Search

Les survivants · Alex Schulman

Ils sont trois, trois frères: Benjamin, Pierre et Nils. Ils se retrouvent seuls en forêt, au bord du lac de la propriété familiale quittée une vingtaine d’années plus tôt. Ils sont là avec les cendres de leur mère dans une urne. Niels et Pierre en viennent aux coups. Benjamin appelle la police.

Retour dans le passé, c’est l’été, les vacances. Pêcher le poisson, nager dans le lac jusqu’à l’épuisement. Les parents sont en arrière-plan, comme des ombres vaporeuses. Un homme et une femme soudés, amoureux, toujours un verre à la main. Benjamin et Pierre traînent, font des ricochets, jouent avec le chien, ratissent les sentiers. Nils, le chouchou des parents, est toujours en retrait, étendu dans le hamac avec les écouteurs vissés sur les oreilles.

Cette histoire de famille serait banale, voire convenue, si ce n’était la façon dont elle est tricotée. L’architecture du roman, avec son va-et-vient dans le temps, est audacieuse. D’une part, il y a le présent qui recule dans le temps, par petits bouts d’heures. D’autre part, il y a le passé raconté par Benjamin, celui qui protège, s’inquiète et tente de coller les pots cassés. Vient le moment où les deux trames se rejoignent dans le temps. Déboussolant au départ, cette construction originale devient addictive une fois atteinte la vitesse de croisière.

Le roman d’Alex Schulman m’a tenu captive. L’atmosphère de plus en plus pesante et mystérieuse retient. L’insouciance de l’enfance est magnifiquement décrite. Certaines scènes marquent: celle de la cuisson d’un poisson vivant, celle d’un cerf en plein milieu de la route. Un roman empreint d’une atmosphère mélancolique, dans lequel le traumatisme d’un drame imprègne la vie, fait boiter. J’ai tourné la dernière page perplexe. J’ai trouvé le twist énorme, déroutant. Pourquoi fallait-il mêler un chien à cette histoire? N’y avait-il pas moyen de s’y prendre autrement?

Les survivants, Alex Schulman, trad. Anne Karila, Albin Michel, 2022, 304 p.

Rating: 3 out of 5.

© unsplash | Nikola Johnny Mirkovic

18 comments

    1. Le commentaire de Pamolico me fait revoir mon point de vue. Comme elle le présente, ça change ma perspective. En somme, j’ai beaucoup aimé; la construction est étonnante et je me suis attachée à l’histoire de ces trois frères.

  1. Ah ben, toi , alors !!!! Tu me fais saliver à la seul pensée de cette belle et mélancolique histoire qui m’attend et juste à la fin, CLAC !, la baffe qui me ramène à la (dure) réalité. Finalement, ce n’est pas aussi bien que ça promettait… Je fais quoi, moi, maintenant ?

    1. Il faut impérativement que tu le lises et qu’on puisse jaser un brin de la fameuse twist.
      Au final, c’est très très bien. Les personnages sont riches et nuancés, la construction étonnante, le style bien tourné. Bref, il vaut pleinement la lecture. Tu t’y mets quand?!

  2. J’ai justement trouvé le twist assez génial parce qu’il permet de souligner les mécanismes de défense de l’esprit, la manière de se re-souvenir, de transformer les souvenirs pour pouvoir les appréhender après un drame. Et puis c’est une telle surprise !

    1. Merci de ton commentaire. C’est ce que j’appelle un commentaire constructif. Grâce à tes mots, je suis moins sévère face à cette twist. Au final, j’ai grandement apprécié ma lecture. Je compte même le relire à un moment donné tant il recèle de richesses.

      1. J’avais discuté avec une autre lectrice qui était aussi perplexe que toi et échanger lui avait aussi permis de voir les choses autrement 😉
        Une lecture qui m’a beaucoup plu à moi aussi et effectivement, c’est le genre de livre qui se relit à la lumière de la révélation finale !

    1. Heureusement, il n’a pas entaché mon ressenti d’ensemble, qui est très positif. On se sent bien, dans ce roman! On s’attache, on déambule, on s’émeut, et c’est un réel plaisir.

    1. Cette petite écharde dans mon ressenti d’ensemble est bien inoffensive. Le commentaire de Pamolico me fait voir la situation autrement. C’est, au final, un excellent roman; une histoire de famille complexe, enveloppante et magnifiquement bien construite.

  3. Et bien on peut dire que tu nous allèches pendant tout le billet pour nous refroidir net à la fin… mais en même temps avec le commentaire de Ceciloule, et bien je reste intriguée.

    1. Il faut aller au bout de ta curiosité. Le commentaire de Ceciloule est plus que pertinent. Au point que je me range du côté de son avis.
      Disons que je tique moins Ce roman – un premier, en plus – recèle d’énormes qualités.

  4. Décidément, je manque de chance avec les commentaires… Apparemment, celui que je t’avais laissé n’a pas été enregistré. Je retente : figure-toi que je n’ai pas été désarçonné par le fameux twist. Plus le récit avance, plus le trouble s’épaissit en ce qui concerne le personnage en question. A tel point que je m’étais imaginé un twist encore plus tordu que celui de l’auteur !!!! Je ne peux pas t’en dire plus au risque de spoiler.

    1. Il faut de la patience et de la persévérance pour laisser un commentaire ici De toute évidence, ça ne va pas de soi et je reste impuissante face aux méandres de l’arrière cour de mon blogue.

      Un twist encore plus tordu? Comment cela aurait pu être possible? On dirait que mon imagination n’a pas été assez loin. Je suis ravie de ton retour positif.

Write a response

Laisse-moi un petit mot

Close
Close
%d bloggers like this: