Tocs ou tics?

vendredi, septembre 13, 2019


Tranche de vie. Il fut un temps où madame Couette était encore plus siphonnéqu’elle ne l’est présentement. Les tocs lui collaient à la peau, comme une sangsue de lac tenace.

Je t’épargne les détails pour entrer dans mon vif du sujet: les tocs et les livres.

À une époque, je recouvrais tous mes livres de papier glacé blanc. Ma bibliothèque ressemblait comme deux gouttes d’eau à ceci:


Au secours! Même si chaque livre était classé par ordre alphabétique, j’ai pas besoin de te dire que c’était pas pantoute pratique lorsque venait le temps de trouver un livre!

Ensuite sont venues les périodes: on classe par couleurs – on classe par grandeur (du plus petit au plus grand, évidemment)  on ne classe pu pantoute (un joyeux bordel hautement organisé, histoire de donner un style bohème à ma bibliothèque).

Elle est complètement frappée de la cafetière! C’est ça que tu te dis, hein?! Tu n’as pas tort. Heureusement, je me suis soignée avec le temps. J’ai fait un bon bout de chemin. S’il me reste quelques petits tocs – ou tics –, je vis plutôt bien avec (dans la mesure où on ne s’approche pas trop de mes bibliothèques)!

Mes livres sont «rangés droits». Il ne saurait y en avoir un plus avancé ou reculé que les autres. Ça peut devenir un vrai calvaire quand ma sauterelle vise mal en pitchant une balle à Marley et que cinq livres sont poussés au fond. Ou encore que quelqu’un de mal intentionné (oui, ça existe), qui connaît ma faiblesse, pousse quelques livres en passant. J’ai songé à avoir des bibliothèques vitrées avec VERROUS! Mais faut toujours ben pas charrier! Je me suis parlé, chicané et raisonné. L’envie est passée!

Pour te dire… je frémissais de malaise et devenais blême comme un drap blanc à chaque fois que ma sauterelle, toute petite, s’approchait de la bibliothèque jeunesse. Aujourd’hui, en plein cœur de l’adolescence (même du bas de ses douze ans), elle se tient loin des livres. C’est peut-être de ma faute… Faut aussi dire qu’elle a d’autres chats à fouetter...

Sinon, j’ai quelques petites injonctions personnelles, que je qualifie de tics plutôt que de tocs.
· Ne jamais casser la tranche des livres, quitte à pogner un torticolis carabiné en lisant.
· Ne jamais corner les pages d’un livre, même si ça finit par coûter cher en post-it!
· Ne jamais écrire, souligner ou surligner dans un livre.
· Ne jamais acheter de livres à la couverture rigide. Québec loisirs, sort de ma maison.

Étonnamment, je dis bienvenue aux signes d’usure ou de vieillissement. Je n’ai aucun problème avec les pages marquées par des taches de café, des gouttes d’eau ou un maringouin écrasé. J’ai prêté des livres qui sont allés sur les plages cubaines et sont revenus avec quelques grains de sable. J’ai des livres dont les coins ont été grugés par ma saucisse à quatre pattes. Souvenirs, souvenirs !

Finalement, je pense que je ne m’en sors pas trop mal, compte tenu du chemin parcouru.

Et toi, es-tu ou as-tu déjà été aussi toqué que moi? On est entre nous, là. Raconte-moi tout!

Vous pourriez aussi aimer

30 commentaires

  1. Ah, ah, oui, moi aussi j'ai eu une période où je couvrais mes livres, mais avec un film transparent, ce qui est plus pratique pour lire les titres! Mes livres sont classés par éditeur - c'est un casse-tête avec les auteurs transfuges, mais enfin je m'en sors. Comme toi, je déteste les livres à couverture rigide et les livres aux tranches cassées. En revanche, je n'hésite pas à surligner ce qui me plaît et prendre des notes à même les pages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR De fait, le film transparent était une bonne protection et c'était surtout plus pratique!

      Le pire, c'est que je n'aurais aucun mal à prendre des notes à même la page si j'aimais ma calligraphie. Je me souviens avoir déjà acheté, en bouquinerie, "Extension du domaine de la lutte" de Houellebecq précisément parce qu'il y avait des annotations bien écrites dans les marges! Ça devenait une oeuvre d'art!

      Supprimer
  2. La bibliothèque toute blanche, non ! mais tu t'es bien soignée depuis ma chère Marie-Claude :) J'aime que mes livres soient tous sur le même rang aussi mais ils ne sont pas forcément droits car ils tombent. Sinon, je fais aussi les deux rangées l'une devant l'autre, et toi? Pas par manque de place, mais plutôt ceux que j'aime "moins" sont derrière. Il y en a qui ne supporte pas les deux rangées.

    Par contre j'aime les couvertures impeccables, aucune griffe, aucun pli, aucune tâche!! Quand j'emporte un livre dans mon sac je me le mets dans un sac à part. Quand j'achète un nouveau livre, je prends d'office celui au milieu de la pile car il n'a pas été manipulé! Quand les couvertures reçoivent un petit coup malgré tout lors d'un transport, je suis vraiment dégoûtée mais je m'y fais ... pas le choix! On a tous des tocs au final !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis bien soignée, oui! C'était très bizarre, cette envie. Et je ne te parle pas du résultat. (et je te parle encore moins de mes boîtes de conserves, qui étaient dépouillés de leur étiquette. C'était bien beau, dans le garde-manger, ces boîtes toutes identiques, en aluminium... Mais lorsque venait le temps de trouver le maïs... je me suis souvent retrouvée à manger des petits pois!)

      Les deux rangées? Impossible pour moi. Electra le fait, elle. Je ne trouve pas ça gentil pour ceux qui se retrouvent derrière. Comme s'ils avaient moins de valeur. Ceux-là, moi, je les vire!

      Les couvertures impeccables? Je fais pareil. Prendre celui au milieu de la pile aussi. Mais lorsqu'il n'y a qu'un seul exemplaire et qu'un coin est fripé? Tu le prends ou non?

      Supprimer
    2. Justement, les livres qui sont dans la rangée arrière ne sont pas mes "chouchous", mais dans ce cas comme tu dis, pourquoi les garder? ça me ferait encore un bien beau tri :-) je vais cogiter ça.... Mais dans mon souvenir, il y a le Manoukian dans le tas ^^

      Argh, si c'est une urgence absolue que je veux tout de suite, je le prends mais sinon je regarde ailleurs s'il n'y est pas en parfait état :-o Au prix où ils coûtent en plus!

      Supprimer
  3. Mes échappées livresques13 septembre 2019 à 03:32

    Comme toi, je ne m'imagine pas écrire dans un livre ou corner des pages, par contre il m'arrive de casser des tranches ;) Côté rangement, je fais surtout en fonction de la place que j'ai, je suis déjà ravie quand j'arrive à faire des rangées uniques sur mes étagères car sinon pas le choix j'empile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les empilements. Mais droit!

      Je rêve d'arriver un jour à casser les tranches. Le confort de lecture devient alors à son maximum. Il arrive que je commande un livre épuisé et qu'il arrive avec la tranche cassée. Je le garde, évidemment. Comme ce n'est pas moi qui ait posé le geste assassin, ça me va! Et là, je peux lire en mangeant, le livre bien à plat sur la table, qui se tient tout seul. C'est jouissif! La première fois que je casserai volontairement la trancher d'un 500 pages, je penserai à toi!

      Supprimer
  4. Finalement, tu es bien plus normale que tu ne le penses... si tu te compares à moi, bien sûr !! :D
    J'ai été jusqu'à racheter un roman que je venais de lire juste parce qu'un coup de vent a fait s'envoler le bandeau, qui est tombé ensuite entre le quai et la rame de métro (oui, je sais...)
    Il a été une période où je recouvrais tous mes livres d'un film plastique transparent autocollant ! Je te raconte pas le budget (et en plus il fallait faire gaffe aux bulles sournoises qui pouvaient se former).
    Depuis que je consomme beaucoup d'ebooks, ma bibliothèque ne ressemble plus à grand chose, en ce sens où on la croirait figée dans le temps, même si elle voit de temps en temps quelques parcimonieuses entrées.
    Mais, j'avoue, j'ai encore dans ma bibliothèque quelques livres auxquels je tiens particulièrement qui se retrouvent recouverts d'un papier calque. Non seulement ça protège des marques de doigts mais ça atténue un peu les méfaits de la lumière. Parce qu'un reading nook sous verrière c'est bien agréable, mais c'est aussi la mort du livre, il faut bien l'avouer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal, pas normal... Ces mots sont bien relatifs! On sera toujours l'anormal de quelqu'un (et c'est bien tant mieux ainsi! Sinon, ce sera trop ennuyant, non?!)

      Ah! Tu es un fétichiste du bandeau? C'est la première fois que je l'entends, celle-là. Au point de racheté un livre? C'est fort. Moi, j'aurai subtilement volé le bandeau! Tu vois jusqu'où mon manque de moral peut aller!
      Heureusement pour moi, je suis plutôt anti-bandeau. En fait, je suis contente quand il y en a un, parce que je m'en sers comme signet.

      J'avais tenté le coup avec le film plastique transparent autocollant. Mais les fichues bulles... J'ai racheté deux romans parce que les bulles ne disparaissaient pas. J'ai compris que ça me coûterait beaucoup trop cher, cette technique.

      Le ebook aurait dans mon cas réglé bien des problèmes. Mais il n'existait pas à l'époque!

      Et, dis-moi, tu es entouré d'environ combien de livres, aujourd'hui?

      Supprimer
    2. C'est une sacrée colle que tu me poses là. Honnêtement, je ne me suis jamais amusé à compter. Plusieurs centaines sûrement, sans compter tous les ebooks que renferme ma liseuse.
      Mais il suffit de peu de livres à proximité pour que je me sente à mon aise. C'est pour cela que j'en ai toujours une petite dizaine tout près de moi, sur ma table de chevet... au cas où :)

      Supprimer
    3. Plusieurs centaines? Quand même... tu es magnifiquement bien entouré!

      Supprimer
  5. Je ris toute seule en te lisant !! J'en compte quelques uns comme les tiens !! Il y a 30 ans,, je couvrais mes livres de papier kraft, avec le titre écrit sur un petit bandeau blanc collé sur la tranche...ensuite je les couvrais de plastique transparent comme mes livres de classe...
    et puis, comme toi, j'aime bien quand c'est aligné, et si je ne les range pas par couleurs ou par taille, je les range par maison d'édition...j'enlève les bandeaux que je garde dans une pochette...
    Je n'écris jamais dessus, mais par contre je corne mes pages (pas les livres qu'on me prête) : j'ai beau collectionner les marque-page, je ne m'en sers presque jamais !
    Je n'achète jamais le livre sur le dessus de la pile, je veux un exemplaire bien neuf même si après, il arrive qu'il prenne "des coups" (en vrac dans mon sac, etc..). Par contre, si moi j'ai le droit de l'abimer, je déteste quand j'ai prêté un livre et que je le récupère abimé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me trouves drôle?

      Finalement, c'était plus pratique que des recouvrements blancs. Je n'arrivais pas à trouver, à l'époque, de papier kraft. Mais j'aurais adoré. un joli petit bandeau collé sur la tranche, avec une jolie calligraphie. Oh! Ça aurait été magnifique!!! Une maudite chance que cette période est passée. Une belle économie de temps, surtout!

      Finalement, on a plusieurs tics (plutôt que tocs) en commun! Sauf le cornage.

      Dis-moi, pourquoi conserver les bandeaux dans une pochette?

      Supprimer
  6. Pas de tocs particuliers en ce qui me concerne, je me contente d'un classement par ordre alphabétique et me contrefiche de voir le bazar dans ma bibliothèque. La laisser trop propre ou trop bien rangée lui enlèverait beaucoup de charme je trouve. Il sera bien temps quand je ne serai plus là et qu'elle prendra la poussière parce que personne n'y touchera plus ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un côté sain, sans prises de tête. Tout à ton image.

      Supprimer
  7. Toc ou tic, du moment que ça te va et que ça ne te rend pas malade! (N'est-ce pas?!)

    Recouvrir ses livres de papier blanc! Mais quelle idée saugrenue! Ca faisait un peu hôpital non?


    Ma biblio est un vrai bazar et ça ne plait pas à mon cher et tendre qui aurait quelques tics/tocs de ce côté-là. Mais moi j'aime ce foutraque! (Mais ce n'est pas pratique quand quelqu'un me demande un avis sur un livre et que je veux lui montrer...)
    Je ne sais pas si c'est un toc/tic mais je ne "supporte" pas continuer un livre un lundi... le lundi il me faut quelque chose de neuf! Alors le dimanche, je mets un point d'honneur à terminer le/les livre/s en cours :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, miss, ça ne me rend (plus) malade!

      Le papier blanc faisait plutôt revue déco chic. Reste que ça manquait terriblement de vie. Même les murs d'hôpitaux sont plus colorés.

      Je suis pour un joyeux bordel. J'y aspire, d'ailleurs. Mais il te faudrait une meilleure mémoire visuelle pour retrouver le livre que tu veux montrer, non?

      C'est la première fois que je l'entends, celle-là: terminer un livre le dimanche pour pouvoir en commencer un nouveau le lundi. Ça me plait beaucoup comme idée d'entamer une nouvelle semaine accompagné d'un nouveau livre. Et les pavés? Que fais-tu des pavés? Tu prends congé pour les lire, tu attends les vacances, ou tu manques ton arrêt de train pour aller plus loin?

      Supprimer
    2. Je ne savais pas ça tu commençais d'office un livre le lundi Fanny :)

      Supprimer
    3. Pour les pavés... je fais parfois des exceptions mais j'évite de les prendre (c'est lourd!) Mais je divise le nombre de pages à lire sur la semaine (non, non, je ne suis pas folle...)
      Quand ce sont de gros pavés j'essaie de lire 100 pages au moins par jour, histoire de ne pas le trainer trop longtemps.
      (Ca marche, sauf que je m'endors dans le train ;-) )

      Supprimer
    4. Je m'empresse de terminer ma lecture en cours pour dimanche! Tu déteins sur moi, on dirait bien!

      Supprimer
  8. Hey!
    Heureusement que tu t es soignée Marie! Car une biblio tte blanche, beurk :) ( pas vivant quoi!). Moi aussi je les classe par continents, puis maison d edition. Et j adore les livres d occasion, donc il y a du bric et du broc . Mais j aime ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beurk, tu l'as dit! Heureusement, cette passade n'a pas duré très très longtemps.

      J'aspire à un peu plus de bric et de broc dans ma bibliothèque. J'y viens!

      Supprimer
  9. jamais été "toquée" concernant mes livres mais effectivement, je ne supporte pas qu'on les corne, qu'on écrive dedans, qu'on casse les tranches, qu'on les stabilote... et quand j'achète un livre d'occasion, j'aime qu'il soit impeccable. recouvrir les livres, non ça me rappellerait trop les livres scolaires :D d'ailleurs j'ai du mal avec les couvertures Zulma (même si je les trouve très belles) parce qu'elles me font penser aux protège-livres ou protège-cahiers de mon enfance :D

    ps : Quebec Loisirs, ça existe? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es tout à fait normal, avec des tics bien équilibrés!

      Vous aviez de beaux protège-livres - protège-cahiers! Ici, c'était terne ou transparent...

      Eh oui, Quebec Loisirs existe (le petit cousin de France Loisirs, en fait!)

      Supprimer
  10. j'arrive un peu tard mais vu que je connais tes tics et tocs ... bon moi je range par maison d'édition et les Poche ont leur propre bibliothèque. Au début j'achetais des livres vraiment abîmés mais plus aujourd'hui .. par contre, tu l'as vu quand on est allé voir la librairie de l'université, j'ai trouvé un livre gratuit annoté et ça ne me dérange pas !
    Je voudrais aussi pouvoir souligner / annoter / écrire mais je bloque ! j'aime pas mon écriture et j'ai peur de regretter .. c'est bête !
    je n'abîme jamais la tranche et je repose un livre à la bibliothèque si sa tranche est abîmée et je ne corne pas les pages non plus ! si je n'ai pas de marque pages/aucun papier, je retiens juste le numéro de page ça suffit !

    voilà
    ps : "Electra le fait, elle. Je ne trouve pas ça gentil pour ceux qui se retrouvent derrière. Comme s'ils avaient moins de valeur. Ceux-là, moi, je les vire!"
    non mais ! ceux derrière sont ceux déjà lus patate ! et que j'aime et que je garde donc et ainsi ils sont protégés de la lumière ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étonnamment, comme toi, j'aimerais arriver à annoter / écrire, mais je bloque, parce que moi aussi, je n'aime pas mon écriture. Je me connais, je pourrais mettre le roman annoté au recyclage et filer en librairie pour l'acheter de nouveau!

      Tu es aussi tiquée que moi, finalement! (j'ai bien dit «tiquée», et non «toquée»!) Sinon, ta mémoire visuelle est phénoménale et inégalable. La chance...

      Je comprends l'idée de les cacher... Mais entre les avoir sous les yeux, ces livres adorés, et les protéger de la lumière, mon coeur balance!

      Supprimer
  11. Noooon, tous tes livres en blanc ?!! C'est en effet mais bizarre... mais d'une originalité réjouissante ! Quand j'étais au lycée, je recouvrais les livres que j'aimais par-dessus tout (beaucoup de poésie, Baudelaire, Verlaine..) de bandes de scotch (je devais être trop pauvre pour m'acheter du papier transparent adhésif...)... sinon, je n'ai pas de réel toc concernant le rangement de mes livres (l'achat compulsif me suffit !). Ils sont classés comme dans la librairie où je me rends le plus souvent, surtout pour des questions d'ailleurs (notamment de place) : les poches d'un côté, les grands formats de l'autre, classés par "langues" et géographies (francophones, anglo saxons, etc...), les polars et la SF à part...
    Et je ne corne que les poches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Originalité, certes; réjouissant? Sûrement pas. Plutôt déprimant, en fait!

      Si les bandes de scotch avaient été disponibles par ici, il est fort à parier que j'aurais succombé!

      J'ai aussi adopté le classement géographique. Les polars, la litt. jeunesse et les romans graphiques sont rangés ailleurs.

      J'ai bien failli m'étouffer avec ma gorgée de café en lisant que tu ne cornais que les poches! Ton défaut est coupé en deux!

      Supprimer
  12. Moi non plus je ne peux ni casser la tranche d'un livre, ni corner, ni écrire dedans, ni surligner.

    J'ai beaucoup de mal à faire deux rangées sur mes étagères, limite je m'excuse auprès des bouquins "relégués" derrière. Avant je gardais tout. J'ai eu un appart où j'avais mis des étagères en hauteur, genre au-dessus des portes dans tout mon couloir. Mais aujourd'hui je préfère faire du tri. Sauf pour mes irlandais, où là j'ai viré à la collec' depuis des années, je les veux tous et j'assume (haha), je garde même ceux que je n'ai pas aimés. Eux ils sont dans ma chambre, les autres bibliothèques sont dans le séjour et l'entrée. Mais je limite le nombre ; d'où la problématique des doubles rangées.

    Je ne les range ni par maisons d'édition, ni par ordre alphabétique. Je n'aime pas l'uniforme. Mais il y a quand même un ordre. Par continents, et pays. Et dedans, par affinités, je dirais. C'est subjectif, mais j'ai besoin que chacun soit bien entouré. Pas d'ordre, donc, mais de l'harmonie. Je sais donc direct quand quelqu'un a touché à mes livres. Pas trop que ça me bouleverse (avec deux enfants, deux chats et un chien, heureusement, d'ailleurs, sinon je ne ferais pas de vieux os) ; juste, je les remets comme il convient, namého !

    Et puis par genre aussi, bien sûr. j'ai un coin pour la littérature jeunesse, des étagères pour la science-fiction et la fantasy, mes cases Bds et romans graphiques, etc.

    Par contre, je n'ai pas comme d'autres un endroit avec toute ma PAL. Certains sont rangés à la place qu'ils auront quand ils seront lus, d'autres sont effectivement empilés en attente de lecture. C'est selon.

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Outre l'endroit avec toute ma PAL, nos «manies» autour des livres se ressemblent beaucoup.
      Toi, la littérature irlandaise, moi la littérature américaine!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·