Plein Nord · L'ange sur le toit · Histoire de réussir

dimanche, mai 17, 2020


Je poursuis mon désembourbement côté rédaction de billets. Me v’la la tête presque sortie de l’eau.


PLEIN NORD · WILLY VAUTIN

J’ai tardé à le lire, ce roman, pour la simple et bonne raison que c’était mon dernier en banque. Je n’ai plus aucun roman de Willy Vlautin à lire. Je savais dans quoi je m’embarquais. Avec Willy, comme avec David Vann dans un tout autre ordre, je suis en terrain connu.

L’histoire est sans réelle surprise: une pauvre fille de Las Vegas, accoquinée avec un mauvais garçon, tombe enceinte et décide de fuir à Reno pour se refaire une vie. 

Tu vois, c’est sans surprise. Mais je peux te garantir qu’avec Willy, les surprises ou l’originalité n’ont aucune importance. Ce n’est pas ça qui compte. Ça se passe à un tout autre niveau. Willy, il triture ton cœur, te donne envie de chialer, appuie là où c’est sensible. Avec des mots justes, simples, il donne vie à des personnages qui passent leur temps à essayer de ne pas se noyer. Malgré la dureté des mots, un optimisme éclabousse ces pages. Une main tendue, un brin de gentillesse et de bienveillance viennent faire la différence.

Je me suis tellement attachée à Allison et à sa passion pour Paul Newman. Un beau brin de personnage, à la fois vulnérable et forte. Allison fait des rencontres marquantes, de celles qui l’aident à tenir debout: un chauffeur routier; sa patronne obèse au centre d’appel où elle travaille le jour; un client fidèle du restaurant où elle bosse la nuit. Quand les solitudes se rencontrent...

J’ai aimé Plein Nord. Et j’aime toujours autant Willy Vlautin. Aussi simple que ça!

Dans son billet, Electra dissèque le roman un peu plus longuement que moi.

Plein nord, Willy Vlautin, trad. David Fauquemberg, «Terres d’Amérique», Albin Michel, 256 pages, 2010.
★★★




L’ANGE SUR LE TOIT · RUSSELL BANKS

Je suis tombée en amour avec Russell Banks avec son recueil Un membre permanent de la famille. Depuis, j’épluche son œuvre, tant les recueil de nouvelles que les romans.

Plusieurs romans me sont tombés des mains ces dernières semaines. Je me suis dit que des nouvelles seraient un bon hameçon auquel m’accrocher. Et avec Banks, j’allais être servie. J’ai tenu bon jusqu’au bout. Mais, sincèrement, je n’y ai pas retrouvé la «sauce Banks», celle qui me sustente l’âme avec beaucoup de mordant. (Un membre permanent de la famille et Trailerpark étaient, à cet égard, à point). Pour être franche, j’ai trouvé lensemble un peu fade. Aucune nouvelle ne m’a profondément marquée. En fait, quelques semaines après l’avoir lu, il me reste bien peu de chose en tête, sinon une atmosphère de nostalgie et de mélancolie. Le passé qui s’accroche aux personnages comme de la mauvaise herbe. Impossible d’aller de l’avant. Comme si le passé était plus réconfortant, moins effrayant.

Dans ma voiture, en rentrant chez moi, je fais tout mon possible pour ne pas pleurer. Le temps est venu, le temps est passé, le temps ne reviendra jamais, voilà ce que je me dis. Et je conclu que ce qui est devant moi, là, c’est tout ce que j’ai. Mais, en conduisant ma voiture à travers les rafales de neige, ce qui est devant moi ne me paraît pas grand-chose, à part les gentillesses que je viens d’échanger avec une vieille dame, et c’est donc là-dessus que je me concentre.

Ce passage pourrait, à lui seul, résumer ce recueil. Au final, ça devient lourd, terriblement lourd.

L’ange sur le toit, Russell Banks, trad. Pierre Furlan, «Babel», Actes Sud, 208 pages, 2002.
★★★



HISTOIRE DE RÉUSSIR · RUSSELL BANKS

Je me sentais tout de même en assez bonne compagnie avec Russell Banks que je n’ai pas perdu de temps pour remettre ça. Les douze nouvelles de Histoire de réussir sont très inégales. Je me suis forcée pour en venir à bout. C’est quand même Russell Banks, et, d’habitude, je fais moins la fine gueule. Deux nouvelles, «Le poisson» et «Histoire d'enfant», penchent du côté de la fable. Je ne suis pas habituée à ça, avec Russell. J’aurais pu me contenter de la première nouvelle, «Reine d’un jour», et j’aurai pris mon pied. L’histoire de ce gamin, qui espère que sa mère finisse par être moins triste et qui en vient à perdre ses illusions, est à elle seule un petit chef-d’œuvre. Pour le reste, j’ai tout oublié, sauf cette idée que les hommes sont au bord du gouffre, qu’ils fuient parce qu’ils ne sont jamais à leur place. En somme, personne ne réussit, dans Histoire de réussir, même pas leur échec.

Histoire de réussir, Russell Banks, trad. Pierre Furlan, 10-18, 192 pages, 2000.
★★

Vous pourriez aussi aimer

24 commentaires

  1. Passion Russel ? Jean-Paul D. n'est pas trop jaloux ? ;o)
    J'avais bcp aimé "Un membre permanent..." mais je n'en ai pas lu d'autres depuis..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dubois n'est pas jaloux. Ça va de son côté!

      Idem pour "Un membre permanent de la famille". Comme recueil de nouvelles, c'était fort réussi, à tous les niveaux. Je compte m'attaquer à un bon gros roman de Russell bientôt. Tant qu'à être dans le mood...

      Supprimer
  2. Je suis en amour de Russel Banks aussi, mais ce recueil ne nouvelles m'vait vraiment laissée circonspecte, je ne connais pas le second recueil "Histoire de réussir", mais visiblement, ce n'est pas la peine. Le roman qui reste pour l'instant le plus dans mon coeur est "De beaux lendemains", là c'est du pur Russel Banks.
    Je ne connais pas Vlautin, au prochain passage en librairie, je vais voir quel titres est sorti en poche. Peut-être que tu en aurais un à recommander particulièrement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes donc sur la même longueur d'ondes côté Russell. "De beaux lendemains" est tatoué dans mon coeur. Et si, comme moi, "L'ange sur le toit" t'a laissé circonspecte, tu peux passer GO avec "Histoire de réussir". N'empêche qu'il est un excellent auteur de nouvelles. C'est rare de taper aussi fort tant du côté des romans que des nouvelles.

      Vlautin... Si tu es dans le mood, je te dirais d'aller du côté de "Ballade pour Leroy", ou encore "La route sauvage". Mais c'est tout bon!

      Supprimer
  3. Dommage pour les recueils de Banks.. Je n'ai lu que L'ange sur le toit, et comme c'est le premier titre que je lisais de cet auteur, j'avais beaucoup aimé. Mais c'est vrai qu'après quelques autres lectures, ce n'est pas ce titre que je garde en mémoire. Je ne sais pas ceux que tu as lus, mais pour moi, il faut lire en priorité Affliction et DE beaux lendemains, et puis American Darling aussi (bien que je le trouve un peu différent de ce à quoi Banks nous a habitué, puisqu'il y met en scène une héroïne peu attachante).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, plutôt dommage pour les recueils. Disons que côté nouvelles, j'ai fait le tour et mes préférés demeurerons définitivement "Un membre permanent de la famille" et "Trailerpark".

      Côté romans, j'ai commandé, suite à ton bon conseil, "Affliction". Il doit arriver sous peu. Quant à "De beaux lendemains", c'est déjà consommé et j'en garde un souvenir plus que marquant.

      Supprimer
  4. Bravo pour le désembourbement... j'ai pour ma part abandonné de bloguer mes lectures 2019. Je ne connais pas Vautin, mais tu vas peut-être me donner envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2019? D'accord! Il était temps d'abandonner. On arrive à la mi 2020. On va de l'avant!

      Supprimer
  5. Super ! mais bon, j'avoue qu'à part Willy (tu vas adorer son tout dernier avec l'ado Paiute!) le reste .. j'ai repensé à Banks car je travaille sur mon blog (challenge) et j'ai croisé mon billet sur lui hier et du coup je n'ai jamais relu d'autres nouvelles et en te lisant je me dis que je peux passer mon chemin.
    Mais moi je suis juste ravie de te retrouver !!!!
    je vais filer dans le salon car j'entends qqn faire des bêtises ! à plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Willy, je sais qu'Hélène a terminé depuis un petit bout la traduction. Il doit donc être prêt à voir le jour en français. Je trépigne...

      Pour Banks, il ne faut pas lancer la serviette si vite! Il y a du meilleur (voire de l'excellent) que ceux que je viens de lire. Côté romans aussi...

      Pas trop de bêtises dans le salon?!

      Supprimer
  6. Tant pis pour Banks dont j'ai aimé Affliction, on dirait bien que tu ne l'as pas lu celui-ci... Et Vlautin, je ne connais pas, et tu sais quoi ? Ben, tu m'as donné une folle envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, j'ai commandé "Affliction" et je compte le lire dès réception.

      Vlautin... Gros amour pour moi. Tous, sans exception!

      Supprimer
  7. J'avais essayé un Vlautin il y a 3 ans mais j'avais pas accroché. Mais là, tu me donnes envie. Surtout que j'ai un truc pour Paul Newman aussi ;) Russel Banks je n'ai lu qu'un recueil de nouvelles de lui que j'avais beaucoup aimé "Un membre permanent de la famille" mais rien depuis. Merci pour ces billets! J'espère que tu vas bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un truc pour Paul Newman aussi? C'est trop savoureux, ça.

      Et, dis-moi, quel roman de Vlautin avais-tu essayé?

      "Un membre permanent de la famille" est, de fait, excellent. C'est avec ce recueil que j'ai réaccroché aux nouvelles. C'est dire! Si tu as envie de remettre ça et de passer un aussi bon moment, je te recommande "Trailerpark".

      Je vais très bien, sauf que le boulot prend 80% de mon temps! Du coup, moins de temps pour tout! J'espère que tu vas bien aussi.

      Supprimer
  8. Mes échappées livresques18 mai 2020 à 01:23

    Depuis que j'ai lu grâce à toi Ballade pour Leroy, j'ai très envie de relire ton fameux Willy! Jamais lu Russell Banks mais tes deux recueils ne m'ont pas convaincue d'autant plus que ce sont des nouvelles... Je tenterai plutôt la découverte avec l'un de ses romans ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas jalouse et suis plutôt prompte à partager! Tu peux poursuivre la découverte de MON Willy avec plaisir!

      Si tu n'as qu'un seul roman de Banks à lire, fonce sur "De beaux lendemains". Il saura t'atteindre, j'en suis persuadée.

      Supprimer
  9. Aaaah Willy, comme je l'aime lui! Tout comme toi, j'économise ses romans car il y en a (bien trop) peu. J'ai encore dans ma pal "Lean on Pete" ("Cheyenne en automne" en vf) et je compte me procurer encore son dernier "Don't skip out on me". Encore deux donc. OUF.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah Willy... OUI!

      Trop peu de romans, oui. Tu vas adoré "Cheyenne en automne". Du pur Vlautin. Son dernier est traduit (je connais la traductrice). Ne reste plus qu'à le publier. Je suis en manque, là. Je vais commencer à faire pression!

      Supprimer
  10. Quand tu auras envie de t'acoquiner à nouveau avec Banks, je te recommande (si tu ne l'as pas déjà lu) l'excellentissime Lointain souvenir de la peau. Tu verras, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la flamme brillera de nouveau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien noté! Mon prochain sera "Affliction", puis après, promis, je passe à "Lointain souvenir de la peau".

      Supprimer
  11. Bizarrement je n'ai jamais accroché avec Russell Banks. Mais pour Vlautin c'est un grand OUI !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes, là. Il y a tout, chez Banks, pour faire ton bonheur. Peut-être est-ce dû à un «mauvais» choix de titre(s)? Il y en a des meilleurs que d'autres.

      Pour Vlautin, eh ben... on se comprend!

      Supprimer
  12. quand je pense que je n'ai toujours pas lu de Willy Vlautin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je pense aussi... Il est plus que temps d'y remédier, ma chère!

      Supprimer

· J'aime m'y promener ·

· visites ·