J'entends des regards que vous croyez muets · Arnaud Cathrine

mercredi, octobre 30, 2019


En lisant tes billets, je me dis souvent: «Mmmmm, ça a l’air pas mal, ça. Il me tente bien, ce roman.» Je note son titre pour un autre tantôt. Et il y a ces billets tentateurs, de ceux qui poussent directement à l’achat. Ma première incursion dans l’univers d’Arnaud Cathrine, je la dois à Autist Reading. À la lecture de son billet, je me suis dit: «Celui-là, je dois le lire drette-là.» J’ai bien fait! Imaginer la vie des inconnus qui m’entourent est l’un de mes sports préférés. Imaginer ce qui fourmille sous la carapace, ce qui se dérobe aux premiers abords...

Je passe mon temps à voler des gens. Dans le métro, dans la rue, au café, sur la plage: une obscure raison (que je traque avec succès, tantôt vainement), mon regard s'arrime à une femme, un homme, un adolescent, une enfant, un groupe, un couple… J'ai toujours un carnet et un stylo sur moi. Je tente de les deviner, aucun ne doit me rester étranger, je veux les garder, je finis par les inventer, ce que je nomme voler.

En 65 microfictions, Arnaud Cathrine observe, vole, décortique au gré de ses pensées nomades, créant un saisissant tableau. Il ny a pas dhistoire ici, plutôt un collage d’histoires où il entremêle des vies inventées et des lambeaux de sa propre vie. J’ai aimé le suivre dans ses déambulations, découvrir ces vies qu’il prête aux inconnus qu’il frôle, des vies passées au tamis de son humeur. Parmi les auteures qui l’ont poussé au vol figurent Annie Ernaux, Véronique Ovaldé, Chantal Thomas.

Sur le trottoir, à la plage, dans le métro, à la terrasse d’un café ou dans un restaurant bio, dans le couloir d’un immeuble, au supermarché, Arnaud Cathrine capture des bribes de vie, arrache des instants au temps. C’est la femme dans le métro, lisant Le mythe de la virilité. C’est le voisin qui va prendre son café au McDo du bout de la ville. C’est la caissière moustachue du supermarché. Le portrait d’ensemble est plutôt désespérant, comme peut l’être la vie. La solitude est partout.

Ma voisine de train: qu’a-t-elle perdu d’aussi déchirant? À quoi s’accroche-t-elle pour être capable d’affronter pareille humiliation en public? Ses manches défraîchies ont forcément une histoire, elles portent l’empreinte d’une obscure dégringolade qu’elle souhaiterait tenir à l’abri des regards, expliquant peut-être la présomption dans les yeux; elle ne se défend probablement que d’une chose: le risque de ne pas faire illusion. Même pas de quoi se payer un Paris-Deauville. Inutile d’insister : elle ne vous laissera pas entrer, son histoire vous sera à jamais refusée. Elle n’a plus que sa fierté, incessamment mise à l’épreuve. Il ne reste plus rien de sa splendeur d’antan, elle survit dans le déni de sa disparition, dans un mime pathétique, au moyen de quelques bijoux en toc, un parfum bon marché et entêtant, un chemisier élimé à la manche.

Je n’accorde jamais d’importance aux titres. Mais celui-là, je le trouve particulièrement beau.

P. S. (Coudonc, la littérature française me sied plutôt bien, ces temps-ci!)

J’entends des regards que vous croyez muets, Arnaud Cathrine, Verticales, 192 pages, 2019.

Vous pourriez aussi aimer

23 commentaires

  1. Encore de la littérature française !... Bientôt, tu vas en lire plus que moi... Je n'ai jamais lu cet auteur. Je suis d'accord, le titre est très beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Morte de rire. Oui, encore de la littérature française. Ça m'étonne moi-même! Il faut dire que tout le bon que je lis ces temps-ci m'encourage à creuser davantage dans cette voie!

      Supprimer
  2. Je l'ai noté aussi suite au billet de The Autist Reading. J'aime beaucoup Arnaud Cathrine, il a une plume sensible et élégante, je trouve. Il ne m'a jamais déçue (j'ai lu et recommande L'invention du père, Le journal intime de Benjamin Lorca, et La route de Midland, variation réussie de Tandis que j'agonise de Faulkner...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est après avoir lu un de tes commentaires chez Autist Reading que j'ai commandé dans le même mood "La route de Midland". Surtout qu'il s'agit, comme tu me l'as appris, d'une variation d'un de mes romans préférés. J'ai comme l'impression qu'avec Cathrine, ça va faire comme avec Dubois. Tu comprends?!

      Supprimer
  3. ah je l'avais bien dit à Fanny.. on t'a définitivement perdue ! Va rejoindre Delphine... LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahahaha! Mais non elle va revenir à ses premières amours, littérature québécoise et américaine!

      Supprimer
    2. Je m'écarte un peu, j'élargis mes horizons. (Le monde est si vaste!) Mais je reviens toujours à mes premiers amours!

      Supprimer
  4. Ce livre m'avait déjà fait de l'oeil chez Moka, le titre étant profondément poétique. Le fait que tu l'aies aimé me donne envie de m'y plonger aussi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur dont j'ai vraiment apprécié tant l'univers que le style. Si ce n'est déjà fait, je te recommande chaudement cette rencontre.

      Supprimer
  5. Je suis bien d'accord : quel joli titte. J'avoue l'avoir vu passer quelques fois sur Instagram, mais jusqu'ici, je n'avais jamais pris le temps de me pencher sur le contenu. C'est chose faite avec ton billet, et cela change tout le sens premier que j'avais donné au titre !

    Ce que tu en dis donne envie de s'y plonger !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si mon modeste billet a su te donner envie!

      Il m'est arrivée dernièrement la même chose avec "Feel good" de Thomas Gunzig. Je l'ai vu passer ici et là sans m'arrêter. Je m'étais fait une mauvaise impression du bouquin, surtout à cause du titre. Et puis, un billet a retenu mon attention et je l'ai commandé. Je l'attends maintenant avec impatience. On verra bien!

      Supprimer
  6. ça n'est pas un auteur vers lequel je serais allée...à voir ! je le retrouve souvent dans ma librairie, il faudra peut-être que je m'y attarde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut le détour en tout cas. Je ne m'attendais pas à une telle profondeur et à un tel souffle. Je compte bien récidiver. J'espère, pour ta part, que tu iras à sa rencontre.

      Supprimer
  7. Mes échappées livresques3 novembre 2019 à 22:50

    Très tentant tout ça! De cet auteur j'ai lu les 2 premiers opus de ses romans jeunesse A la place du cœur qui sont vraiment excellents (je te les recommande d'ailleurs), très envie de le découvrir côté adulte maintenant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et maintenant, tu me donnes envie de le découvrir côté jeunesse! J'avais vu passer ses romans jeunesse, mais sans y porter trop d'attention. Je vais rectifier le tir!

      Supprimer
  8. En ce jour de Goncourt où "ton" Dubois se fait couronner, je découvre que tu aurais un 2e auteur chouchou. Chouette alors ! Je suis heureux que la plume sensible et juste d'A. Cathrine t'aie renversé à ton tour.
    Comme un prolongement de ces portraits croqués sur le vif, je ne peux que te conseiller son dernier livre/projet : Andrew est plus beau que toi, que j'ai trouvé fabuleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors oui, je suis renversée. Et j'ai fait deux adeptes en prêtant mon exemplaire. Deux chouchous français la même année. Le caribou est tombé sur la tête?!

      Merci à toi, d'ailleurs, de m'avoir donné envie de découvrir Cathrine. Ce n'était pas gagné et vois le résultat! J'attends l'arrivée d'"Andrew est plus beau que toi", j'ai sous la main "La Route de Midland" et "Sweet Home". Rien que ça! Je convoite aussi sa série jeunesse. Quand j'aime, je n'y vais pas de main morte!

      Supprimer
    2. J'ai lu le 1er tome de sa série jeunesse "A la place du cœur". Tu devrais aimer aussi :)
      En route pour une "totale Cathrine !!!

      Supprimer
    3. C'est noté, alors. Oui, en route pour la totale!

      Supprimer
  9. La micro fiction ça me plait beaucoup en général donc je vais dire banco !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout si tu n'as encore jamais lu Arnaud Cathrine. Je sens que ça pourrait fortement te plaire...

      Supprimer
  10. J'aime quand tu aimes ce que j'aime :-D
    Faudrait que j'en parle d'ailleurs de celui là, il m'a beaucoup plu !

    RépondreSupprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·