Un roman léger, quésaco?

mardi, octobre 08, 2019


Toi qui viens souvent ici, tu commences à pas mal bien me connaître. Tu sais que je me pose souvent des questions et que ce que tu penses m’intéresse.

Il n’est pas rare d’entendre ou de lire, ici et là: «Ces temps-ci, j’au besoin d’un roman léger.», ou encore que pendant les vacances, on lit léger.

Et c’est là que mes questions déboulent! Prêt?

· Qu’entend-on par roman léger?

· De quoi est-il constitué?

· Quelles émotions suscite-t-il?

· Est-ce que «roman léger» s’oppose nécessairement à «roman lourd»?

· Pourquoi avoir envie de lire un roman léger?

· Un roman feel good est-il un roman léger?

· Aux yeux de plusieurs, les romans légers ont mauvaise réputation? Comment ça se fait?

Il me semble qu’il y a autant de romans légers qu’il y a de lecteurs pour les définir. Je me trompe ?

Peux-tu mettre les points sur mes i et les barres sur mes T et éclairer ma lanterne en me disant ce que toi, tu en penses? C’est quoi, pour toi, un roman léger? Des exemples seraient bienvenus!

Vous pourriez aussi aimer

14 commentaires

  1. Écoute je ne sais pas mais une chose est sûre, en vacances, quand j'ai le temps, je lis des polars ce que je ne fais jamais en temps normal. Et des pavés. Et tout ça n'est finalement pas si léger que ça, voire pas du tout. Si par "roman léger" on entend roman "pas prise de tête", je crois qu'on a tous nos propres définitions à donner. Moi je veux bien du light mais je suis exigeante sur la qualité de l'écriture, il faut que ça m'embarque, que ça me fasse vibrer, que ça me bouscule, que ça me pousse dans mes retranchements. Et en même temps j'aime bien me marrer quand je lis ce qui arrive finalement très souvent. Donc, pour résumer (vu que je réfléchis en même temps que j'écris ^^) je dirais que pour moi un roman léger c'est un roman qui me fait rire, vraiment.
    Curieuse de lire les avis des uns et des autres sur cette question tiens :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les pavés, je fais pareil, ils sont réservés aux vacances.
      «Polar» égal «sans prise de tête», peut-être, mais légèreté? Laisse-moi en douter!

      Je tends à partager ton avis : un roman qui me fait rire = roman léger. Ce qui n'exclut en rien la qualité. J'aime la légèreté profonde et intelligente. Je pense, par exemple, à "Petits suicides entre amis" de Arto Paasilinna. Sujet lourd, mais traité de façon hilarante et cocasse, le tout porté par un style fort. On sort de la lecture d'un roman léger ragaillardi.

      Supprimer
  2. Pour moi, un roman léger ne va pas traiter en profondeur un sujet grave, ou de société; ou bien faire appel à notre intériorité - mais ça ne l'empêche pas de montrer ici et là des réalités perturbantes. Par exemple, je qualifierais de roman léger le dernier livre que j'ai lu: Secret de Polichinelle. C'est un roman policier qui casse les codes du genre, car le détective parle de lui au féminin, et emploie des termes assez fleuris, ce qui d'emblée déroute. J'ai passé un excellent moment avec lui, je ne me suis pas ennuyée un seul instant, mais ce n'est certes pas un livre qui va me faire plonger dans des réflexions au-delà de son propos. (C'est pourquoi je ne lui ai attribué que 3 cœurs!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton billet sur ce "Secret de Polichinelle", livre qui me tente bien, par ailleurs.

      Je vois ce que tu veux dire par roman léger. En somme, plus divertissant que bouleversant. Ça correspond bien à l'idée que je m'en fais.

      Supprimer
  3. amusant, car j'ai rédigé un article très proche du tien et je me suis fait plaisir en lisant un roman léger ... je comptais le publier aujourd'hui mais ma mère a le satané roman ! je parle souvent de lecture "facile" pour ma part .. j'en lis peu en fait mais quand j'enchaîne deux ou trois romans "lourds" mon cerveau apprécie mais généralement je prends une BD ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roman léger = lecture facile. Ok! Mais... des exemples, stp?

      Supprimer
  4. Je pense qu'il y a autant de romans légers que de lecteurs ! Pour moi, ça serait, lire un truc pas prise de tête et qui m'amuse. Par exemple, les romans de Didier Van Cauwelaert remplissent cet office. Je ne peux pas qualifier de léger les polars, je n'en lis quasiment pas, ils m'agacent, et pourtant ils pourraient aussi être dits "légers". Un roman feel good pourrait aussi en être un je pense. Il y a des romans plus denses que d'autres, qu'on ne lit pas à n'importe quel moment parce qu'on sait qu'ils seront exigeants. Moi, l'été je préfère les romans bien denses, parce que j'ai le temps... je ne risque pas de m'endormir dessus à cause de la fatigue dû au travail.
    Mais je suis comme Noukette, je n'aime pas les livres mal écrits ou à l'écriture approximative, j'aime le léger de qualité !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, je ne suis pas tant dans le champs en pensant qu'il y a autant de romans légers que de lecteurs.

      Je vois pour Didier Van Cauwelaert. Jamais lu, mais je me doute... John Irving, par exemple, pourrait aussi entrer dans cette catégorie?

      Le léger de qualité? On se rejoint là.

      Supprimer
  5. Chacun à sa définition ! Pour moi, un roman léger, c'est un roman facile à lire (des phrases courtes ou simples), quelque chose qui fait rire ou voyager, avec lequel on peut oublier le quotidien. Dans cette catégorie, je mettrais les romans de Gilles Legardinier par exemple ou encore Aurélie Valognes ou Marc Lévy. En fait, ce qui se vend le plus en librairie ou qui sort le plus en bibliothèque !! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, selon ta définition, un roman divertissant, au style simple? Tu n'as pas tort de dire que ce sont les romans les plus populaires, ceux qui se vendent comme des petits pains chauds.

      Supprimer
  6. Pour moi, en fait de livre "léger", je recherche plutôt - quand j'en ai besoin - une lecture qui m'allège. Qui m'allège le cerveau ou les tensions, ou encore le moral tombé dans mes chaussettes.
    Du coup, ça dépend. J'ai besoin d'humour, d'intelligence, de personnages attachants, ou bien de retrouver un auteur chouchou, ou encore de partir loin, ailleurs, à une autre époque, ou en jeunesse, ou carrément en SF / fantasy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ce besoin d'allègement. Je préfère, d'ailleurs, à l'étiquette «roman léger» qui, au final, est plutôt fourre-tout.

      Supprimer
  7. Je rejoints totalement Hélène ! Les romans feel good c'est non pour moi mais j'ai besoin d'un roman léger pour me vider la tête de temps en temps, après une lecture plus forte, quand j'ai une panne de lecture,... souvent pour moi les lectures légères sont faciles et rapides à lire. Ce qui ne veut pas dire que le sujet est nécessairement léger. De mémoire, je pourrais citer les romans de Susin Nielsen par exemple, ou de Rachel Corenblit (toutes deux en jeunesse ceci dit). Je dirais aussi Ma reine, de Jean-Baptiste Andrea, même si le sujet n'est pas léger. Ah oui et les romans de Marie-Sabine Roger que j'adore !

    En résumé, je trouve la légèreté dans le ton et le style surtout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense comme toi: je ne suis pas bon public pour un romans feel good. La légèreté vient du ton et du style. Susin Nielsen est un très bon exemple et je plussoie!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·