Search

Des hommes de peu de foi · Nickolas Butler

Retour à Little Wing, le premier roman de Nickolas Bulter, m’avait fait une forte impression. Une fois encore, c’est dans un univers presqu’uniquement composé d’hommes que s’ancre Des hommes de peu de foi. Le roman comprend trois parties et un court prologue. L’intrigue, qui s’étend sur trois générations, met en scène, de près ou de loin, Nelson Doughty. C’est le personnage liant de l’histoire.

La première partie se déroule à l’été 1962, dans un camp scout du Wisconsin. Au moment où débute le roman, Nelson a le treize ans boutonneux et est le rejet du camp. Il est toujours le premier levé, à réveiller les troupes au son de son clairon. Jonathan Quick devient son seul ami (ami… il faut le dire vite). La cruauté et la méchanceté l’entourent jusqu’à ce que Wilbur, chef scout, vienne brouiller les cartes. En découvrant les activités nocturnes tenues par les autres scouts, Nelson doit choisir: se rapprocher de Wilbur, en faire son allié et trahir ses intimidateurs, ou se taire et ronger son frein solitaire.

La deuxième partie se déroule trente-deux ans plus tard. Jonathan a maintenant cinquante ans et se prépare à retourner au camp, cette fois avec son fils Trevor. Contrairement à son père, le gamin est sérieux et responsable. Il est fou amoureux de Rachel, alors que son père batifole avec sa maîtresse. Ils retrouvent Nelson, revenu du Vietnam, pour un souper rocambolesque qui se termine dans un bar de danseuses.

L’histoire se transporte ensuite une génération plus tard, en 2019. Nelson est devenu le responsable du camp. C’est son dernier été avant la retraite. Rachel, maintenant veuve, amène son fil Thomas pour un dernier été au camp. Un été éprouvant, qui changera le cours de sa vie et la rapprochera de son fils.

J’ai lu Des hommes de peu de foi  il y a plus d’un mois. Au final, il me reste du roman de Butler que ce qui m’a le moins plu. J’ai apprécié la construction du roman avec ses sauts dans le temps. Pour le reste… L’accumulation de scènes surréalistes et de dialogues machistes m’a fait pousser des boutons. La misogynie omniprésente frôle la caricature. J’ai aussi souvent eu l’impression d’assister à l’éternel duel entre les bons et les méchants. Trop de manichéisme à mon goût. L’humanité qui se dégageait du premier roman de Butler fait, à mon sens, défaut ici. J’ai trouvé les personnages unidimensionnels, plus esquissés que fouillés. Même si une légère tension est présente dans chaque partie, la prévisibilité était flagrante.

Une lecture en demi-teinte. Eva est beaucoup plus enthousiaste que moi!

Des hommes de peu de foi, Nickolas Butler, trad. Mireille Vignol, Autrement, 2016, 540 p.

Rating: 2 out of 5.

18 comments

  1. Je n'ai tellement pas aimé \ »Retour à Little Wing\ » que je n'ai aucune envie de lire celui-ci. Et ton avis conforte mon choix 😉

  2. Dommage! Je fais partie de celles qui a bcp aimé Retour à Little Wing 🙂 Mais il a écrit des nouvelles aussi? Je me rabattrai là-dessus 🙂

  3. Tiens donc, voilà un nouveau roman proprement ratatiné! Bon, si je tombe dessus chez un bouquiniste, je tenterai quand même. J'avais bien aimé le premier, alors je vais voir ce qu'il en reste dans celui-ci.

  4. bon, tu sais que je me suis endormie avec son roman \ »Retour à Little Wing\ » et l'histoire de celui-ci ne me tentait pas. Les nouvelles, peut-être ? Il n'était pas misogyne dans ses précédents romans ?

  5. Ne m'en parle pas! Je n'ai jamais compris comment tu avais pu t'endormir en compagnie de ces hommes!Alors, avec ceux-ci, j'ose même pas imaginer…Aucune trace de misogynie dans son précédent roman, ni dans son recueil de nouvelles. Ce qui m'a le plus troublée, c'est que cet écart a lieu dans la 3e partie, qui se déroule en 2019. De voir que des hommes peuvent être encore à ce point exécrables m'a horripilée. Si cela avait eu lieu dans la première partie (1962), cela aurait moins détonné. Quoiqu'il en soit, je garde Nickolas Butler pour moi. Il n'est pas pour toi, celui-là!

  6. Morte de rire en lisant ton «proprement ratatiné»!Étonnamment, ses deux romans sont si différents (alors que son recueil de nouvelles me rappelait plus \ »Retour à Little Wing\ »). Je serais curieuse d'avoir ton avis… La misogynie, ici, m'a dérangée, surtout qu'elle a lieu dans la 3e partie, qui se déroule en 2019. De voir à quel point des hommes peuvent encore être à ce point retardés m'a fait grincer des dents. Si cela avait eu lieu dans la première partie (1962), cela aurait moins détonné. Je repense à son beau recueil de nouvelles, dans les rapports hommes-femmes étaient plus sains!

  7. Passe d'abord par \ »Retour à Little Wing\ » et par son recueil de nouvelles \ »Rendez-vous à Crawfish Creek\ »!Foi de madame Couette!À moins que l'univers des scouts t'attire au point de ne pouvoir résister…!

  8. Tu as tout compris! Si l'auteur t'intéresse, tu pousses du côté de \ »Retour à Little Wing\ ». Mais ce n'est pas sans risque… Ça passe ou ça casse!

Comments are closed.

Close
Close
%d bloggers like this: