parlé sur son blogue. C'est à ce moment que j'ai su que je tenais mordicus à le lire.

      Supprimer
  5. Bon ben je les note tous, je ne te remercie pas (enfin si quand même !). Le Heather O'Neill me fait particulièrement envie mais je voudrais lire Hotel Lonely Hearts avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien quand même! Belle petite rentrée, non? Sans compter ceux qui ne sont pas encore annoncés!
      Hâte de savoir ce que tu penseras de "Hotel Lonely Hearts". À mon goût, O'Neill s'était surpassée avec "La ballade de Baby", traduit chez 10-18. J'espère qu'Alto envisage sa traduction...

      Supprimer
  6. zut alors ! une petite rentrée mais comme toi je vais vouloir me procurer Terminal Grand nord ! J'ai un livre de Tove dans ma PAL et j'ai failli m'en séparer, mais je l'ai gardé finalement... pour Lee Maracle, enfin ! du coup, en te lisant toute l'histoire m'est revenue ! je lis The Marrow Thieves que j'avais acheté avec toi à Montréal ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lee Maracle... ENFIN!
      Et... ça se passe comment, avec les ados de "The Marrow Thieves". J'espère tellement une traduction!
      Très intriguant, ce "Terminal Grand nord", non? Hâte de voir ça.

      Supprimer
  7. Je viens de craquer pour Les enfants de coeur, de H. O ´Neill, tu l’as lu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle prise. C'est le même roman, avec un autre titre! Oui, je l'ai lu.
      J'en avais parlé là:
      http://www.hopsouslacouette.com/2018/02/hotel-lonely-hearts-heather-oneill.html

      Supprimer
  8. Je ne savais pas qu'Heather O'Neill était canadienne ! j'ai repéré son dernier roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui! Elle habite même à Montréal! Son dernier roman m'avait laissée un peu sur ma fin, mais j'avais adoré son premier. Et celui qui paraîtra sous peu promet beaucoup!

      Supprimer
  9. Mais ça l'air bigrement intéressant tout ça !! ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains titres plus que d'autres, mais dans l'ensemble, oui! Ça s'annonce plutôt alléchant!

      Supprimer
  10. Une très belle sélection qui donne envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite sélection, mais substantielle!

      Disons que j'attends beaucoup de certains titres...

      Supprimer
  11. J'ai commencé le Tove Jansson (je t'avais dit que je le recevrai). Je suis un peu perplexe mais je me laisse entrainer, on verra ce que j'en penserai à la fin :-)

    Je ne sais pas si je tenterai le nouveau HEATHER O’NEILL... son précédent m'avait énervée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ben... je suis à peu près dans la même position que toi! Je n'ai pas accroché au texte de Jansson. Je ne me suis pas rendue à la fin. Je suis complètement restée sur le bas-côté.

      Pour le nouveau O'Neill, disons que je n'en ferais pas une priorité. Son précédent roman ne m'avais pas convaincu...

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·