Search

Vie animale · Justin Torres

Le roman de Justin Torres m’était passé sous le nez lors de sa parution. C’est de le voir ici et là sur Instagram et dans le programme de lecture d’Electra qui m’a poussée à mettre la main dessus.

Ils se sont rencontrés à l’adolescence. Avec un bébé en route, ils se sont mariés en quatrième vitesse, devenant du coup Paps et Ma. Deux autres bébés ont vite suivi. Cette petite meute vit dans le Nord de l’État de New York, dans les années 1980. Ma passe ses nuits à l’usine d’embouteillage de bière. Cette vie à l’envers du temps, en constant décalage horaire, lui embrouille l’esprit. Paps s’envole souvent du nid. Parfois pour chercher du travail, parfois juste pour prendre l’air, ailleurs. Du père d’origine portoricaine, les trois garçons ont hérité de sa force et de sa dureté, de sa spontanéité, aussi. De leur mère, ils ont hérité de la débrouillardise. Ensemble, le trio garde le regard aiguisé sur l’imprévisibilité des grands: sur leurs coups, leurs caresses, leurs pas de danse, leurs chatouilles sur le tapis du salon. Leur complicité est inébranlable. Ils sont des durs. Leur armure les protège du venin du dehors. À la maison, les cris se transforment en chants, les bousculades laissent place aux chuchotements. Pas d’argent dans les poches, pas de bouffe dans le frigo, quelques taloches en arrière de la tête, une main caressante dans la crinière. C’est leur vie. Comment pourraient-ils être malheureux, eux qui ne connaissent rien d’autre? Le temps s’égraine jusqu’à l’éclatement… Cet éclatement qui poussera la famille à rejeter le petit hors du nid.

Les dix-neuf tableaux de Vie animale sont racontés par Jonah, le petit dernier de sept ans. J’ai eu l’impression de tourner les pages d’un album de famille, de jouer à saute-mouton d’un chapitre à l’autre. Si certaines scènes saisissent par leur dureté, d’autres émeuvent par leur tendresse infinie. Le style de Justin Torres est vif, saccadé, gorgé de poésie. La langue est malaxée comme de la pâte à modeler. La traduction de Laetitia Devaux est exemplaire, un véritable tour de force. Un premier roman (trop) court, un coup de maître. Un roman empreint de malheur radieux et de misère joyeuse.

Vie animale, Justin Torres, trad. Laetitia Devaux, « Points », Seuil, 2013 [2011], 144 p.

Rating: 5 out of 5.

35 comments

  1. J'ai acheté \ »le chant des revenants\ » aujourd'hui et à la lecture de la première page, je sais qu'il ne va pas prendre la poussière sur ma PAL !!Je note \ »Vie animale\ » du coup !

  2. En lisant ton billet, je réalise avoir oublié l'intrigue de Vie animale, que j'ai pourtant beaucoup aimé. J'en ai juste gardé le souvenir d'une écriture bouillonnante, d'une rudesse étonnamment vivante et dépeinte avec poésie..

  3. je pense que le Ward ne va pas prendre la poussière dans ma Pal 😉 Pour le Torres entre toi et Electra difficile de résister…

  4. quels bons souvenirs de lecture ! j'ai adoré ces deux livres, et j'étais ravie de voir que Jesmyn Ward remportait un second prix, pourtant beaucoup de lecteurs anglophones n'ont pas aimé l'apparition des morts alors que pour moi c'est tout ce qui fait la force du roman !

  5. Quels beaux coups de coeur ! Je ne connais pas du tout \ »Vie animale\ » (et je le note of course), et le deuxième … il a déjàsa petite réputation ! Je m'en vais le feuilleter vendredi à la foire du livre de Bruxelles, on verra si je craque !

  6. Je viens de lire Les moissons funèbres, aussi tous ces billets enthousiastes sur Le chant des revenants sont faits pour me tenter…

  7. J'ai tellement adoré Vie animale ! Pour moi aussi un vrai choc de lecture. Le style est si puissant et à la foi poétique, qu'il emporte l’histoire. Je note le second auteur et les différents titres que tu as aims de lui, je verrai par lequel commencer ma découverte en librairie !

  8. oh que j'ai aimé Le Chant des Revenants ! les personnages me marqueront durablement… je m'en vais maintenant découvrir les autres livres de Jesmyn Ward…et merci de me rappeler qu'il faut que je lise Vie Animale !

  9. Ah je lis tellement de bien sur ces deux-là! Et dire que je n'ai toujours pas découvert Ward…je sais je sais, je rate quelque chose…:)

  10. Hello Marie,Oh tu me donnes vraiment envie de lire ces deux romans. Je n'ai encore rien lu de J. Ward. Lequel me conseillerais-tu pour débuter? Très belle chronique.

  11. J'attends impatiemment de recevoir ''Le chant des revenants'' Quant à ''La vie animale'' je viens de le le mettre ma liste d'achat. Sirop quel billet ! Un plaisir de te lire. (Je sais, je sais, je me répète mais sirop, quand c'est bon et intéressant, faut le dire).

  12. Vie animale est très très tentant ! Bon l'autre aussi d'ailleurs. C'est infini… il y a toujours des livres à noter, à lire… Il faudrait ne plus aller sur les blogs pour ne plus être tentée.

  13. Je suis ravie qu'il se trouve entre tes mains. On commence à le voir partout, ce roman. Et, pour une fois, ça me fait immensément plaisir et je ne sature pas! C'est tellement mérité…

  14. \ »Vie animale\ » te plairait beaucoup, tant pour l'histoire (et sa fin…), que pour son style. Et il est tout court, se lit en un seul souffle…J'espère que le roman de Jesmyn Ward te fera chavirer. Moi, je n'en suis pas encore revenue!

  15. Le souvenir que tu gardes de \ »Vie animale\ » est excellent! C'est aussi ce qui m'a marqué le plus. Ce souffle verbal et, oui, cette écriture «bouillonnante». Tout de même, cette fin… je ne suis pas prête de l'oublier! Tu ne t'en souviens pas?

  16. D'accord avec toi, ce sont les voix des morts qui font une grande partie de la richesse du roman de Ward. Quelle grande, immense auteure. Il me reste \ »Ligne de facture\ » à lire. Je le ménage et lui fait des clins d'oeil!Bizarre, tout de même, comment ces temps-ci, les voix des morts me poursuivent. (Il y a eu \ »L'herbe de fer\ », \ »Le chant des revenants\ » et là, \ »Grace\ » de Lynch.)J'espère que Torres ne tardera pas trop à écrire autre chose… C'était tellement court, son \ »Vie animale\ »!

  17. Empreint de poésie, oui. Mais plus comme du rap! Pas certaine que ça te plaise. En fait, si le style de Ward te rebute, il y a de fortes chances qu'il en soit de même avec celui de Torres. Au suivant!

  18. C'est vrai que le roman de Ward commence à se voir un peu partout et, j'te jure, c'est amplement mérité. Un gros gros coup de coeur. Idem pour le roman de Torres. Deux expériences de lecture que je ne suis pas prête d'oublier, tant pour l'intrigue que pour le style. Tout bon!

  19. Difficile de résister, hein? D'autant plus que tu as déjà pu apprécié \ »Les moissons funèbres\ ». (Je suis passée te lire.) Ses romans sont tous aussi passionnants. N'hésite pas!

  20. Tu verras quil y a une certaine parenté entre \ »Vie animale\ » et les romans de Ward. Un même souffle narratif, un rythme qui pulse. Bonne(s) découverte(s). Je resterai à l'affût de ta découverte!

  21. Ravie de ton enthousiasme pour le roman de Ward. Le reste est tout aussi excellent. Tu as l'embarras du choix! Et \ »Vie animale\ »… Fonce!

  22. OUI, tu rates quelque chose. Un pas à la fois, une bouchée à la fois! Le temps n'est pas élastique, malheureusement. Mais… son tour doit venir! Tu dois lire Jesmyn Ward! Et… \ »Vie animale\ » a aussi tout pour te plaire!

  23. Pour la force de l'intrigue et pour son accessibilité, je te conseillerai de commencer par \ »Bois sauvage\ ». Si tu aimes le style, tu vas adorer l'histoire.Après, sois ça passe ou ça casse! Bonne découverte!

  24. Tu vas tomber de ta chaise en lisant \ »Le chant des revenants\ ». C'est grandiose, à tous les niveaux.Merci encore pour ces bons et beaux mots!

  25. Je suis tellement d'accord: on devrait boycotter les blogs, ces pièges à tentations! En même temps, on passerait à côté de belles et bouleversantes découvertes!

  26. Oui, je sais! Ce \ »Vie animale\ » frappe très fort. Vivement un nouveau roman de Torres.Pour \ »Le chant des revenants\ », à moi que les voix des morts t'agaces, il devrait grandement te plaire. Il figurera assurément dans mes gros coups de coeur de cette (jeune) année.

  27. Le chant des revenants: Lu en anglais l'an dernier, je suis ravie qu'il soit traduit et qu'il plaise. Certaines scènes sont profondément marquées en moi.

Comments are closed.

Close
Close
%d bloggers like this: